Henri Buguet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne pas confondre avec le dramaturge Henry Buguet

Henri Buguet

Naissance 30 avril 1761[1]
Fresnes-sur-Marne
Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Décès vers 1833[2]
Nationalité Français Drapeau de la France
Activités Artiste-peintre
graveur
Illustrateur[3]
caricaturiste
Maîtres Pierre Peyron[4]
Jacques-Louis David[5]
Mouvement artistique Peinture d'histoire
Récompenses Médaille d'or à l'exposition de 1808

Henri Buguet, né à Fresnes-sur-Marne le 30 avril 1761 et mort à Paris vers 1833, est un peintre, graveur, caricaturiste et illustrateur français, élève de Pierre Peyron et de Jacques-Louis David.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Jacques Buguet, concierge au château de Fresnes-sur-Marne, et de Marie Catherine née Tétu. Il a un fils, Jean Henri Buguet, né à Paris le 21 mai 1790[6]. Le 19 février 1793 il épouse Marie Dufaut[7] avec laquelle il aura une fille, Marie Suzanne Désirée Buguet, née le 12 juillet 1803 au 5 rue des Ursulines à Saint-Germain-en-Laye[8].

« Il enseigna le dessin au pensionnat de Mme Campan, à Saint-Germain-en-Laye. À partir de 1802, il envoya au Salon des portraits, des scènes historiques ou mythologiques. En 1817, il peignit pour le Château de Pau François 1er armé chevalier par Bayard. Ses portraits de Napoléon Ier, de Louis XVIII et de Charles X ont été gravés par Noël François Bertrand. Il a exécuté quelques lithographies et est mort à Paris vers 1833.. »

— Emmanuel Bénézit, Dictionnaire critique et documentaire des peintres..., Paris, Gründ, édition à préciser, p ?

« BUGUET (Henri), peintre d'histoire, Paris, r. Soufflot, 1 ; né à Fresne (Seine-et-Marne), en 1761; él. de David. Ses principaux ouvrages exposés au M. R[9]. sont : en 1812, Céphale et Procris, 7 p. sur 6; en 1806, Psyché montrant son palais à ses sœurs, et leur faisant des présens, dessin de 2 p. 6 po. sur 3 p.; Un portrait de M. de Rougemont de Lovemberg, 6p. sur 5; en 1808, Godefroi de Bouillon faisant tirer au sort les noms des chevaliers qui doivent défendre Armide, en 1810, Jeanne d'Arc présentant à Charles Vll le général Talbot fait prisonnier, 4 p. sur 6; en 1812, Molière consultant sa servante , 21 po. sur 18; en 1814, Une entrevue de Henri IV et de Gabrielle, même dimension que le précédent ; en 1817, François Ier armé chevalier par Bayard, 4 p. sur 5 (M. I.) , pour la ville de Pau ; Portraits de Louis XVIII et de Charles X, gravés par Nicolas Bertrand. Il a en outre exp., en 1830, au Lux[10]. Leçon de morale d'une mère à son fils ; Derniers momens d'un Musulman voyant le paradis de Mahomet. Cet artiste a obtenu une méd. d'or à l'exposition de 1808, pour son tableau de Godefroi de Bouillon. Il tient atelier d'élèves[11]. »

— Charles Gabet, Dictionnaire des artistes de l'École française au XIXe siècle, Paris, Vergne 1831 (p. 107) (voir commentaire ci-dessous)

Expositions et salons[modifier | modifier le code]

Salon de peinture[modifier | modifier le code]

Il expose aux Salons Parisiens de 1800 à 1817

1800, Buguet (Henri) né à Fresnes

  • no 62 Un portrait en pied, représentant le Cit. Campan fils[12]

1804, Buguet (Henri) élève de David, rue des Petits-Champs, n. 455

  • no 74 Portrait d'un homme tenant de la musique
  • no 75 Autre portrait d'homme
  • no 76 Portrait d'une jeune personne dessin

