Henri-François Riesener

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Henri-François Riesener

Description de cette image, également commentée ci-après

Autoportrait, musée du Louvre, Paris

Naissance
Paris
Décès
Paris
Nationalité Drapeau : France Français
Activités Artiste peintre
Maîtres Jacques-Louis David
Mouvement artistique Néoclassicisme

Henri-François Riesener, né le à Paris où il est mort le , est un peintre portraitiste français.

Il est le fils de l'ébéniste d'origine allemande, Jean-Henri Riesener (1743-1806), et le père du peintre du romantique Léon Riesener (1808-1878).

Biographie[modifier | modifier le code]

Henri-François Riesener est d'abord l'élève de François-André Vincent, puis de Jacques Louis David, dont il quitte l'atelier pour s'engager dans l'armée au moment des guerres de la Révolution. Il participe aux campagnes napoléoniennes, notamment à celles d'Italie et d'Égypte.

De retour en France, il entame une carrière de portraitiste et de miniaturiste. Ses œuvres figurent au Salon, où il expose notamment les portraits d'Eugène de Beauharnais, du général de brigade Ordener, de Mme Sallandrouze, du comte de Cessac, de l'évêque d'Autun.

Il fait cinquante copies de son portrait original de Napoléon Ier, dessiné pendant un déjeuner. Plus tard, il travaille pour des commandes faites par des Anglais[évasif].

Après le départ de ceux-ci, les commandes se raréfiant, il laisse sa femme et son fils à Paris et part pour la Russie en 1815. Il y reste sept ans, séjournant à Moscou (1816-1823), Saint-Pétersbourg et Varsovie. Il y peint toutes les célébrités de l'aristocratie et exécute, avec Edouard Bernard Sewbach, un portrait équestre du tsar Alexandre.

À son retour en France en 1823, Henri-François Riesener donne ses premières leçons de dessin à son fils Léon, et le fait entrer dans l'atelier du baron Gros, puis il dirige son neveu, Eugène Delacroix, vers l'atelier de Pierre-Narcisse Guérin.

Il immortalise les artistes de l'Opéra-Comique et réalise un portrait du bronzier André-Antoine Ravrio, son cousin, aujourd'hui conservé au musée du Louvre.

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

  • Portrait du peintre Maurice Quays (1797-1799), musée du Louvre, Paris
  • Portrait d'André-Antoine Ravrio, bronzier de l'empereur Napoléon, (1812), musée du Louvre, Paris
  • Portrait de Joséphina Fridrix (1813), musée de l'Hermitage, Saint-Pétersbourg
  • Portrait de Peotr Lachinov (1816-1821), musée de l'Hermitage, Saint-Pétersbourg
  • Portrait de S. P. Apraksina (1818), musée de l'Hermitage, Saint-Pétersbourg
  • Portrait de la princesse Dolgoroukaya, musée Pouchkine, Moscou
  • Portrait d'une Lady (1818), Hood Museum of Art, New-Hampshire
  • Portrait de Louise-Rosalie Dugazon, chanteuse de l'Opéra-Comique, musée Carnavalet, Paris

Galerie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]