Henri Foreau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Henri Foreau

Nom de naissance Henri Louis Foreau
Naissance 1866 Flag of France.svg Paris
Décès 1938 Flag of France.svg Paris
Activités Artiste-peintre
Maîtres Henri Harpignies
Jules Lefebvre
Henri-Léopold Lévy
Luc-Olivier Merson
Mouvement artistique Post-impressionnisme
symbolisme

Henri Louis Foreau, dit Henri Foreau, né le 19 février 1866 à Paris et mort dans la même ville le 1er avril 1938, est un peintre paysagiste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Dessin préparatoire, non sourcé.
Aquarelle de la Porte d'Arcueil, non sourcé.

Henri Foreau est né le 19 février 1866 à Paris et mort à Paris le 1er avril 1938 dans son domicile du 16e arrondissement où il passera toute sa vie. Dans cet immeuble familial, il installera son atelier et décorera son appartement de fresques en médaillons d'inspiration mythologique propre au goût de l'époque.

En 1876 il entre au Lycée Fontanes, l'actuel Lycée Condorcet, qui est alors le vivier de futurs hommes de lettres et d'artistes issus de la bourgeoisie de cette fin du XIXe siècle. Après de brillantes études, il obtient son baccalauréat en 1884, il entre à l'Académie Julian où il est le disciple de Jules Lefèbvre et de Tony Robert-Fleury.

En 1888 il est admis aux Beaux-Arts présenté par Gustave Boulanger et a comme maîtres Jules Lefebvre, Luc-Olivier Merson et surtout Henri Harpignies qui sera son témoin de mariage le 7 avril 1897 à la mairie du 16e arrondissement et avec qui il sera lié d'une amitié sans faille jusqu'à sa mort.

Jean-Jacques Henner par des attaches communes suivra aussi sa carrière. Il manque de peu le prix de Rome mais il obtient le Premier prix du paysage Jauvin d'Attainville. L'École Nationale des Beaux Arts possède deux esquisses de Foreau dans sa collection : La visitation (novembre 1889) et Le corps de Virginie exposé devant la tribune (janvier 1890). Il obtient une médaille en 1892 avec une œuvre retenue par l'état, La douleur d'Orphée. Il expose au Salon des Artistes français dès 1888. Il a rapidement tous les honneurs et il sera très tôt membre du jury puis membre du comité.

Sa révélation au sein de ce milieu artistique officiel est très rapide. Il sera Président des Paysagistes français. Il est fait Chevalier de la Légion d'honneur en 1911.

Il participe activement à cette vie littéraire et artistique de la fin du dix-neuvième siècle et du début du vingtième siècle et il noue de nombreuses amitiés dans ce milieu foisonnant de l'époque: Théodore Botrel, Jacques Crepet, spécialiste de Charles Baudelaire, cercle de Juliette Adam, Joseph Noulens, Jules Clarétie, Antonio de la Gandara et Miquel Zamacoïs parmi d'autres.

Il voyage beaucoup à travers la France pour saisir de nouveaux paysages et à travers l'Italie et l'Europe du Nord. C'est un collectionneur avisé comme en témoigne un carnet d'adresses dédié exclusivement aux antiquaires et amateurs éclairés contactés dans ses voyages.

Il expose à la galerie Obach à Londres à partir de 1908 (56 œuvres), à la galerie Hector Brame en 1924,à la galerie Graat, fréquemment au Cercle Volney, à la galerie Georges Petit dès 1914 et jusqu'en 1928. C'est dans celle-ci qu'il fait sa première exposition particulière en 1922 avec 85 œuvres. Il figure dans des expositions au Brésil en 1914, à Barcelone en 1917 et à San Francisco en 1915. Il participe au "Panthéon de la Guerre", retrouvé à Seattle, en souvenir de la guerre de 14-18 où s'illustrent les grands noms de l'époque pour la construction de cette œuvre immense et commune qui sera exposée rue de l'Université puis partira définitivement aux États-Unis. Il y peindra plus particulièrement les ciels. Après sa mort, la guerre fait échouer le projet d'une rétrospective.

Parmi les éditions récentes, on peut citer deux ouvrages des Éditions de l'Amateur :le Dictionnaire des petits maîtres. 1820-1920 de Pierre Cabanne et Gerald Schurr et Henri Foreau, peintre de l'air et de l'eau d'Édith Herment et Eric Desmarets (1992).

Un collectionneur japonais a enrichi sa collection particulière de trente huit de ses œuvres en 1971. La galerie Les Oréades a exposé Henri Foreau lors de plusieurs expositions dans ses galeries de Paris, Toulouse et Moscou mais aussi à Genève et Barcelone.

La Galerie de la Scala à Paris, rue de La Boétie, lui a consacré une exposition particulière en novembre 1992. L'évènement majeur reste l'exposition de mai 1992 à la Mairie du IXe arrondissement.

Le Musée d'Orsay, le Cabinet des Dessins du Louvre ainsi que le Musée Carnavalet possèdent quelques unes de ses œuvres.

Style[modifier | modifier le code]

Son style se caractérise par une technique rigoureuse, une intense observation ainsi qu'une ambiance raffinée et mélancolique.Certaines de ses œuvres pressentent fortement le mouvement symboliste qu'en fin lettré il a connu et transposé dans son art. Il puise son inspiration dans la nature, les scènes champêtres ou de bords de mer, les parcs en particulier Versailles et ses allusions mythologiques. Il peint aussi Paris, le pont d'Auteuil, l'Institut, les bouquinistes, la place de l'Etoile.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Édith Herment, Éric Desmaret, Henri Foreau, peintre de l'air et de l'eau 1866-1938, Éditions de l'Amateur 1992.
  • Pierre Cabanne, Gérald Schurr "Dictionnaire des petits maîtres de la peinture" (1820-1920) Éditions de l'Amateur

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]