Henri Berthelot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Berthelot.
Officier général francais 3 etoiles.svg Henri Berthelot
Image illustrative de l'article Henri Berthelot

Naissance 7 décembre 1861
Feurs, France
Décès 29 janvier 1931
Paris, France
Allégeance Drapeau de la France France
Arme Infanterie
Grade Général de division
Années de service 1883 – 1926
Conflits Première Guerre mondiale
Commandement 32e Corps d'armée
Mission française en Roumanie (1916-1918)
Ve armée (1918)
Distinctions Grand-croix de la Légion d'honneur
Croix de guerre 1914-1918
Citoyen d'honneur de Roumanie

Henri Mathias Berthelot, né le 7 décembre 1861[1] à Feurs (Loire) et mort le 29 janvier 1931 à Paris, est un général français ayant servi pendant la Première Guerre mondiale.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un capitaine de gendarmerie, Berthelot est affecté, en 1883, après des études à l'École spéciale militaire de Saint-Cyr, en Algérie, puis en Indochine.

En 1907, il est affecté à l'état-major général. En 1914, il est le chef d'état-major du général Joffre.

Du 3 août 1915 au 19 septembre 1916, il commande le 32e corps d'armée ou Groupement Berthelot.

En 1916, placé à la tête de la mission militaire française en Roumanie, dite mission Berthelot et forte de près de 2000 officiers et sous-officiers, il réorganise l'armée roumaine, lourdement défaite par l'Allemagne et résistant à grand peine en Moldavie.

Après son retour en France, le général Foch lui confie le commandement de la 5e armée du 5 juillet au 7 octobre 1918.

Il est ensuite chargé de combattre les Bolcheviks russes en Bessarabie (1918) et les Bolchéviks hongrois en Transylvanie (Guerre hongro-roumaine de 1919).

De 1919 à 1922, il est gouverneur militaire de Metz.

De 1920 à 1926, il est membre du Conseil supérieur de la guerre. À ce titre, il participe à la décision de construction de la ligne Maginot.

De 1923 à 1926, il est gouverneur militaire de Strasbourg.

Il meurt à Paris en janvier 1931, à 69 ans. Il est enterré à Nervieux dans le Forez, sa région natale.

Carrière militaire[modifier | modifier le code]

Arme : Infanterie

Le souvenir du général en Roumanie[modifier | modifier le code]

L'entrée du village General Berthelot en Roumanie.
Les ruines de la villa du général dans le village qui porte son nom (2004).
Villa du général Berthelot restaurée (2010).
Un monument aux morts de l'armée Berthelot (1919) dans la commune de Lipova.

En 1923[2],[3], en signe de reconnaissance de la contribution de l'armée française à la libération de la Roumanie, il reçoit du roi Ferdinand Ier et de la reine Marie de Roumanie une propriété confisquée à la famille Nopcsa, aristocrates austro-hongrois, située dans le village transylvain de Fărcădin, ainsi qu'une palme de reconnaissance conservée dans l'église du village. L'acte de cession inclut un manoir ainsi que 70 hectares de terrain agricole, un verger et de la forêt, dont les revenus annuels sont destinés, selon le désir du Général, à l'Académie militaire roumaine, pour financer des bourses d'études destinées à de jeunes étudiants roumains de l'École militaire de Bucarest pour se perfectionner à l'Académie militaire de Nancy.

Du vivant même de celui-ci, le conseil communal rebaptise la commune du nom de General Berthelot. En 1965, pendant la dictature communiste roumaine, son nom est changé en « Unirea » (union) et la villa du général est transformée en entrepôt agricole et pillée. Après la chute du président communiste Ceaușescu, un référendum local approuve en 2001 le retour à l'appellation « General Berthelot ».

De nombreux établissements scolaires ou voies publiques (rues, boulevards...) portent le nom de Berthelot en Roumanie. À l'occasion de la Fête nationale roumaine, chaque 1er décembre, le Consulat général de la Roumanie à Strasbourg dépose une couronne de fleurs devant le buste du général Berthelot situé rue de Boston, en face du parc de la Citadelle. Henri Berthelot était membre de l'Académie roumaine.

Décorations[modifier | modifier le code]

Grand-croix de la Légion d'honneur[4] Médaille militaire Croix de Guerre
médaille inter-alliés de la Victoire Médaille  du Tonkin Médaille commémorative de la Grande Guerre
médaille du service distingué U.S.A Ordre de Saint-Maurice et Lazare officier de l'Ordre de la Couronne d'Italie
Ordre Ouissam Alaouite du Maroc

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.culture.gouv.fr/Wave/savimage/leonore/LH016/PG/FRDAFAN83_OL0209066v012.htm
  2. Article du Journal amusant du 18 août 1923
  3. Article de l'Ouest-Eclair du 3 octobre 1923
  4. « Notice no LH/209/66 », base Léonore, ministère français de la Culture

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Noël Grandhomme, Berthelot : du culte de l'offensive à la stratégie globale, Saint-Cloud, SOTECA,‎ 2011, 970 p. (ISBN 978-2-11-098552-1).
  • Jean-Noël Grandhomme, Le Général Berthelot et l'action de la France en Roumanie et en Russie méridionale, 1916-1918 : genèse, aspects diplomatiques, militaires et culturels avec leurs incidences, prolongements et perspectives, Château de Vincennes, Service historique de l'armée de terre,‎ 1999, 1120 p. (ISBN 978-2-86323-122-7, OCLC 52002997).
  • Michel Roussin, Sur les traces du général Berthelot, Paris, Guéna-Barley,‎ 2013, 269 p. (ISBN 978-2-919058-07-5).