Helichrysum italicum

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Immortelle d'Italie

Description de cette image, également commentée ci-après

Helichrysum italicum subsp. microphyllum

Classification
Règne Plantae
Division Magnoliophyta
Classe Magnoliopsida
Ordre Asterales
Famille Asteraceae
Genre Helichrysum

Nom binominal

Helichrysum italicum
(Roth) G.Don, 1830

Classification phylogénétique

Ordre Asterales
Famille Asteraceae
Description de l'image  Image:Helichrysum italicumÎled'Elbe.jpg .

Helichrysum italicum subsp. italicum ;
Floraison, en Avril
(Ici sur le littoral nord de l'Île d'Elbe)

L'Immortelle d'Italie (Helichrysum italicum) est une espèce de plantes à fleurs de la famille des Asteraceae et du genre Helichrysum. Elle est présente tout autour de la Méditerranée. Elle prend la forme d'un petit buisson de 40 à 60 cm en hauteur, fleurissant jaune d'or de début juin à fin juillet. Elle est réputée pour sa forte fragrance, et on l'utilise couramment pour en extraire de l'huile essentielle, à partir de souches cultivées (dans plusieurs pays, c'est une espèce protégée).

Le terme « Helichrysum » vient du grec helios, soleil, et chrysos, or (allusion à la couleur générale de la fleur). L'appellation « italicus », vient du latin italicus, Italie, région où la plante a été décrite pour la première fois[1]. L'appellation française d'« immortelle » viendrait de la conservation exceptionnellement longue des bouquets secs[2].

Description[modifier | modifier le code]

Helichrysum italicum spp serotinum, capitules
fruits

Helichrysum italicum est une plante vivace de 25 à 50 cm, ligneuse à la base et sempervirente. Hermaphrodite, elle fleurit de mai à août. Elle est pollinisée par les insectes (et parfois autogame) et ses fruits sont dispersés par la gravité.

L'espèce type, déterminée par la sous-espèce Helichrysum italicum subsp. italicum, est décrite ainsi : toute la plante a une odeur forte de curry. Dressée ou ascendante, rameuse et tomenteuse, elle porte des feuilles linéaires très étroites, grêles et allongées, atteignant 2 à 3 cm., roulées en dessous par les bords, tomenteuses, verdâtres ou vertes sur les deux faces. Son involucre est petit (2 à 3 mm. de diamètre), franchement oblong-cylindrique. Les fleurs sont des bractées d'un jaune pâle regroupées en capitules serrés en corymbe. Les bractées internes sont linéaires, dressées-appliquées, oblongues et non élargies au sommet, glanduleuses sur le dos et bien plus longues que les externes, ovales-obtuses. Les fruits sont des akènes très petits, couverts de petites glandes blanches et brillantes[1],[3].

Sous-espèces[modifier | modifier le code]

  • Helichrysum italicum subsp. italicum - L'Immortelle d'Italie à proprement parler
  • Helichrysum italicum subsp. microphyllum (Willd.) Nyman Elle se distingue de l'espèce type par des feuilles plus courtes (1cm) et par ses bractées internes et externes glanduleuses sur le dos.
  • Helichrysum italicum subsp. serotinum (DC.) P.Fourn. Elle se distingue de l'espèce type par des capitules plus ovoïdes et des akènes dépourvus de glandes.
  • Helichrysum italicum subsp. pseudolitoreum (Fiori) Bacch. & al.
  • Helichrysum italicum subsp. siculum (Jord. & Fourr.) Galbany & al.
  • Helichrysum italicum subsp. picardii (Boiss. & Reut.) Franco

Écologie[modifier | modifier le code]

Falaise maritime de Sardaigne

L'immortelle d'Italie est endémique du pourtour méditerranéen. Plus précisément, elle est présente en Algérie, au Maroc, à Chypre, en Grèce, en Albanie, en Monténégro, en Italie, en Slovénie, en Croatie, en France, au Portugal et en Espagne. Malgré certaine zones bien fournies (Corse, Sardaigne, zone littorale des Balkans), elle reste globalement rare. En France, elle est rare à très rare dans le Languedoc-Roussillon, les Alpes maritimes et dans le Vaucluse et assez rare à moyennement courante en Corse[1].

