Hemigrapsus takanoi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Hemigrapsus takanoi est un petit crabe originaire des côtes rocheuses du Japon et de la Chine. Longtemps confondu avec Hemigrapsus penicillatus dont il est l'espèce jumelle, il n'en a été distingué qu'à partir de 1997, puis officiellement décrit en 2005. Il a été découvert sur la côte atlantique française en 1994 et est devenu depuis lors une espèce invasive en Europe.

Historique[modifier | modifier le code]

C'est en 1997 que, pour la première fois, deux « formes » sont décrites au sein des populations d’Hemigrapsus penicillatus, un crabe très commun des estrans japonais[1]. En 2005, la suggestion de 1997 est concrétisée, et une nouvelle espèce est décrite dont le nom, Hemigrapsus takanoi, fait référence à Masatsugu Takano qui a le premier reconnu deux formes dans les populations d'H. penicillatus au sens large[2].

En 2006, une étude précise les critères de différenciation des deux espèces[3], mais la validité de cette distinction est mise en doute en 2007[4]. La communauté scientifique internationale semble toutefois majoritairement retenir la nouvelle espèce[5].

Description[modifier | modifier le code]

H. takanoi est un crabe de petite taille : le céphalothorax atteint régulièrement 2,5 cm dans sa plus grande dimension[6], les plus grands spécimens ne dépassant guère 3 cm[2]. La forme générale de la carapace est approximativement carrée, très légèrement plus large que longue (le rapport largeur/longueur est compris entre 1,10 et 1,20[2]). Dorsalement, la coloration apparaît toujours assez sombre, grisâtre, verdâtre ou brune ; les pattes marcheuses, assez larges et aplaties, sont généralement marquées de bandes plus sombres, plus ou moins distinctes selon les individus. Le bord externe de la pince des mâles présente une touffe dense de poils.

Les points noirs qui, à la face ventrale, ornent les segments abdominaux de H. penicillatus, son espèce jumelle, sont absents chez H. takanoi, et la touffe de poils de la pince des mâles est nettement plus développée chez H. takanoi[3].

Répartition géographique[modifier | modifier le code]

Originaire des eaux tempérées froides à subtropicales du Pacifique du Nord-Ouest, H. takanoi est désormais bien installé en Europe, et l'on s'attend à ce qu'il s'implante également à terme sur la côte orientale de l'Amérique du Nord[6].

Distribution originelle[modifier | modifier le code]

Cette espèce n'ayant été que récemment distinguée de H. penicillatus s. lat., l'étendue réelle de sa distribution géographique n'est pas encore précisément connue. Elle n'est pour l'instant confirmée que sur les quatre îles de l'archipel japonais ; elle est toutefois soupçonnée sur l'ensemble de l'aire occupée par H. penicillatus s. lat., c'est-à-dire de l'île Sakhaline (Russie) au nord à Hong Kong au sud, en passant par le nord de la Chine, la Corée, Okinawa et Taïwan[2].

Progression en Europe[modifier | modifier le code]

C'est en 1994 que ce crabe est pour la première fois reconnu en Europe, à La Rochelle. À partir de là, sa progression sur les côtes du golfe de Gascogne est très rapide puisque, dès décembre 1996, il est noté, et localement abondant, de Laredo (Espagne) à Fromentine (Vendée), ces deux localités étant distantes de 800 km[7]. À peine plus tard, l'espèce est découverte très au nord, successivement au port du Havre où dès 1997 elle forme d'abondantes populations de juvéniles, et dans l'Escaut oriental (Pays-Bas) en 1999[8]. Ces observations initiales ont toutes attribuées à H. penicillatus, jusqu'à ce que l'on découvre, à partir de 2005, que les Hemigrapsus européens correspondaient en fait tous à la nouvelle espèce, H. takanoi.

