Henri IV de Saxe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Henri
Portrait par Lucas Cranach l'Ancien
Portrait par Lucas Cranach l'Ancien
Titre
Duc de Saxe
17 avril 1539 – 18 août 1541
Biographie
Dynastie Wettin
Date de naissance 16 mars 1473
Lieu de naissance Dresde
Date de décès 18 août 1541 (68 ans)
Lieu de décès Dresde
Le duc Henri
Portrait par Lucas Cranach l'Ancien: Le duc Henri et sa femme Catherine de Mecklembourg

Henri, surnommé « le Pieux » (der Fromme en allemand ; né le 16 mars 1473 à Dresde et mort le 18 août 1541 à Dresde), de la branche albertine de la Maison de Wettin fut de 1539 à 1541 duc de Saxe et de Sagan et, sous le nom de Henri V également margrave de Misnie. Il succéda à son frère aîné Georges « le Barbu » malgré les réticences de ce dernier. En effet, Henri avait adopté les convictions luthériennes.

Biographie[modifier | modifier le code]

La famille régnante de Saxe[modifier | modifier le code]

Henri était le fils cadet du duc de Saxe Albert l'Intrépide (1443–1500), qui par la succession de Leipzig, avait fondé la Lignée albertine de la Maison ducale de Saxe. La mère d’Henri, Sidonie (1449–1510), était la fille du roi Georges Podiebrady de Bohême par son mariage avec Cunégonde de Sternberg.

Le frère aîné d’Henri, Georges le Barbu hérita en 1500 le titre de duc de Saxe de son père ; sa sœur aînée Catherine était fiancée depuis 1484 avec l’archiduc Sigismond d'Autriche ; son frère benjamin Frédéric devint en 1498 grand maître de l’Ordre Teutonique.

Stathouder de Frise[modifier | modifier le code]

En 1498 Henri partit en pèlerinage à Jérusalem et l'année suivante obtint par son père la charge de stathouder de Frise. En 1503 il entreprit le Pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle. En raison des impôts inconsidérés qu'il faisait lever, les Frisons se soulevèrent contre son autorité et Henri, assiégé dans sa résidence de Franeker, dut démissionner de son poste en 1505.

Albert l'Intrépide avait disposé par son testament („Väterliche Ordnung“) qu'en cas de perte du gouvernement de la Frise, son frère aîné Georges devait remettre à Henri le château, la ville et les bailliages de Freiberg et Wolkenstein ainsi qu'une rente annuelle d'au moins 12500 florins.

Seigneur de Freiberg[modifier | modifier le code]

Le « Traité des deux frères » passé avec Georges en 1505 donnait à Henri le château de Freudenstein à Freiberg. Henri était un passionné de chasse, qui collectionnait armes et fusils. Le 6 juillet 1512 il épousa à Freiberg la princesse Catherine (1487–1561), fille du duc Magnus II de Mecklembourg. Dans ses problèmes financiers, il sera aidé par Élisabeth von Rochlitz, l’échevin de la ville de Freiberg et la Branche ernestine de sa famille.

En 1521 Henri fonda la colonie montagnarde de Marienberg dans les Monts métallifères, où l'on venait de découvrir de riches gisements argentifères . Il chargea Ulrich Rülein von Calw d'en dresser les plans : ce dernier imagina une place centrale de 1 ha avec des rues partant de là à angle droit. Henri s’y fit construire un hôtel particulier à côté de l’Hôtel de Ville, où il se retrouvait souvent avec sa famille.

La Réforme[modifier | modifier le code]

Après plusieurs années au cours desquelles sa femme tenta de le convertir, Henri professa en 1536 la doctrine de Luther. Avec l'appui de l'électeur Jean-Frédéric et du conseiller Adam von Schönberg, il promulgua la Réforme dans ses territoires, s'aliénant par la même occasion son frère Georges le Barbu, qui demeurait un catholique fervent et un adversaire acharné de Luther : ce dernier chercha à affaiblir Henri.

Pour le Nouvel An 1537, on célébra pour la première fois le réveillon selon le rite luthérien dans la cathédrale de Freiberg. La même année, Henri et son fils aîné, par l'entremise de son épouse, devinrent membres de la Ligue de Smalkalde. Georges de Saxe, qui avait dans un premier temps suspendu le versement de la pension à son frère et qui interdisait qu'on rémunère les prêtres protestants, céda finalement à l'automne 1538, car la mort de ses deux fils Jean et Frédéric faisait de son frère Henri son héritier présomptif. Il n'était du reste plus question de rallier Henri à la cause de la Sainte Ligue ni de maintenir l'Église traditionnelle dans le duché.

