Hector Fabre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Hector Fabre

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Hector Fabre en 1879

Nom de naissance Louis-Roch-Hector Fabre
Naissance 9 août 1834
à Montréal (Bas-Canada)
Décès 2 septembre 1910 (à 76 ans)
au Chesnay (France)
Nationalité Québécois
Pays de résidence Bas-Canada ; Canada ; France
Profession Journaliste, diplomate
Autres activités

Hector Fabre (né le 9 août 1834 à Montréal, mort le 2 septembre 1910 au Chesnay) est un journaliste, sénateur, écrivain et diplomate québécois et canadien. Il a été le premier diplomate québécois et le premier diplomate canadien à Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Maison rue Chabanais où résida Hector Fabre, le premier représentant du Québec à Paris

Hector Fabre est le fils d'Édouard-Raymond Fabre, libraire, Patriote et maire de Montréal (de 1849 à 1951), et de Luce Perreault. Il étudie au collège de l'Assomption, au séminaire de Saint-Hyacinthe et au petit séminaire de Montréal.

Il apprend le droit comme stagiaire de George-Étienne Cartier. Entré au Barreau du Québec en 1856, il n'éprouve guère d'enthousiasme pour la profession d'avocat, qu'il ne pratique que pendant deux ans avant de se consacrer au journalisme. Il collabore à plusieurs journaux, fait de la politique et devient sénateur en 1875 après avoir subi une défaite électorale deux années plus tôt. Il siège dans la division sénatoriale de Lasalle en tant que nationaliste. Il est le fondateur, en 1867, du journal L'Événement, l'un des principaux grands quotidiens français de la ville de Québec pendant exactement un siècle.

En 1882, il est nommé représentant du Québec puis commissaire général du Canada à Paris, postes qu'il y occupe pendant trente ans. Il meurt en 1910 au Chesnay, près de Paris. Il est inhumé au cimetière de Boulogne-sur-Seine. Ayant contribué à renouveler les relations entre la France et le Québec, il inspire la création de la délégation générale du Québec à Paris en 1961.

Son père, Édouard-Raymond Fabre, fut maire de Montréal de 1849 à 1851; son frère Édouard-Charles Fabre fut évêque de Montréal de 1876 à 1896 (archevêque en 1886) et sa soeur Hortense épousa George-Étienne Cartier. En 1864, Hector Fabre a épousé Flora Stein à Arthabaskaville ; ils eurent un fils, Paul.

Ouvrages publiés[modifier | modifier le code]

  • Esquisse biographique sur Chevalier de Lorimier, 1856
  • La St-Jean-Baptiste à Québec, 1865
  • Confédération, indépendance, annexion, 1871
  • Pourquoi j'ai été battu, 1873
  • Chroniques, 1877
  • Société des études coloniales et maritimes, 1884

Revues et journaux[modifier | modifier le code]

Honneurs[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ne pas confondre avec L'Événement, journal français.

Liens externes[modifier | modifier le code]