1806, Buguet élève de David, cul-de-sac de la Corderie, no 8

  • no 80 Psiché, après avoir fait des présens à ses sœurs, leur fait entendre un concert
  • no 81 Portrait d'une jeune fille
  • Hors exposition :Portrait de M. de Rougemont de Lovemberg
Charles X

1808, Jean-Henri Buguet, rue de la Concorde, n. 12

  • no 84, Godefroi de Bouillon faisant tirer au sort les noms des chevaliers qui doivent aller défendre la belle Armide, sujet tiré de la Jérusalem délivrée du Tasse, Médaille d'or à l'exposition de 1808[11]

1810, Buguet élève de David

  • no 133 Jeanne-d'Arc[13]

1812, Buguet, rue de la Concorde, n. 12

  • no 151, Molière consultant sa servante[14]

1814, Buguet rue Miromesnil, n. 18

  • no 160, Molière consultant sa servante[15]
  • no 161, Première entrevue de Henri IV et de Gabrielle d'Estrées[15]

1817, Buguet rue Miromesnil, n. 18

Musée du Luxembourg[modifier | modifier le code]

1830, Musée du Luxembourg, Exposition des ouvrages de peinture sculpture, architecture, gravure, dessins et lithographies, exposés dans la Galerie de la Chambre des Pairs, au profit des blessés des 27, 28, et 29 juillet.

  • no 27, Leçon de morale d'une mère à son fils
  • no 28, Derniers momens d'un musulman voyant le paradis de Mahomet
  • no 28bis, Molière consultant sa servante

Œuvres[modifier | modifier le code]

Tableaux[modifier | modifier le code]

François Ier reçu chevalier par Bayard
Jeune page
  • Garde du Corps du Roi, Collection Privée, de face de 3/4, en habit de Grand Uniforme, portant la décoration du Lys en or, ruban à bouffette, et la croix de Saint Louis. Il supporte de sa main gauche le chapeau garni du plumet. La main droite tient l'épée munie de sa dragonne. À la taille pend une châtelaine en or. Huile sur toile, signée en bas à gauche et datée 1814. BE 92 × 73 cm (petites réparations)

vente du 27 juin 2010[17]

  • François Ier reçu chevalier par Bayard, Pau, Musée des Beaux-arts, Huile sur toile 100 × 130 cm signé et daté en bas à gauche : Buguet 1817[18]
  • Godefroi de Bouillon, tableau non localisé, connu grâce à une estampe d'un détail de cette œuvre intitulée Jeune Page. et titrée : Étude d'après le Tableau de Godefroi de Bouillon peint par Buguet, Élève de David, et gravée par N. Bertrand. Bibliothèque de l'Université de Ratisbonne[19]

Estampes[modifier | modifier le code]

  • Joséphine de Beauharnais, l'estampe porte cette légende : Joséphine Impératrice des Français et reine d'Italie. Dessiné par henry Buquet à Paris chez Bouquet, rue du Théâtre Français. Déposé à la Bibliothèque Impériale, fait partie de La Collection Napoléon de l'Université McGill[20]
  • Napoléon, l'estampe porte cette légende : Napoléon, premier empereur des Français et Roi d'Italie, fait partie de La Collection Napoléon de l'Université McGill[21]
  • Élection Anglaise. Lord-Iginal faisant sa motion, 1818, au British Museum[22]
  • Les Passions / L'Inconvénient de politiquer en buvant du punch, 1818, au British Museum[23]
  • Les Passions / L'Anglais en bonne fortune, 1818, au British Museum[24]
  • Les Passions / Lord-gueil, Lady-scorde, 1819, au British Museum[25]
  • Les Passions / Lord-tolan prenant sa leçon de danse, 1819, au British Museum[26]
  • Les Passions / Lord-ible déclarant son amour à Lady-forme, 1819, au British Museum[27]

