Henri Grobon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Grobon.

Henri Grobon

Naissance 1822
Montluel
Décès 9 décembre 1893 (à 72 ans)
Monaco
Nationalité française
Pays de résidence Drapeau de la France France
Profession
chef d'entreprise
Activité principale
industriel

Henri Grobon, né en 1822 à Montluel et mort le 9 décembre 1893 à Monaco[1], est un industriel français, qui fonda des usines de traitement d’étoffes et de teinture à Miribel dans l'Ain.

Il est inhumé à Miribel[1], au cimetière Saint-Martin.

Carrière[modifier | modifier le code]

Ses usines étaient réunies sous l'acronyme « T.I.A.G » (Teinture, Impression, Apprêt, Gaufrage)[1]  ; elles furent en service jusqu’en 1938[1] à Miribel. Elles étaient réunies dans un grand ensemble situé en bordure de canal de Miribel qui deviendra par la suite la « sacherie » (fabrication de sacs militaires) puis l’usine Coca-Cola de Miribel.

Maire de Miribel[modifier | modifier le code]

Le « Château Grobon », la mairie de Miribel, ici en avril 2013.

Henri Grobon fut maire de Miribel de 1865 à 1870[1]. La ville de Miribel racheta sa demeure[1] (appelée parfois « Château Grobon ») en 1930 pour en faire la mairie de Miribel.

Hommages[modifier | modifier le code]

Panonceau de la Rue Henri-Grobon, à Miribel.
Tombe d'Henri Grobon, au cimetière Saint-Martin.

Il y a, à Miribel, une place Henri-Grobon (sur laquelle se trouve le calvaire-fontaine de Miribel dont la fontaine est inscrite au titre des monuments historiques) et une rue Henri-Grobon.

En mai 2013, débute des travaux de réalisation d'un trompe-l'œil de 90 m2 (45° 49′ 25″ N 4° 57′ 06″ E / 45.823722, 4.95167) donnant sur la place Henri-Grobon ; il représentera quatre personnalités liées à Miribel : Henri Deschamps, Jean Moulin, Joséphine Guillon et Henri Grobon[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Ouvrage collectif, Richesses touristiques et archéologiques du canton de Miribel : Miribel, Beynost, Neyron, Saint-Maurice-de-Beynost, Thil,‎ 1995, 207 p. (ISBN 2-907656-27-9), p. 70. Consulté le 6 avril 2012.
  2. « Un mur en trompe-l'œil sur la place Grobon », Journal de la Côtière, no 888,‎ 2 au 8 mai 2013, p. 6.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :