Henri Beaufort (2e duc de Somerset)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de cette famille, voir : Beaufort et pour les homonymes, voir Henri Beaufort.

Henri Beaufort (26 janvier 143615 mai 1464), 2e duc de Somerset[1], fut un chef militaire important de la Maison de Lancastre au cours de la Guerre des Deux-Roses.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il était fils d'Edmond Beaufort et d'Eléonore Beauchamp. Il était ainsi cousin germain de Margaret Beaufort, de Richard Neville, comte de Warwick (« le faiseur de rois »), et oncle d'Henri Stafford, 2e duc de Buckingham.

Henri Beaufort combattit à la première bataille de Saint-Albans (1455), où il fut grièvement blessé et son père tué. Il fut l'artisan des victoires de Wakefield (1460), et de la seconde bataille de Saint-Albans (1461), mais ne put éviter la défaite de Towton (1461), se réfugiant en Écosse après s'être échappé du champ de bataille.

D'Écosse, il se rendit en France pour négocier une aide, mais y fut emprisonné un certain temps, et ensuite il traversa la Flandre pour revenir en Angleterre. Il plaça des garnisons dans plusieurs châteaux de Northumbrie. Après s'être rendu à l'issue d'un siège, il manifesta son accord pour faire la paix avec le roi Édouard IV, qui lui accorda son pardon le 10 mars 1462 en échange de la reddition des dernières garnisons. Henri Beaufort retrouva ses terres et ses titres.

Il resta à la cour du roi, lui accordant ses conseils. Mais, fin 1463, il rejoint le parti lancastrien, et commence à lever des troupes. Défait et fait prisonnier à la bataille de Hexham, il est décapité le même jour. Son corps fut enterré dans l'abbaye de Hexham.

Il n'a pas eu d'enfants légitimes, mais laissa un fils illégitime, Charles Somerset, comte de Worcester, et ancêtre des comtes de Worcester puis des ducs de Beaufort.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Michael K. Jones, « Beaufort, Henry, second duke of Somerset (1436–1464) », Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press, édition en ligne, janvier 2008.

Sources[modifier | modifier le code]