Henri Cliquet-Pleyel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pleyel (homonymie).

Henri Cliquet-Pleyel est un compositeur français, né le 12 mars 1894 à Paris, où il est mort le 9 mai 1963.

Biographie[modifier | modifier le code]

Henri Cliquet-Pleyel fait ses études musicales au Conservatoire de Paris où il a comme professeurs André Gedalge et Eugène Cools[1] pour le contrepoint et la fugue. Il étudie la composition avec Charles Koechlin.

Il débute comme chef de chant aux casinos de Cannes, Deauville et Aix-les-Bains. En 1923, avec trois jeunes musiciens, Henri Sauguet, Roger Désormière et Maxime Jacob, il fonde l'École d'Arcueil, puisque Erik Satie habite cette commune. Les musiciens de ce groupe sont marqués par un même désir de clarté et de simplicité, et souhaitent maintenir la musique française dans la tradition. L'humour étant, aussi, une qualité française, le nom de Satie leur parut assez bien résumer leurs desseins. Le groupe ne survivra pas à la disparition de Satie en 1925.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • La Belle Encheteresse, opérette (1938),
  • Transbaïkal pour piano et orchestre (1938),
  • Concerto pour piano et orchestre (1940),
  • Sardane (1938),
  • Concerto pour piano (main droite) et orchestre,
  • Scènes de ballet (1962),
  • Espagne pour chœur et orchestre (1938),
  • Phèdre pour chœur et orchestre (1940),
  • Le Cantique des Colonnes pour chœur de femmes et orchestre (1945),
  • Coléoptères pour voix et petit orchestre (1962),
  • deux quatuors à cordes, trois sonates pour violon et piano, un trio pour piano et cordes et un trio pour piano, clarinette et harpe (1962),
  • Suite (1922) ; trois pièces à la manière d'Erik Satie (1921) ; sept études pour piano (1935) ; Soirées enfantines pour piano à quatre mains (1937) ; Sonate (1940) ; sept préludes et des musiques de film.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Eugène Cools sur Musimem.com

Liens externes[modifier | modifier le code]