À la fin de 2007, les populations du golfe de Gascogne ont gagné la Bretagne, atteignant la rade de Lorient, pratiquement à la limite du Morbihan et du Finistère[9]. En Manche et dans la mer du Nord, la répartition actuelle de H. takanoi est hétérogène. Il a été noté en deux points de la baie de Seine : Saint-Vaast-la-Hougue (Cotentin) et Le Havre ; les populations sont quasi continues de la Côte d'Opale aux Pays-Bas, côtes belges comprises ; enfin, deux localités disjointes ont été signalées, à Bremerhaven et en Basse-Saxe (Allemagne). L'espèce est en revanche toujours absente des côtes britanniques[10].

Écologie[modifier | modifier le code]

Référence[modifier | modifier le code]

  • Asakura & Watanabe, 2005 : Hemigrapsus takanoi, new species, a sibling species of the common Japanese intertidal crab H. penicillatus (Decapoda: Brachyura: Grapsoidea). Journal of Crustacean Biology, vol. 25, p. 279-292 (texte original).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes[modifier | modifier le code]

  1. (en) Takano, M., Ikeda, M. & Kijima, A., 1997. Biochemical and morphological evidence of two sympatric forms, interpreted as sibling species, in the estuarine grapsid crab Hemigrapsus penicillatus (De Haan). Benthos Research, 52, 111–117.
  2. a, b, c et d (en) Asakura, A. & Watanabe, S. 2005. Hemigrapsus takanoi, new species, a sibling species of the common Japanese intertidal crab H. penicillatus (Decapoda: Brachyura: Grapsoidea). Journal of Crustacean Biology, 25, 279-292. DOI:10.1651/C-2514 Article
  3. a et b (en) Mingkid, W.M., Akiwa, S. & Watanabe, S., 2006. Morphological characteristics, pigmentation, and distribution of the sibling penicillate crabs, Hemigrapsus penicillatus (De Haan, 1835) and H. takanoi Asakura & Watanabe, 2005 (Decapoda, Brachyura, Grapsidae) in Tokyo Bay.Crustaceana, 79 (9), 1107-1121. DOI:10.1163/156854006778859696
  4. (en) Sakai, K., 2007. Comments on an invalid nominal species, Hemigrapsus takanoi Asakura & Watanabe, 2005, a synonym of Hemigrapsus penicillatus (De Haan, 1835) (Decapoda, Brachyura, Grapsidae). Crustaceana, 80 (4), 503-508. DOI:10.1163/156854007780440920
  5. (en) Ng,P.K.L., Guinot, D. & Davie, P.J.F., 2008. Systema brachyurorum: Part I. An annotated checklist of extant Brachyuran crabs of the World. The Raffles bulletin of zoology 17, pp. 228-230.
  6. a et b (en) Salem Sound Coastwatch. Hemigrapsus takanoi, brush-clawed shore crab. Guide to marine invaders in the Gulf of Maine. Fiche d'identification
  7. (fr) Noël, P.Y., Tardy, E. & d'Udekem d'Acoz, C., 1997. Le crabe Hemigrapsus penicillatus envahira-t-il les côtes européennes ? Comptes Rendus de l'Académie des Sciences - Series III - Sciences de la Vie, 320 (9), 675-766. DOI:10.1016/S0764-4469(97)84823-8
  8. (en) Breton, G., Faasse, M., Noël, P. & Vincent, T., 2002. A new alien crab in Europe: Hemigrapsus sanguineus (Decapoda : Brachyura: Grapsidae). Journal of Crustacean Biology, 22, 184-189. Article
  9. (fr) Noël, P.Y. & Gruet, Y., 2008. Progression du crabe introduit Hemigrapsus takanoi Asukura & Watanabe 2005 (Crustacé, Décapode) vers le nord du Golfe de Gascogne. Bulletin de la Société des Sciences Naturelles de l’Ouest de la France, nouvelle série, 30, 141-148.
  10. (en) Dauvin, J.C., Tous Rius, A. & Ruellet, T., 2009. Recent expansion of two invasive crabs species Hemigrapsus sanguineus (de Haan, 1835) and H. takanoi Asakura and Watanabe 2005 along the Opal Coast, France. Aquatic Invasions, 4 (3), 451-465. DOI:10.3391/ai.2009.4.3.3 Article