Heinrich Jacob Goldschmidt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Heinrich Jacob Goldschmidt

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Heinrich J. Goldschmidt tenant un écureuil

Naissance 12 avril 1857
Prague (Drapeau de l'Autriche-Hongrie Autriche-Hongrie)
Décès 20 septembre 1937 (à 80 ans)
Oslo (Drapeau de la Norvège Norvège)
Nationalité Autrichien
Champs Chimie
Institutions Université d'Amsterdam
École polytechnique fédérale de Zurich
Université d'Oslo
Diplôme Université Charles de Prague

Heinrich Jacob Goldschmidt, aussi connu sous le nom de Heinrich Jakob Goldschmidt, né le 12 avril 1857 à Prague dans l'Empire d'Autriche-Hongrie et mort le 20 septembre 1937 à Oslo en Norvège, est un chimiste juif autrichien ayant effectué la majorité de sa carrière en Norvège.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il étudie la chimie à l'Université Charles de Prague et a son doctorat en 1881. La même année, il devient professeur à l'École polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ), où il travaille avec Viktor Meyer.

En 1888, nait son fils Victor Goldschmidt. Victor deviendra plus tard un minéralogiste de renom, fondateur de la géochimie moderne.

Après avoir travaillé à l'Université d'Amsterdam avec Jacobus Henricus Van 't Hoff en 1894 et 1895, Heinrich Goldschmidt devient professeur titulaire à l'EPFZ.

Il quitte l'EPFZ en 1901 pour l'Université d'Oslo. Il y travaille jusqu'à sa retraite en 1929 à l'âge de 72 ans. En 1929, quand son fils Victor devient professeur de minéralogie à l'Université de Göttingen, il s'y installe avec lui.

Mais les deux doivent quitter Göttingen à l'arrivée au pouvoir des nazis. Père et fils retournent à Oslo en 1935.

Heinrich Jacob Goldschmidt meurt à Oslo en 1937.

Travaux en chimie[modifier | modifier le code]

Il fait un important travail en chimie organique et en physico-chimie[1].

En chimie organique, on peut citer ses travaux sur les oximes, le groupe azo, les isocyanates aromatiques et les hydroxyles[1].

En physico-chimie, il travaille sur le phénomène de solubilité et les réactions catalytiques[1].

Il dépose le 19 mars 1917 un brevet sur un « procédé de production d'alumine alpha par frittage de boéhmite, faite à partir d'hydroxyde d'aluminium »[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Article connexe[modifier | modifier le code]