Helmut Griem

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Helmut Griem

Description de cette image, également commentée ci-après

Griem (à gauche) en 1968

Naissance
Hambourg, Allemagne
Nationalité Drapeau : Allemagne Allemande
Décès (à 72 ans)
Munich, Allemagne
Profession Acteur

Helmut Griem (Hambourg 6 avril 1932Munich 19 novembre 2004) est un acteur et metteur en scène allemand.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille d'ouvriers, Helmut grandit dans un contexte de guerre mais aussi dans "le culte du corps et de la race chers à l'idéologie dominante" (Ciné Revue), et trouve ses premiers plaisirs dans la littérature allemande approuvée par le régime nazi. Au sortir de la guerre, le délabrement de l'Allemagne et la déchéance civile de son père poussent le jeune homme dans la mauvaise voie, livré à lui-même dans une société décomposée. Dès douze ans, il fait partie d'une bande organisée qui attaque et pille les convois d'approvisionnement en produits de première nécessité. Cependant il s'en tire avec les honneurs : lorsque son père est réhabilité, il passe son baccalauréat et étudie la littérature à l'université de Hambourg.

Griem était familier de toutes les grandes scènes germanophones : le Thalia Theater et le Deutsches Schauspielhaus à Hambourg, le Burgtheater à Vienne, les scènes de Berlin (notamment le Schillertheater), le Kammerspiele à Munich, et enfin le Residenztheater, également à Munich. En 1968 il remporte le prix du meilleur acteur de la scène berlinoise (10 000 marks) dont il fait don aux étudiants en art dramatique nécessiteux.

Helmut débute dans une troupe itinérante baptisée Theater frei Haus puis rejoint le cabaret littéraire Hamburger Buchfinken. Le directeur du Grand Théâtre de Hambourg le remarque et l'engage pour remplacer au pied levé l'acteur principal de la pièce Regenmaker. Il reste dans cet établissement prestigieux jusqu'en 1957. Le comédien est alors engagé par le Kölner Theater. À la même époque, il s'essaie à la télévision, dans des adaptations de la nouvelle Pierre et Jean de Maupassant et de la pièce La Cruche cassée de Heinrich von Kleist, et au cinéma dans Fabrique d'officier SS de Frank Wisbar (qui augure clairement de ses emplois à venir) et en jeune premier menacé de fadeur dans la comédie musicale Le Rêve de mademoiselle Tout-le-monde de Helmut Käutner. L'expérience sur grand écran ne le convainc guère et le déçoit même durablement, selon son propre aveu.

Sa longue collaboration avec les metteurs en scène Hans Lietzau et Hans Bauer s'achève en 1973 et marque son éloignement de la scène.

Helmut Griem a mis en scène lui-même des œuvres comme Long Day's Journey Into Night d'Eugene O'Neill à la Münchner Kammerspiele. Il n’a pas pu commencer le travail qu’il avait prévu sur la pièce L’une et l’autre de Botho Strauss.

Au cinéma, il internationalise sa carrière cinématographique dès 1962, travaillant en Italie avec Luchino Visconti (à deux reprises) et en France avec Michel Deville (dans un registre plus léger).

En définitive, l'acteur travaillera peu avec les principaux metteurs en scène de son pays, mis à part Volker Schlöndorff et Rainer Werner Fassbinder (pour une apparition dans la série Berlin Alexanderplatz), auxquels on peut ajouter Hans Geissendörfer - pour La Cellule de verre (nommé aux Oscars) et La Montagne magique à la télévision - et Peter Fleischmann pour La Maladie de Hambourg (sur un scénario de Roland Topor). En revanche, il tourne dans des films signés par l'Italien Valerio Zurlini (le Désert des Tartares), le Polonais Krzysztof Zanussi, les Français Chantal Akerman, Jacques Rouffio (avec pour partenaire Romy Schneider) et Claude Chabrol (pour une adaptation de Goethe sur le petit écran), les Américains Lamont Johnson et Stuart Rosenberg (Le Voyage des damnés avec Oskar Werner).

À la télévision, Griem explore particulièrement la veine littéraire, de Dostoïevski à Arthur Miller en passant par Anouilh ; il incarne Bel-Ami, le héros cynique de Maupassant et le Don Carlos de Schiller. Dans une autre veine, il incarne Rommel dans Le Complot contre Hitler. Sur le tard, Helmut Griem paraît dans des productions internationales telles que Peter le Grand et Charlemagne.

À côté de ses nombreux films et téléfilms, deux rôles ont marqué la carrière de Griem. D'une part, dans Les Damnés de Luchino Visconti, Helmut personnifie le mal en officier SS encore. Ainsi son personnage, le mystérieux Aschenbach, ambassadeur du régime nazi auprès de la famille von Essenbeck, devient l'ange de la perdition, qui mènera la dynastie industrielle jusqu'à la déchéance la plus totale, transformant l'héritier (Helmut Berger) en instrument de décadence et de folie. D'autre part, dans le film oscarisé Cabaret de Bob Fosse, il joue le rôle du riche baron Maximilian von Heune, aux côtés de Liza Minnelli et de Michael York.

Il meurt le 19 novembre 2004 à Munich. Sa tombe se trouve au cimetière d’Ohlsdorf à Hambourg.

Carrière[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Au cinéma[modifier | modifier le code]

À la télévision[modifier | modifier le code]


Postsynchronisation[modifier | modifier le code]

Helmut Griem donna sa voix à James Garner (Sexy !) et à Sam Shepard (Homo Faber).

Sources[modifier | modifier le code]