Heiligenberg (Bas-Rhin)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Heiligenberg.
Heiligenberg
La mairie de Heiligenberg.
La mairie de Heiligenberg.
Blason de Heiligenberg
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace
Département Bas-Rhin
Arrondissement Molsheim
Canton Molsheim
Intercommunalité Communauté de communes de la région de Molsheim-Mutzig
Maire
Mandat
Guy Ernst
2014-2020
Code postal 67190
Code commune 67188
Démographie
Gentilé Heiligenbergois
Population
municipale
650 hab. (2011)
Densité 119 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 32′ 20″ N 7° 23′ 26″ E / 48.5389, 7.390648° 32′ 20″ Nord 7° 23′ 26″ Est / 48.5389, 7.3906  
Altitude Min. 204 m – Max. 407 m
Superficie 5,47 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte administrative du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Heiligenberg

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte topographique du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Heiligenberg

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Heiligenberg

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Heiligenberg

Heiligenberg est une commune française située dans le département du Bas-Rhin, en région Alsace. Son nom signifie « Montagne sainte », « Montagne sacrée ».

Géographie[modifier | modifier le code]

Village situé à l'entrée de la vallée de la Bruche, c'est l'un des rares villages d'Alsace qui n'est pas traversé par une route départementale ; en effet, il est construit sur une colline qui domine la vallée et à l'écart des voies routières en contrebas. Heiligenberg fait partie du canton de Molsheim et de l'arrondissement de Molsheim.

Écart[modifier | modifier le code]

Heiligenberg-Vallée, au bord de la Bruche et le long de l'ancienne route nationale 420.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Heiligenberg
Oberhaslach Still
Niederhaslach Heiligenberg Dinsheim-sur-Bruche,
Gresswiller
Urmatt

Histoire[modifier | modifier le code]

On a découvert à Heiligenberg, vers 1818, des fours romains, des fragments de vases et des moules ainsi que des médailles romaines. Deux champs des environs s'appellent champs des païens et des idoles. Village du Saint-Empire vers 1181, il faisait partie de la seigneurie de Barr. L'abbaye de Truttenhausen possédait des biens dans le village. En 1295, l'évêque Conrad de Lichtenberg fit mention d'une chapelle avec un autel de la Sainte-Croix, sur le site de Heiligenberg. Il fit de cette chapelle une prébende avec des biens attachés à cette chapelle, ce qui laisse supposer qu'il n'y avait pas encore de village du nom de Heiligenberg au XIIIe siècle. Cette chapelle était peut-être un lieu de pèlerinage dépendant de Still. C'est probablement le château qui s'élevait autrefois sur le rocher qui a donné naissance au village formé autour de lui. Le château fut construit après 1373 mais les vestiges ou ce qu'il en restait furent rasés en 1978. Il existait aussi un ermitage à la limite du ban, en contrebas du Kuppelhusfelsen. La Réforme protestante est introduite en 1554 ; une nouvelle paroisse luthérienne avec son propre lieu de culte est créée en 1869.

Le 25 octobre 1870, le ballon monté Montgolfier piloté par l'aérostatier Sané Herve, accompagné du Colonel Delapierre et du Commandant Joseph Marie Le Bouedec s'envola de la gare d'Orléans à Paris alors assiégé par les Prussiens[1]. La mission du ballon était multiple : acheminer du courrier et des journaux, et permettre aux deux officiers de rejoindre le gouvernement réfugié à Tours pour participer à la lute contre l'ennemi. Cependant, Le Bouedec était également chargé d'une mission spéciale. Il emporta avec lui des carnets, dans lesquels il avait noté un grand nombre d'informations importantes permettant de renseigner le gouvernement sur l'état de la défense de Paris. Il termina sa course à Heiligenberg, sous occupation ennemie, après avoir parcouru 503 kilomètres[2]. Les Prussiens finirent par retrouver quelques courriers, mais les deux passagers et l'aéronaute avaient disparu, sauvés par les habitants patriotes qui les firent passer à travers la montagne d'où ils regagnèrent la Lorraine[3].

L'ancre du ballon a été conservée.

Le 26 septembre 2010, l'association « Le Mongolfier » a organisé une fête célébrant l'atterrissage du ballon. Quatre jours de célébrations exceptionnelles ont également eu lieu, du 24 au 27 octobre 2013, pendant lesquelles un monument en hommage aux aérostiers a été inauguré, en présence des descendants du matelot Sané Herve.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason d'Heiligenberg

Les armes d'Heiligenberg se blasonnent ainsi :
« Écartelé : au premier et au quatrième de gueules à la bande d'argent, au deuxième d'argent aux trois cornes de gueules, au troisième d'or à la croix de gueules. »[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 en cours Guy Ernst[5]    
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 650 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
250 296 322 369 329 439 463 462 482
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
444 432 467 406 447 433 421 415 408
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
353 374 370 357 374 335 346 399 386
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
374 350 464 508 535 562 618 634 650
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église néo-gothique Saint-Vincent[modifier | modifier le code]

L'église primitive de Heiligenberg située au sommet du village, se trouvait d'abord vers le cimetière communal. Représentative du style néo-gothique sous le Second Empire, la nouvelle église est précédée d'un clocher de façade à tympan sculpté, auquel succèdent une triple nef à piliers composés, un transept débordant et un chœur polygonal, avec un orgue pneumatique Stiehr-Mockers de 1869. L'intérieur de l'église a été restauré de 1993 à 1997. L'orgue a été restauré en 2007 par le facteur d'orgues Dietmar Schömer.

Grotte de Lourdes[modifier | modifier le code]

Située dans une cavité rocheuse naturelle dans la montée ouest vers le village.

Icône de Saint Florent[modifier | modifier le code]

Restaurée en 2007 sur le sentier forestier menant vers le lieu de pèlerinage de Niederhaslach.

Moule à céramique (IIe siècle)[modifier | modifier le code]

Bergerie seigneuriale (XVIIe siècle)[modifier | modifier le code]

À la péripétie du village se trouve une ancienne bergerie seigneuriale. Sa façade sur rue est agrémentée d'une fenêtre Renaissance en saillie, élément assez rare dans une localité aussi modeste que Heiligenberg.

Amnonite (Époque Jurassique)[modifier | modifier le code]

Située dans une champ de fractures géologique, le village de Heiligenberg se trouve à la limite entre les affleurements calcaires et le grès vosgien du trias, dans une région relativement pauvre en fossiles. Deux ammonites du jurassique sont pourtant incrustées dans les murs du presbytère érigé en 1773 entre l'église et le cimetière communal.

Fours romains[modifier | modifier le code]

Vase sigilé (IIe siècle)[modifier | modifier le code]

Mairie (1867) rue principale[modifier | modifier le code]

Gare de Heiligenberg-Mollkirch[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Gare de Heiligenberg-Mollkirch.


Monument en Hommage aux aérostiers[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]