Heinrich Joseph Bärmann

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Heinrich Joseph Bärmann

Heinrich Joseph Bärmann (également écrit Baermann; né le 14 février 1784 à Potsdam et mort le 11 juin 1847 à Munich) est un clarinettiste virtuose et un compositeur allemand. Il est généralement considéré comme étant non seulement un interprète exceptionnel de son temps, mais aussi un musicien qui a fortement influencé la création d'œuvres d'autres compositeurs. Il est le père du compositeur Carl Baermann.

Sa vie[modifier | modifier le code]

Fils d’un militaire, il fait ses études comme hautboïste à l'École de la musique militaire à Potsdam. À l'âge de 14 ans, il est admis dans l’armée prussienne, et commence alors ses leçons de clarinette avec Joseph Beer. Ses compétences furent remarquées à la cour de Berlin en 1804, et le prince Louis Ferdinand de Prusse lui fait poursuivre sa formation à Berlin sous les conseils de Franz Tausch. Participant aux batailles de Saalfeld et de Iéna, il est fait prisonnier mais réussit à s’évader et partir pour Munich. Là-bas il devient clarinette soliste à l'orchestre de la cour du roi de Bavière et y reste jusqu'à sa retraite en 1834.

En mars 1811, Carl Maria von Weber vient à Munich. Il fait connaissance de Bärmann et écrit pour lui le Concertino en mi bémol majeur, sa première œuvre pour la clarinette. Bärmann la joue avec un grand succès, ce qui incite Weber à créer deux autres grand concertos. En hiver 1811―1812, Bärmann et Weber (comme pianiste) donnent plusieurs concerts à Berlin. Bärmann donne aussi des concerts dans les principales villes européennes, telles que Vienne, Prague (1813), Paris (1817 et 1838), Londres (1819) et Saint-Pétersbourg (1822 et 1832).

Son interprétation[modifier | modifier le code]

Pour le son très expressif de son instrument, ainsi que pour sa grande virtuosité, Bärmann est parfois surnommé le « Rubini de la clarinette ». Outre ses concertos, Weber lui a dédié aussi les Variations pour clarinette et piano et le Quintette pour clarinette et cordes. Parmi les autres compositeurs qui ont écrit pour Bärmann, on peut noter Giacomo Meyerbeer et Felix Mendelssohn. Bärmann lui-même a composé plusieurs œuvres dont le célèbre Adagio en ré bémol majeur pour clarinette et quatuor à cordes, attribué pendant de nombreuses années à Richard Wagner.

Son fils, Carl Baermann, est devenu aussi clarinettiste et a souvent joué en duo avec son père.

Liens externes[modifier | modifier le code]