Duc de Saxe[modifier | modifier le code]

À l'âge de 66 ans, Henri succéda à son frère Georges au trône ducal de Saxe. Sous son règne, le Protestantisme devint en Saxe religion d’État. Henri refusa de recruter dans le clergé de l’Électorat, lui préférant les soi-disant „Heinrichs-Agende“, et même l’Ordre de la Visitation fut sécularisé. Quiconque refusait d'embrasser la nouvelle foi était banni ou incarcéré. Le 25 mai 1539, on fêta à Leipzig en présence de Martin Luther l'adoption de la Réforme dans le pays.

Au mois de novembre 1539, Henri convoqua à Chemnitz l’unique Landtag de son règne. Afin de se concilier ce Parlement, il avait dû modérer le rythme des conversions forcées au moment de l’adoption officielle de la Réforme, et accepter de subordonner toute nouvelle alliance à l’accord du Parlement. D’accord avec l’Électeur de Saxe, Henri obtint le renoncement des évêques à siéger à la diète d'Empire, pour laquelle l’évêque de Misnie s'était obstinément battu. Le rappel des évêques auprès de l’Empereur se conclut finalement par le maintien de leur Immédiateté impériale. Onze jours avant sa mort, Henri fit de son fils aîné son corégent. Dans son testament il demanda à sa famille de demeurer fidèle à la Confession d'Augsbourg. Henri fut le premier prince Wettin à être inhumé en la cathédrale de Freiberg.

Henri aura été l’un des princes les plus influents de la Maison Wettin : sa principale décision (l’adoption de la Réforme dans la Saxe albertine) fait ressentir ses conséquences jusqu’à aujourd'hui. Le contraste est d’autant plus saisissant entre ses propres pouvoirs, plutôt limités, et ceux de son frère Georges, plus fort au sein de l'Empire et plus combatif, qui pourtant renonça à s’imposer.

Descendance[modifier | modifier le code]

Fils du duc Albert l'Intrépide et de Sidonie de Bohême, Henri épouse le 6 juillet 1512 Catherine (1487-1561), fille de Magnus II de Mecklembourg. Six enfants sont nés de cette union :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en allemand intitulé « Heinrich (Sachsen) » (voir la liste des auteurs)
  • (de) Elisabeth Werl,  Heinrich der Fromme dans Neue Deutsche Biographie (NDB), volume 8, Berlin : Duncker & Humblot, 1969, p. 391–393. (lire en ligne)
  • (de) Heinrich Theodor FlatheHeinrich der Fromme, dans: Allgemeine Deutsche Biographie (ADB). volume 11, Duncker & Humblot, Leipzig 1880, p. 601 f
  • Karl Friedrich August Nobbe, Heinrich der Fromme: ein Beitrag zur Sächsischen Reformationsjubelfeier im Jahre 1839, Verlag von Chr. Ernst Kollmann, 1839
  • Yves Hoffmann et Uwe Richter (éd.): Herzog Heinrich der Fromme (1473–1541), Sax-Verlag, 2007
  • Erich Brandenburg, Herzog Heinrich der Fromme von Sachsen und die Religionsparteien im Reiche (1577–1541), Baensch, 1896
  • Karl Wilhelm Böttiger, Herzog Heinrich der Fromme von Sachsen: Biographische Skizze, 1824 (Online)
  • C. A. Holzhaus, Herzog Heinrich der Fromme, der Gründer Marienbergs: ein Beitrag zur Geschichte des Erzgebirges, Engelmann, 1889
  • Reinhold Röhricht, Enno Littmann, Leonhard Bauer: Die Jerusalemfahrt des Herzogs Heinrich des Frommen von Sachsen (1498), 1901
  • Frank-Lothar Kroll, Die Herrscher Sachsens: Markgrafen, Kurfürsten, Könige 1089–1918, S. 85 ff. (Digitalisat)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Précédé par Henri le Pieux Suivi par
Georges le Barbu
Duc de Saxe
1539-1541
Maurice