Heavenly voices

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Heavenly Voices

Origines stylistiques Dream pop
coldwave
Darkwave
Instruments typiques Guitare, basse, batterie
Popularité Mondiale, surtout dans les années 1980
Scènes régionales Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni

Genres dérivés

Ethereal wave
Darkwave néoclassique

Genres associés

world music
darkwave
rock gothique
coldwave
Shoegazing
New age

Le terme heavenly voices désigne à l'origine une série de compilations produite par le label Hyperium Records dans les années 1990.

Par extension, le terme a été utilisé a posteriori comme un nom de genre pour désigner globalement différents types de musiques atmosphériques faisant la part belle aux voix féminines éthérées et féeriques ; une musique souvent associée au mouvement gothique. On parle volontiers de « musiques féeriques » pour décrire l’heavenly voices, mais ce terme crée beaucoup de confusion et de malentendus car il recouvre en fait plusieurs tendances stylistiques distinctes bien qu’apparentées tels que l’ethereal wave, la darkwave néoclassique[1], la dream pop[1], le médiéval gothique[1] ainsi que certaines formes de musiques du monde et folk centrées sur des voix etherées.

Origines[modifier | modifier le code]

Historiquement, on doit l'émergence de cette tendance musicale au label britannique 4AD qui permit l'expression de formations différentes comme Cocteau Twins d'abord puis Dead Can Dance ou Lush ensuite, dans un Royaume-Uni en pleine crise after punk. À l'origine le terme "Heavenly voices" n'était pas encore employé, on parlait de dream pop ou de coldwave à propos de ces musiques. C'est bien plus tard qu'on a employé le terme pour désigner ce type de musique.

Ensuite, les labels Crammed (Belgique), Projekt (États-Unis), Prikosnovénie (France) ou encore Hyperium (Allemagne) ont eux-mêmes produit leurs propres artistes enrichissant le genre. À cet égard le terme d'heavenly voices provient du nom d'une série de compilation produite par le label Hyperium dans les années 1990. La thématique de cette série était centrée sur des groupes de musiques atmosphériques ayant pour caractéristique de faire la part belle aux voix féminines éthérées, que ce soit des groupes de dream pop, d'ethereal, de néoclassique, de world music ou même des groupes de gothic metal à chanteuse. Le terme « heavenly voices » s'est ensuite entériné et a été pris comme un nom de style, qu'il n'est pas véritablement, puisque l'emploi du terme englobe différents styles musicaux qui sont parfois bien distincts mais qui ont pour seuls points communs de faire la part belle aux atmosphères et au chant féminin éthérée.

Dans tous les cas, même si certaines tendances de l'heavenly voices se sont éloignées de la noirceur et de la mélancolie originelle, c'est bien dans la musique gothique des années 1980 que l'heavenly voices trouve ses racines. Alyz Tale, Stephane Legay et Mario Glénadel soulignent que:

« Comme on a pu le constater, la scène heavenly voices regroupe de nombreux artistes qui en assurent à leur manière leur évolution créative notable. L'immense diversité de ce genre musical, qui a encore de nombreuses années devant lui, ainsi que les notables retombées commerciales des derniers artistes de cette scène ne doivent pas faire oublier que c'est au cœur de la noirceur gothique qu'elle a vu le jour. De plus en plus féerique et de moins en moins morbide, la scène Heavenly voices perd ces dernières années beaucoup de la mélancolie qui l'animait[2]. »

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Elles sont caractérisées par la prédominance de nappes de synthétiseurs, de chœurs féminins, et un tempo souvent lent. L'heavenly voices est plus ou moins lié à la darkwave, car les tendances principales à savoir l'ethereal wave et le neoclassique proviennent du mouvement Darkwave. Cependant certaines des tendances musicales estampillées Heavenly voices ne sont pas forcément porteuses de sonorités et d'ambiances sombres. Certaines tendances plus liées à la musique new age ou à la dream pop sont au contraire parfois plutôt lumineuses (Exemple : Certains titres de Cocteau Twins, 17e Vie ou Ataraxia.)

Ces chœurs féminins souvent lyriques peuvent être perçus comme mystiques par analogie avec les chœurs des chants religieux. Les textes sont généralement travaillés et traitent de contes médiévaux, folklore celtique et autres mythologies fantastiques. Les accompagnements marient instruments et techniques modernes avec des instruments traditionnels.

Liste d'artistes[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'une liste non exhaustive :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c index
  2. Alys Tale, Stephane Legay et Mario Glénadel, « Heavenly Voices » in Carnets Noirs, éditions E-dite, 3e édition, 2006, p.209 ISBN 2-84608-176-X