Helmina von Chézy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chézy.
Helmina von Chézy

Wilhelmine Christiane von Chézy, née Klenke, aussi: von Hastfer (* 26 janvier 1783 à Berlin; † 28 janvier 1856 à Genève), écrivain, poète, journaliste allemande.

Vie[modifier | modifier le code]

Helmina von Chézy est la fille de l’officier Friedrich Carl von Klencke (1760-1826) et de l’écrivain Caroline Luise von Klencke, née Karsch (1750-1802) qui se séparent juste avant sa naissance et divorcent peu après. En 1804, elle prend pour la première fois contact avec son père qui répond à une annonce de recherche. Ils poursuivent une correspondance, mais ne se rencontrent jamais.

C'est dans la maison de sa grand-mère Anna Louisa Karsch (1722-1791), poète célèbre en son temps, qu'elle est éduquée et reçoit l'enseignement de Ludwig von Voß, et du peintre Daniel Chodowiecki (1726-1801).

Très tôt, Caroline von Klenke introduit la jeune fille dans ses réseaux et la met en contact avec, entre autres, Anton Friedrich Büsching (1724-1793), les éditeurs Johann Friedrich (1753-1804) et Friederike Helene Unger (1741-1813), le compositeur Johann Friedrich Reichardt (1752-1814), Friedrich Magnus von Bassewitz (1773-1858) et en particulier l’écrivain Jean Paul (1763-1825). En août 1799, Helmina épouse l’officier prussien Carl Gustav von Hastfer dont elle divorcera dès mai 1801.

Elle répond à une invitation de Félicité de Genlis (1746-1830) et s’installe chez elle à Versailles en 1801.

En 1802, elle commence à publier, encore sous le nom de Helmina von Hastfer, des textes dans des journaux allemands, notamment dans le « Berlinisches Archiv der Zeit und ihres Geschmacks » et « Eunomia Eine Zeitschrift des neunzehnten Jahrhunderts. Von einer Gesellschaft von Gelehrten » sur des sujets non politiques: de mœurs, mode, etc.

La relation avec Félicité de Genlis se dégrade et Helmina déménage. Elle séjournera alors brièvement chez l’écrivain et historien François-Louis d'Escherny (1733-1815) à Versailles, puis chez le libraire W. L. Hinrichs à Paris.

Le philologue Johann Gottfried Schweighäuser (1776-1844) lui propose en janvier 1803 l'assurance de la rédaction du journal « Französische Miscellen », édité par Johann Friedrich Cotta (1764-1832), qui suit le concept des « Englische Miscellen » et « Italienische Miscellen » déjà établi, et qui propose une grande variété de sujets culturels visant à donner aux Allemands un aperçu des développements culturels à l’étranger.

C'est également grâce à Schweighäuser que Helmina rencontre Dorothea Veit (1764-1839) et Friedrich Schlegel (1772-1829), le futur mari de cette dernière. En été 1804, elle emménage avec les Schlegel, l’indologue Alexander Hamilton (1757-1804), le philologue Gottfried Ernst Hagemann et les collectionneurs d'art Sulpiz Boisserée (1783-1854) et Melchior Boisserée (1786-1851), ainsi que Johann Baptist Bertram (1776-1841) à Montmartre. Elle assiste aux cours que Schlegel donne à Paris et qu'elle va traduire en français avec Adelbert von Chamisso (1781-1838). Elle a une brève liaison avec Chamisso, qui donnera son prénom (Mina, diminutif de Helmina) à l'héroïne de son Peter Schlemihl (1814). Elle collabore également à la célèbre revue « Europa » de F. Schlegel. C'est d'ailleurs grâce aux Schlegel qu’elle fait la connaissance de Achim von Arnim (1781-1831).

Ses contacts et amitiés à Paris sont nombreux : entre autres Juliette Recamier (1777-1849), Fanny de Beauharnais (1738-1813), Dominique Vivant Denon (1747-1825) à qui elle dédie son livre « Leben und Kunst in Paris seit Napoléon I. » (La Vie et les Arts à Paris depuis Napoléon Ier).