Son comportement est variable suivant la sous-espèce. Néanmoins toutes sont héliophiles, thermophiles et souvent xérophiles. Elles affectionnent essentiellement les roches composées d'altérites de calcaires ou de silice où elles s'installent souvent dans les fentes ou sur des zones très rocailleuses. Elles affectionne donc des pH très différents.

  • La sous-espèce italicum est propre aux falaises et pierriers granitiques des littoraux (Helichrysetalia italici) et des maquis (Rosmarinenalia officinalis)[1].
  • La sous-espèce microphyllum, plus xérophile, est propre aux garrigues et falaises calcaires maritimes de Corse, Sardaigne et Italie (Crithmo maritimi-Staticetalia, Ononidion hispanicae subsp. ramosissimae)[1].
  • La sous-espèce serotinum est la plus continentale de toutes (Crucianellion maritimae)[1].

Usages[modifier | modifier le code]

Cultivée comme plante ornementale, elle est très utilisée par les pépiniéristes. Elle est utilisée à des fins alimentaires ainsi qu'en parfumerie en raison de ses arômes proches du curry.

Usages médicinaux[modifier | modifier le code]

Les sommités fleuries d'Helichrysum italicum sont distillées afin de produire de l'huile essentielle. Il existe plusieurs chémotypes. Les chémotypes des sous-espèces microphyllum et serotinum semblent être les plus appréciés. Leurs huiles essentielles contiennent des monoterpènes, des sesquiterpènes, un ester terpénique, l'acétate de néryle et un cétone particulier, l'italidione[2]. Elles ont des propriétés antioxydante, antibactérienne et antifongique[4]. Ce sont également de puissants analgésiques[5].

Elle est utilisée dans le traitement des hématomes, les douleurs inflammatoires et les troubles de la circulation sanguine[2]. Son huile est surnommée « huile du boxeur ».

Comme la plupart des huiles essentielles, elle est déconseillée aux enfants et aux femmes enceintes ou allaitantes[2].

Protection[modifier | modifier le code]

En France, Helichrysum italicum est protégée en région Provence-Alpes-Côte d'Azur[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Flore forestière française. Guide écologique illustré, Volume 3, Région méditerranéenne, Jean-Claude Rameau, Dominique Mansion, Gérard Dumé, Christian Gauberville, 01/03/2008, IDF - ISBN 978-2-904740-93-0
  2. a, b, c et d Ma Bible des huiles essentielles. Guide complet d'aromathérapie, Danièle Festy, 01/09/2008, Leduc.S Editions - ISBN 978-2-84899-242-6
  3. Flore descriptive et illustrée de la France, de la Corse et des contrées limitrophes, Tomes 1, 2, 3, Hippolyte Coste, 01/04/1998, Albert Blanchard ISBN 2-85367-058-9
  4. (en) NCBI : Anti-inflammatory and antioxidant properties of Helichrysum italicum (Asteraceae), Sala A., Recio M., Giner R. M., Máñez S., Tournier H., Schinella G., Ríos J.L. Departament de Farmacologia, Facultat de Farmàcia, Universitat de València, Spain.
  5. (en) NCBI : A new dual inhibitor of arachidonate metabolism isolated from Helichrysum italicum. Sala A., Recio M. C., Schinella G. R., Máñez S., Giner R. M., Ríos J. L. Departament de Farmacologia, Facultat de Farmàcia, Universitat de València, Av. Vicent Andrés Estellés s/n. 46100 Burjassot, Spain.
  6. Arrêté du 9 mai 1994 relatif à la liste des espèces végétales protégées en région Provence-Alpes-Côte d'Azur

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :