Henri Bourtayre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bourtayre.

Henri Bourtayre (né le 21 octobre 1915 à Biarritz et mort le 10 juin 2009 dans les Yvelines) est l’auteur de la musique de plus d’un millier de chansons, certaines ayant acquis d’emblée une très grande popularité.

Biographie[modifier | modifier le code]

Henri Bourtayre commence par jouer du piano dans les cabarets de Biarritz et de la côte basque, et se produit localement dans les réunions et les noces avec le chanteur André Dassary, qu’il suit à Paris, en 1937. Il est bientôt engagé aux éditions Ray Ventura, où il fait la connaissance de Raymond Legrand, musicien et chef d’orchestre, pour lequel il commencera à écrire à partir de 1941. Il remporte son premier grand succès avec Ma ritournelle, chantée par Tino Rossi.

Presque toujours sur des paroles de Maurice Vandair, il écrit bientôt pour les grandes vedettes de l’époque : André Dassary, Tino Rossi, Maurice Chevalier, Georges Guétary. En 1944, Fleur de Paris fait figure d’hymne de la Libération. La fin de l’Occupation fait apparaître de nouvelles vedettes pour lesquelles Henri Bourtayre compose : Luis Mariano (Ma belle au bois dormant, 1944), Lina Margy (La Fille à Domingo), et surtout Jacques Hélian et son orchestre, qui succède à Raymond Legrand, et dont il devient le compositeur attitré.

Sans abandonner Maurice Vandair, Henri Bourtayre collabore souvent à l’époque avec un nouveau parolier, Henri Kubnick, producteur de radio. Au début des années 1950, Henri Bourtayre écrit notamment pour un nouveau venu dans le domaine du music hall, Robert Lamoureux. Il est ami de Louise Myres-Seguin, chant, mariée à Jo Darlay's, animateur, lesquels décentralisent en province ses interprètes de chansons, dans les années 1950.

Henri Bourtayre est l'auteur de la partition de quatre opérettes. Dans ce domaine, seuls Chevalier du ciel (1955) [1], avec Luis Mariano, obtinrent un réel succès. On doit encore à Henri Bourtayre la musique d’une cinquantaine de films.

Henri Bourtayre est le père du compositeur Jean-Pierre Bourtayre, né en 1942.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Opérettes[modifier | modifier le code]

  • Miss Cow-Boy (1947, Paris, Casino-Montparnasse)
  • Tout pour elles (1955, Genève)
  • Chevalier du Ciel (1955, Paris,Gaîté-Lyrique)
  • Louisiane mes amours (1970, Paris, Châtelet)

Musiques de chansons[modifier | modifier le code]

  • 1941 : Ma Ritournelle (paroles de Maurice Vandair) – Tino Rossi ;
  • 1942 : Dans le chemin du retour (paroles de Maurice Vandair) – Tino Rossi ;
  • 1942 : Quérida (paroles de Maurice Vandair) – Jaime Plana ; Marie José ;
  • 1943 : La Guitare à Chiquita (paroles de Maurice Vandair) – Raymond Legrand ;
  • 1943 : Mon cœur est toujours près de toi (paroles de Maurice Vandair) – Georges Guétary ;
  • 1944 : El Cabrero (paroles de Maurice Vandair) – Marie José ;
  • 1944 : Fleur de Paris (paroles de Maurice Vandair) – Maurice Chevalier, Jacques Hélian ;
  • 1944 : Ma belle au bois dormant (paroles de Maurice Vandair) – Luis Mariano ;
  • 1945 : Baisse un peu l’abat-jour (paroles de Marcel Delmas) – Elyane Célis ;
  • 1945 : C’est la fête au pays (paroles de Maurice Vandair et Maurice Chevalier) – M. Chevalier ;
  • 1945 : Ça fait chanter les Français (paroles de Maurice Vandair et Maurice Chevalier) – M. Chevalier ;
  • 1945 : Chacun son rêve (paroles de Maurice Vandair) – Charles Trenet ;
  • 1945 : Chansons grises… chansons roses (paroles d’Henri Kubnick) – Michel Roger ;
  • 1945 : Lily Bye… bye ! (paroles de Maurice Vandair) – Guy Berry, Jacques Hélian ;
  • 1945 : Feu follet (paroles d’Henri Kubnick) – Michel Roger ;
  • 1945 : La Fille à Domingo (paroles de Maurice Vandair) – Lina Margy ;
  • 1946 : Le Swing à l’école (paroles de Syam et Georgius) – Fred Adison et son orchestre ;
  • 1946 : Pastourelle à Nina (paroles de Maurice Vandair) – Rudy Hirigoyen ;
  • 1946 : Simple histoire (paroles d’André Hornez) – Lina Margy ;
  • 1946 : Une Fleur sur l’oreille (paroles d’Henri Kubnick) – Guy Berry ;
  • 1947 : Ma petite Hawaïenne (paroles de Maurice Vandair) – Tino Rossi ;
  • 1949 : Soleil levant (paroles de Louis Poterat) ; Jean Faustin & son orchestre; Odéon 282.311
  • 1950 : Agur (paroles de Maurice Vandair) – André Dassary ;
  • 1950 : La France en rose (paroles d’Albert Willemetz) – Arletty ;
  • 1953 : Viens à la maison (paroles de Robert Lamoureux)- Robert Lamoureux ;
  • 1954 : Il faut si peu de choses (paroles d’Albert Willemetz) – Yvonne Printemps ;
  • 1966 : Oui au whisky (avec Jean-Pierre Bourtayre ; paroles d’E. Meunier) – Maurice Chevalier.

Musiques de films[modifier | modifier le code]

Revue[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

  • Henri Bourtayre, Fleur de Paris ou 50 ans de souvenirs et de chansons françaises (livre de 240 pages accompagnant les deux disques Fleur de Paris. 8 mai 45-8 mai 95. Autour de la victoire. EMI-Une musique, 1995).

Disques[modifier | modifier le code]

  • 50 ans de chansons avec Henri Bourtayre (CD de 20 chansons, Coll. Du Caf’conc’ au Music hall, EMI France, 1993)
  • Fleur de Paris (20 chansons d'Henri Bourtayre), EMI, 1995
  • Les Chansons de ma jeunesse. 25 artistes chantent les succès d'Henri Bourtayre. Marianne Mélodie, 2008
  • Chevalier du Ciel- Miss Cow-Boy- Tout pour elle. Opérettes d'Henri Bourtayre. Marianne Mélodie, 2008
  • Dansez sur les succès d'Henri Bourtayre. Marianne Mélodie, 2009