En 1805 paraît à Weimar le premier tome de « Leben und Kunst in Paris seit Napoléon I. » chez l'éditeur Friedrich Justin Bertuch (1747-1822), suivi en 1807 d’un deuxième tome. Ce livre propose des récits de visites d'une multitude de lieux culturels, de collections publiques et privées, de musées, de châteaux impériaux, de l'exposition industrielle de 1806, ainsi que des anecdotes, des lettres et des poèmes. Elle y ajoute par ailleurs toute une partie sur la philologie orientale naissante. Les deux tomes semblent avoir été confisqués par les autorités françaises.

Au début de l'année 1806, Helmina épouse l’orientaliste Antoine-Léonard de Chézy (1773-1832) et dès mars naît leur premier fils Wilhelm Theodor (mort en 1865).

En septembre 1810, Chézy quitte Paris et s’établit sans son mari à Heidelberg, puis à Frankfurt, Aschaffenburg et Berlin où elle fait la connaissance de l’écrivain et compositeur E.T.A. Hoffmann (1776-1822). Elle publie en 1812 une description de la collection de peintures des frères Boissérée

Chézy rédige la pièce « Emma und Eginhard » et continue d'écrire sur l'art et d'autres sujets pour des périodiques tels que « Der Freimüthige », « Gesellschafter » et « Die Musen » de Wilhelm Neumann (1781–1834) et l’ami de Chézy Friedrich de La Motte-Fouqué (1777-1843).

Pendant les guerres de libération anti-napoléoniennes, Chézy soigne les blessés en Belgique et en Rhénanie. Elle poursuit son engagement même après la guerre et fait don de l'argent gagné en publiant ses « Neue auserlesene Schriften » pour l’approvisionnement des blessés et des invalides. Sa critique publique de l'état des hôpitaux militaires lui vaut un procès en diffamation à Cologne et à Berlin, qui donne finalement lieu à un acquittement grâce au soutien d’E. T. A. Hoffmann.

En 1817 parait son œuvre « Emma's Prüfung » dont le poète et écrivain Ludwig Tieck (1773-1853) fait l'éloge. Elle devient Membre du « Dresdner Liederkreis » et écrit le livret pour l'« Euryanthe » de Carl Maria von Weber (1786-1826). Quelques-uns de ses poèmes sont mis en musique par Franz Schubert qui compose également la musique de son drame « Rosamunde ». L'année suivante, Chézy entame une correspondance avec l’écrivain Therese Huber (1764-1829).

En 1820 échoue le projet de l'édition d’un périodique pour femmes lancé par Chézy et Fanny Tarnow (1779-1862): « Iduna. Schriften deutscher Frauen, gewidmet den Frauen ».

En 1822 paraissent les « Erzählungen und Novellen ».

Après un voyage en Autriche, Chézy commence en 1826 à s’engager pour la population indigente du Salzkammergut (région autrichienne très pauvre à cette époque), mais ses textes critiques sont censurés.

Après la mort de son mari, dont elle n’a jamais divorcé, Chézy bénéficie d'une pension de veuve, à laquelle s'ajoutera plus tard un salaire octroyé par le roi Frédéric-Guillaume IV de Prusse.

Devenue presque aveugle, Chézy dicte en 1853 ses mémoires à Bertha Christiane Borngräber. Elles paraîtront à titre posthume en 1858 sous le titre « Unvergessenes. Denkwürdigkeiten aus dem Leben von Helmina von Chézy. Von ihr selbst erzählt ».

Œuvre (sélection)[modifier | modifier le code]

  • Geschichte der tugendsamen Euryanthe von Savoyen. Leipzig 1804.
  • Leben und Kunst in Paris seit Napoleon dem Ersten. 2 tomes, Weimar 1805/1807

[nouvelle édition raisonnée éd. par Bénédicte Savoy. Berlin 2009]

  • Erinnerungen aus meinem Leben. Von der Herausgeberin Berlin 1817 niedergeschrieben. Dans: Helmina von Chezy (éd.) : Aurikeln. Eine Blumengabe von deutschen Händen, Berlin 1818
  • Erzählungen und Novellen. 2 tomes, Leipzig 1822
  • Rosamunde. Drama in fünf Akten. Tutzing 1996
  • Emmas Prüfungen. Heidelberg 1827
  • Herzenstöne auf Pilgerwegen. Sulzbach 1833
  • Unvergessenes. Denkwürdigkeiten aus dem Leben von Helmina von Chézy. Von ihr selbst erzählt. Leipzig 1858

