Henri Dallier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La soprano Gabrielle Ritter-Ciampi, Henri Dallier, et le maître de chapelle de la cathédrale de Salzbourg, Joseph Messner, à la tribune de l'église de la Madeleine en 1932
Les grandes orgues de l'église Saint-Eustache

Henri Édouard Dallier, né à Reims le et mort à Paris le , est un organiste et compositeur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il étudie l'orgue avec César Franck et la composition avec François Bazin au Conservatoire de Paris et obtient son premier prix d'orgue en 1878. Il devient titulaire du grand orgue de l'église Saint-Eustache de Paris en 1879, puis succède à Gabriel Fauré aux grandes orgues de l'église de la Madeleine en 1905. Organiste de talent, il est reconnu comme brillant improvisateur.

À Paris, en 1880, il épouse la fille du romancier Lucien Biart.

Il enseigne tout d’abord à l’École Niedermeyer, où il compte Joseph Noyon parmi ses élèves. De 1908 à 1928, il enseigne l'harmonie au Conservatoire de Paris. Il revient dans sa ville natale de Reims pour inaugurer le bel orgue de la salle des fêtes de l’Hôtel de Ville en 1928.

Décédé à Paris en 1934, il est inhumé au cimetière nouveau de Neuilly-sur-Seine après un service à la Madeleine.

Compositions[modifier | modifier le code]

Musique vocale[modifier | modifier le code]

  • Calypso, cantate (1872)
  • Cantilène pour piano (1874)
  • Rebecca à la fontaine, cantate (1877)
  • La fille de Jephté, cantate (1878)
  • Les vendanges de Champagne pour chœur à 5 voix (Leduc)
  • Mélodies (Heugel, Jobert)

Musique pour orgue[modifier | modifier le code]

  • Six grands préludes en sol majeur Op. 19, pouvant servir de Magnificat pour la Toussaint (Leduc, 1891)
  • Messe nuptiale – Six pièces pour orgue-harmonium (Leduc, 1894) : 1. Cortège – 2. Bénédiction – 3. Offertoire - 4. Élévation – 5. Communion – 6. Sortie.
  • In Deo caritas (Leduc, 1895)
  • O Filii et Filiæ, offertoire (1896)
  • Offertoire sur l’hymne «Te Joseph celebrent», dans Jos. Joubert, Les Maîtres contemporains de l'orgue, premier volume, Sénart (1912)
  • Deux Offertoires pour Noël et Pâques pour orgue ou harmonium (Librairie de l’Art catholique, 1914)
  • Offertoire funèbre dans le 2e fascicule de la série «Les Voix de la douleur chrétienne» publié par l’abbé Joubert chez A. Ledent-Malay à Bruxelles (1924).
  • Cinq Invocations pour grand orgue (Lemoine, 1926) : 1. Stella matutina – 2. O clemens! O pia! – 3. Monstra te esse matrem – 4. Pulchra ut luna – 5. Electa ut sol.
  • Pastorale pour Noël (Lemoine, 1928)
  • Paraphrases liturgiques

Musique pour piano[modifier | modifier le code]

  • Valse pour piano à 4 mains, Op. 30 (A. Colin, 1893)
  • Scherzettino (Heugel)
  • Mazurka héroïque
  • Cantilène
  • Brises marines
  • La Charmeuse
  • Treize morceaux (Lemoine)

Musique de chambre[modifier | modifier le code]

  • Contemplation pour violon, piano ou harpe et orgue (Leduc, 1891)
  • Fantaisie-Caprice pour hautbois et piano (Paris, 1903)
  • Fête joyeuse pour trompette et piano (Leduc)
  • Sous les cieux pour violon et piano (Lemoine)
  • Pensée du soir (Lemoine)
  • Quatuor à cordes
  • Quintette avec piano
  • Avec Joseph Jongen et Eugène Wagner, la Réalisation des basses chiffrées de l’École du violon aux XVIIe et XVIIIe siècles (Sénart, 1913-1914), en 5 vol.
  • Recueil de pièces anciennes pour violon et piano (Lemoine, 1925).

Orchestre[modifier | modifier le code]

  • 1ère Symphonie en Fa Op. 50 (E. Fromont, 1908)

Sources et références[modifier | modifier le code]

  • Cet article contient tout ou partie d'un document provenant du site La Vie rémoise.
  • Marc Honegger, Dictionnaire de la Musique - Les hommes et leurs œuvres, Paris, éd. Bordas, 1970.

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • YouTube Fantaisie-Caprice pour hautbois et piano par Catherine Tanner, hautbois et Christopher J. Williams au piano.
  • YouTube Cinq Invocations pour grand orgue, 5. Electa ut sol, sur un orgue Hook & Hastings de 1893.
  • YouTube Cinq Invocations pour grand orgue, 2. O clemens! O pia!, sur un orgue Hook & Hastings de 1893.


Précédé par Henri Dallier Suivi par
Gabriel Fauré
Organiste, Église de la Madeleine
1905-1934
Édouard Mignan