Illustrations[modifier | modifier le code]

  • Il a illustré Œuvres de Molière, avec un commentaire historique et littéraire, précédé du tableau des mœurs du dix-septième siècle, et de la vie de Molière, par M. Petitot, Paris : J.-P. Aillaud, 1824[28],[29],[30], une de des illustrations, Dandin, gravé par J.F. Cazenave, 1821, est conservée au British Museum[31]

Annexes[modifier | modifier le code]

Commentaire sur la notice de Charles Gabet[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Dans le Dictionnaire des artistes de l'École française au XIXe siècle, Charles Gabet, Paris, Vergne 1831, p. 107.

Charles Gabet nous indique que le tableau Portrait de M. de Rougemont de Lovemberg, non mentionné dans le livret, fut exposé au Salon de 1806 et qu'au salon de 1817 fut aussi exposés hors catalogue les portraits de Louis XVIII et de Charles X Gabet mentionne aussi les dimensions des tableaux. Enfin il nous apprend que Buguet exposa en 1830 au musée du Luxembourg, Galerie de la Chambre des Pairs, lors de la manifestation organisée au profit des blessés des 27, 28, et 29 juillet 1830.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Cité dans :

  • Observations sur le Salon de l'an 1808. no Ier. Tableaux d'histoire, Éditeur Vve Gueffier (Paris), 1808 (p. 33)[32]
  • Petite revue des tableaux, par Mlle E... D, Auteur : Érard, Mlle, Éditeur impr. de Égron (Paris), 1814 (p. 3)[33]
  • Dictionnaire des artistes de l'École française au XIXe siècle, Charles Gabet, Paris, Vergne 1831 (p. 107)[11]
  • Annuaire de Guyot de Fère en 1832 (p. 51)
  • Dictionnaire historique des peintres de toutes les écoles, Auteur : Siret, Adolphe, Éditeur : Périchon (Bruxelles), 1848 (p. 268)
  • David, son école et son temps, Étienne-Jean Delécluze, Didier libraire éditeur, Paris, 1855, réédition Macula, Paris, 1983 (p. 414)
  • Collection des livrets des anciennes expositions depuis 1673 jusqu'en 1800. Editeur Liepmannssohn, 1871, Année 1800 (p. 19)
  • Iconographie moliéresque seconde édition, Auteur : Paul Lacroix, Éditeur : A. Fontaine (Paris), 1876 (p. 148, 591 et 768)
  • Nouveau dictionnaire des peintres anciens et contemporains, Auteur : Guédy, Théodore, Éditeur : Deplanche (Paris), 1882 (p. 65)
  • Inventaire du fonds français après 1800 / Bibliothèque nationale, Département des estampes. Tome troisième, Adhémar, Auteurs : Laran, Jean, Adhémar, Jean, 1942 (p. 500)[29]
  • Correspondance inédite de Mme Campan avec la Reine Hortense, Tome premier, Alaphonse Levasseur, libraire, 1835 (p. 222)

Généalogie[modifier | modifier le code]

