Hector de Saint-Denys Garneau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Garneau.
Hector de Saint-Denys Garneau

Hector de Saint-Denys Garneau (Montréal, 13 juin 1912 - Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier, 24 octobre 1943) est un poète et écrivain québécois.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Montréal, issu d'une famille aisée, Garneau grandit dans un milieu cultivé — il est l'arrière-petit-fils de François-Xavier Garneau. Il passera une partie de son enfance au manoir de sa famille à Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier en compagnie de sa cousine Anne Hébert.

Il s'établit à Montréal avec ses parents en 1923. La même année, il entreprend ses études classiques, qu'il poursuivra dans différentes institutions montréalaises (Collège Sainte-Marie, Collège Loyola et Collège Jean-de-Brébeuf) tout en suivant des cours de peinture au Collège des beaux-arts ; des problèmes de santé l'obligeront cependant à interrompre ses études en 1934[1].

En effet, à l’âge de 16 ans, il a contracté une fièvre rhumatismale causant des complications cardiaques. Quelques années plus tard, les médecins lui découvrent une lésion au cœur. Sa perception du monde change brutalement alors qu’il prend conscience de la fragilité de sa vie. Contraint d’interrompre définitivement ses études en philosophie, le jeune homme plonge dans l’abattement [2].

En 1934, il fonde la revue "La Relève" avec Robert Charbonneau, Robert Élie et Paul Beaulieu. Il n'a publié qu'un seul recueil de poèmes : Regards et jeux dans l'espace, en 1937, marquant un tournant dans la littérature québécoise, qui se bornait alors à une pâle imitation de la littérature française. Toutefois, ce recueil ne reçoit d'abord qu'un accueil mitigé, ce qui aura un effet négatif sur le moral de l'auteur. Il sera reconnu plus tard, après sa mort, comme un précurseur de la littérature moderne québécoise.

Il meurt à l'âge de 31 ans, dans la région de Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier, au nord de Québec, où il habitait, dans des circonstances considérées comme énigmatiques. On admet toutefois que son décès serait dû à une crise cardiaque survenue pendant une promenade en canot. Il faisait alors escale sur la terre de Joseph-Louis Boucher pour tenter de surmonter un épuisement[1],[2].

Le fonds d'archives d'Hector de Saint-Denys-Garneau est conservé au centre d'archives de Montréal de Bibliothèque et Archives nationales du Québec[3].

Sa poésie[modifier | modifier le code]

Petit-fils du poète Alfred Garneau et petit cousin de la poète et romancière Anne Hébert, ce fils de famille aisée originaire de Montréal s'intéresse très tôt à la poésie et fait ses études classiques chez les Jésuites. Il fréquente en premier lieu les écoles Sainte-Marie (1923), Loyola (1924) et Jean-de-Brébeuf, avant de s'inscrire à l'École des beaux-arts de Montréal. Souffrant de rhumatisme cardiaque, il suspend ses cours en 1934. Après avoir fréquenté les jeunes intellectuels catholiques pendant près de trois ans, il publie en 1937 son premier recueil de poèmes intitulé Regards et jeux dans l'espace. Son recueil étant plus ou moins bien accueilli par le public, il décide de s'isoler dans le manoir familial de Sainte-Catherine de Fossambault et meurt peu de temps après des suites d'une crise cardiaque. Ses œuvres posthumes consistent en un volume de Poésies complètes et un Journal.

John Glassco a traduit en anglais les poèmes de Saint-Denys Garneau (Complete poems of Saint Denys Garneau, Ottawa, 1975) et Luis Vicente de Aguinaga les a traduit en espagnol (Todos y cada uno. Poemas, Guadalajara, 2007).

Palmarès[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b (fr) "Hector de Saint-Denys Garneau" dans Écrivains et écrivaines du Canada, une étude des manuscrits, des copies dactylographiées, de la correspondance, des journaux et des carnets de notes à Bibliothèque et Archives Canada
  2. a et b Biographie détaillée
  3. Fonds Hector de Saint-Denys-Garneau (MSS200) - Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ).

Liens externes[modifier | modifier le code]