Henk Kuijpers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Henk Kuijpers

Naissance 10 décembre 1946 (67 ans)
Haarlem, Pays-Bas
Nationalité hollandaise
Activités scénariste, dessinateur, éditeur
Formation Université d'Amsterdam
Influencé par Hergé, Maurice Tillieux, André Franquin
Récompenses Prix Stripschapsprijs (1990)

Œuvres réputées

Franka

Henk Kuijpers, né le 10 décembre 1946 à Haarlem dans la Hollande-Septentrionale aux Pays-Bas, est un scénariste, dessinateur autodidacte et éditeur[1] de bande dessinée, connu notamment dans son pays pour ses récits d'aventures classiques très ligne claire, avec des décors très travaillés et une longue intrigue dans sa création Franka.

En 1990, il obtint le Prix Stripschapsprijs[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Haarlem aux Pays-Bas, le jeune Henk Kuijpers lisait de nombreux magazines en flamand ou néerlandais Donald Duck, Kuifje et Robbedoes. Très influencé par Hergé, Maurice Tillieux et André Franquin, il réalisa quelques bandes dessinées auxquelles même il se livrait durant ses études sur la sociologie à l'Université d'Amsterdam (Universiteit van Amsterdam)[2].

En tant étudiant universitaire, en 1971, il participa à un concours de dessin organisé par Kuifje à l'occasion de son vingt-cinquième anniversaire, à qui il avait envoyé une première illustration nommée Extrait des mémoires de Georges Longfellow. Son nom n'étant pas retenu, il gagna tout de même l’occasion de visiter l’exposition en octobre et novembre où il acquit la connaissance des réalités techniques de ce métier.

Carrière[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

Tout fraîchement diplômé, il se pencha sur la bande dessinée de dix planches racontant le milieu cinématographique avant de les présenter, en mai 1973, à la rédaction du magazine hollandais Pep : il fut engagé à tous moments. Les responsables de cet hebdomadaire Frans Buissink et Jan de Rooy les premiers récits de l'auteur Le Dernier des derniers des derniers récits de Noël dans le no 51, Extrait des mémoires de Georges Longfellow : le 12 mai 1907 au no 6 de 1974 et La Mutinerie de la Sirène au no 37 de la même année[2].

Naissance de Franka[modifier | modifier le code]

Toujours dans la même année, ces responsables lui donnèrent carte blanche sur un long récit De Staatsgreep (Le Coup d'état), publié au no 48 jusqu'au no 16 en 1975, dans lequel débutait Franka comme personnage secondaire. Insatisfaits des personnages de cette première histoire, les éditeurs lui demandèrent une suite sur laquelle l'auteur se pencha avec une idée en tête : l’un des personnages féminins donnera son nom comme titre de sa première série Franka.

Logo apparu dans la revue néerlandaise Eppo dès 1975.

En 1975, les magazines Pep et Sjors devient Eppo dans lequel apparut Het Meesterwerk (Le Chef d’œuvre), du no 12 au no 20 en 1976 d'où Franka tient finalement le rôle principal.

La maison des éditions Oberon se chargea alors, en 1978, sur l'impression du premier épisode De Staatsgreep en album sous le titre en Het Misdaadmuseum (Le Musée du crime).

« Dans cette première histoire, Franka n’est pas l’héroïne en titre. Elle travaillait pour le Musée du crime parce que, à l’origine, mon intention était de baser l’histoire sur une équipe de professionnels du crime (mais pas des criminels…). Dans l’épisode test de dix pages, j’avais attaqué avec des personnages qui travaillaient dans le milieu du cinéma (cascadeur, scénariste, etc.) et qui étaient des spécialistes pour ce genre de films. Lors de la parution du premier épisode, j’ai changé le titre De Staatsgreep (c’est-à-dire Le Coup d’état qui correspondait au nœud de l’intrigue) en Het Misdaadmuseum. »

— Henk Kuijpers[2], dans un entretien de la revue Hop ! no 82 du second trimestre 1999.

Henk Kuijpers, éditeur[modifier | modifier le code]

En 1997, pour les fanatiques de son personnage, l'auteur édita lui-même le Franka Magazine[3] de seize pages dans lequel il partagea ses documents de travail, ses reproductions ainsi que ses commentaires[2].

Bars, inédit en France[modifier | modifier le code]

En 2001, Henk Kuijpers créa une série dérivée, inédite en France, Bars, avonturen van een klein hondje[3] (Bars, les aventures d'un petit chien) dans laquelle aucune parole n'est prononcée, mais dotée d'humour canin.

Expositions[modifier | modifier le code]

  • 1990 : Journées de la bande dessinée Stripdagen Breda[1].
  • 2000 : Alle Haaien, au Maritiem Museum de Rotterdam[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Henk Kuijpers », sur ComicHouse (consulté le 30 janvier 2011)
  2. a, b, c, d et e Gilles Ratier, « Le coin du patrimoine BD : Franka d’Henk Kuijpers », sur BD Zoom,‎ 25 mai 2010 (consulté le 30 janvier 2011)
  3. a et b « Bars, avonturen van een klein hondje », sur Site officiel de Franka (consulté le 30 janvier 2011)

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]