Généalogiste : Jean-Louis Buguet [2]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) « Archives départementales de Seine et Marne, registres paroissiaux, état civil, Fresnes-sur-Marne, cote no 5MI3162, vue no 12 »
  2. Peut-être du choléra, à l'occasion de la Deuxième pandémie de choléra (1826-1841)
  3. (fr)(notice BnF no FRBNF40386909p) et (notice BnF no FRBNF40343998k)
  4. Cf. Pierre Rosenberg et Udolpho van de Sandt, Pierre Peyron, Paris, Arthena, 1983, p. 38. Ces auteurs citent un manuscrit conservé à l'École nationale supérieure des Beaux-arts: Ms 95 fol. 74 et 88, qui nous apprend que Buguet était élève de Peyron dès mars 1785.
  5. (en) « Union List of Artist Names (Getty Museum) », sur www.getty.edu
  6. (fr)« Notice no LH/390/11 », base Léonore, ministère français de la Culture
  7. Archives départementales de Paris, table des mariages et des divorces parisiens pour les années 1793 - 1802 [1]
  8. (fr) « Archives départementales des Yvelines, Naissances Saint-Germain-en-Laye An XI, cote 1139091 vue 105, acte no 178 », sur img-dad.cg78.fr
  9. M. R. : Musée Royal, c'est-à-dire le musée du Louvre
  10. Lux : musée du Luxembourg
  11. a, b et c (fr) « Charles Gabet, Dictionnaire des artistes de l'École française au XIXe siècle, Paris, Vergne 1831, (p. 107) », sur gallica.bnf.fr
  12. Exposé dans le salon du Musée central des Arts (C'est-à-dire le musée du Louvre), le 15 Fructidor an VIII de la république. (2 septembre 1800) Source : Collection des livrets des anciennes expositions depuis 1673 jusqu'en 1800. Éditeur Liepmannssohn.
  13. a et b Avec une explication du sujet
  14. (fr) « Iconographie moliéresque, seconde éd. rev., corr. et considérablement augm. par Paul Lacroix 1876 (p. 321) », sur gallica.bnf.fr
  15. a et b Le titre est précédé d'un astérisque signifiant que le tableau est à vendre
  16. Il paroîtra sous quelques jours chez M. Bertrand, graveur-éditeur, marchand d'estampes, rue de Savoie, no 9, et chez Charles Gosselin, libraire, rue de Seine no 12, un beau portrait de grandeur naturelle de S. M. Charles X, dessiné d'après nature, par Buguet. Ce portrait, de même dimension que celui du feu Roi, par les mêmes artistes, est destiné à orner les salles des préfectures, des mairies, et en général, de toutes les administrations ou établissemens publics. Il est tiré sur papier vélin dit grand-aigle, et se vend 10fr en noir et 20fr colorié.Journal des débats politiques et littéraires 20/09/1824
  17. (fr) « HOTEL DES VENTES MOBILIERES DE DAX », sur www.interencheres.com
  18. (fr)« Notice no 00980000030 », base Joconde, ministère français de la Culture
  19. « notice Cote 9994/FrS MF Nr. 411. », sur rzbs4.bibliothek.uni-regensburg.de
  20. (fr) « notice Joséphine », sur digital.library.mcgill.ca
  21. (fr) « notice Napoléon », sur digital.library.mcgill.ca
  22. (en) « notice Lord-Iginal faisant sa motion », sur www.britishmuseum.org
  23. (en) « notice L'Inconvénient de politiquer en buvant du punch », sur www.britishmuseum.org
  24. (en) « notice L'Anglais en bonne fortune », sur www.britishmuseum.org
  25. (en) « notice Lord-gueil, Lady-scorde », sur www.britishmuseum.org
  26. (en) « notice Lord-tolan prenant sa leçon de danse, Lady-scorde », sur www.britishmuseum.org
  27. (en) « notice Lord-ible déclarant son amour à Lady-forme », sur www.britishmuseum.org
  28. (fr) « Catalogue of the Molière Collection in Harvard College Library - 1906 (p. n14 et n57) », sur www.archive.org
  29. a et b (fr) « Inventaire du fonds français après 1800, Volume 3 - Bibliothèque nationale (France). Cabinet des estampes, Jean Laran - M. Le Garrec, 1942 (p. 500) », sur gallica.bnf.fr
  30. (fr) « Iconographie moliéresque, seconde éd. rev., corr. et considérablement augm. par Paul Lacroix 1876 (p. 274) », sur gallica.bnf.fr
  31. (en) « notice Dandin », sur www.britishmuseum.org
  32. (fr) « Observations sur le Salon de l'an 1808 (p. 33) », sur gallica.bnf.fr
  33. (fr) « Petite revue des tableaux (p. 3) », sur gallica.bnf.fr