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Karin Baumgartner: « Die Männer sind nicht zum Frieden geboren ». Krieg und Männlichkeit in den Texten von Helmina von Chézy, Caroline de la Motte Fouqué und Karoline Pichler. Dans: Kriegsfrauen und Friedensmänner. Geschlechterrollen im Krieg, Kassel 2005 (Ariadne 47), S. 20-25.
  • Karin Baumgartner: Das Reisehandbuch als weibliche Auftragsarbeit im Vormärz: Helmina von Chézys Gemälde von Heidelberg (1816) und Norika (1833). Dans: Christina Ujma: Wege in die Moderne. Reiseliteratur von Schriftstellerinnen und Schriftstellern des Vormärz. Bielefeld, 2009. ISBN 978-3-89528-728-2
  • Magdalene Heuser: Stationen einer Karsch-Nachfolge in der Literatur von Frauen des 18. Jahrhunderts. Caroline von Klencke, Helmina von Chézy und Therese Huber. Dans: Anke Bennholdt-Thomsen/Anita Runge (éd.) : Anna Louisa Karsch (1722-1791). Von schlesischer Kunst und Berliner « Natur ». Ergebnisse des Symposions zum 200. Todestag der Dichterin, Göttingen 1992, S. 149-161.
  • Irina Hundt: « Wäre ich besonnen, wäre ich nicht Helmina. » Helmina von Chézy (1783-1856) - Porträt einer Dichterin und Publizistin. Dans: Helga Brandes : Autorinnen des Vormärz, Bielefeld 1997, S. 43-79.
  • Irina Hundt: Geselligkeit im Kreise von Dorothea und Friedrich Schlegel in Paris in den Jahren 1802-1804. Dans: Hartwig Schultz (éd.) : Salons der Romantik. Beiträge eines Wiepersdorfer Kolloquiums zu Theorie und Geschichte des Salons, Berlin/New York 1997, S. 83-133.
  • I. Hundt/T. G. Waidelich: „Im gastlichen Hause Mendelsohns“ Erinnerungen an den Mendelssohnschen Salon von Helmina von Chézy. Dans: Schubert : Perspektiven, 5 (2005), S. 92-100.
  • Chryssoula Kambas: Zwischen Kosmopolitismus und Nation. Helmina von Chézy als Pariser Chronistin. Dans: Magdalene Heuser (éd) : Autobiographien von Frauen. Beiträge zu ihrer Geschichte, Tübingen 1996, S. 247-264
  • Oswald Panagl: Bewundert wenig und viel gescholten. Helmina von Chézy als Textdichterin für Carl Maria von Weber (Euryanthe) und Franz Schubert (Rosamunde). Dans: Die, Schaubühne‘ in der Epoche des Freischütz […], Anif 2009, S. 423–435
  • Bénédicte Savoy (éd.): Helmina von Chézy. Leben und Kunst in Paris seit Napoleon I., Akademie Verlag, Berlin 2009. ISBN 978-3-05-004628-0
  • Carola Stern: Ich möchte mir Flügel wünschen. Das Leben der Dorothea Schlegel. Rowohlt, Reinbek 2003, ISBN 3-499-13368-7, S. 181-195.
  • T. G. Waidelich: „Wer zog gleich aus der Manteltasche ein Opernsujet?“ Helmina von Chézys gescheiterte Libretto-Projekte für Felix Mendelssohn Bartholdy. Dans: Mendelssohn Studien 12 (2001), S. 149–177.
  • T. G. Waidelich: „Durch Webers Betrügerey die Hände so gebunden“. Helmina von Chézys Kampf um die Urheberrechte an ihrem Euryanthe-Libretto in ihrer Korrespondenz und Brief-Entwürfen. Dans: Weberiana 18 (2008), S. 33–68

Liens externes[modifier | modifier le code]

http://berlinerklassik.bbaw.de/BK/personen/