Haute-Volta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Haute Volta)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Volta.

Haute-Volta

1919 – 1932
1947 – 1958

Drapeau
alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Vert : Haute-Volta française
Vert clair : Afrique occidentale française
Gris moyen : Autres possessions françaises
Gris foncé : République française

Informations générales
Statut Colonie française, territoire de l'Afrique-Occidentale française (1912-1958)
Capitale Ouagadougou
Langue Français
Superficie
Superficie 274 200 km²
Histoire et événements
1er mars 1919 Création de la colonie
5 septembre 1932 Démembrement
4 septembre 1947 Reconstitution
11 décembre 1958 Gouvernement local
1958 Indépendance

Entités précédentes :

Entités suivantes :

La Haute-Volta était une colonie de l’Afrique-Occidentale française (AOF) établie le 1er mars 1919 à partir des territoires qui formaient auparavant le Haut-Sénégal et Niger et la Côte d'Ivoire. C'est aussi l'année où la direction régionale Afrique occidentale de la Compagnie française pour le développement des fibres textiles (CFDT), qui avait pour mission d’organiser au mieux la culture du coton, est installée à Bobo-Dioulasso.

La colonie fut dissoute le 5 septembre 1932 et chacune de ses parties étant administrée par la Côte-d’Ivoire, le Soudan français et le Niger.

Après la Seconde Guerre mondiale, le 4 septembre 1947, la colonie fut recréée dans ses frontières initiales au sein de l'Union française. Le 11 décembre 1958, elle fut reconstituée comme une colonie autonome sous le nom de République de Haute-Volta au sein de la Communauté française, pour enfin prendre son indépendance totale le 5 août 1960. La Haute-Volta prend le nom de Burkina Faso le 4 août 1984.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Haute-Volta vient de la Volta, le fleuve dont la partie supérieure coule dans la région.

Les habitants de la Haute-Volta sont les Voltaïques.

Histoire[modifier | modifier le code]

Jusqu'au XIXe siècle, l'histoire de la Haute-Volta était dominée par les Royaumes Mossi, qui s'y seraient installés après être partis du nord du Ghana. Pendant des siècles, les paysans mossis étaient à la fois soldats et fermiers, et les Mossis défendaient leurs croyances religieuses et leur structure sociale contre les tentatives de conversion à l'Islam par les musulmans qui venaient du nord-ouest.

Quand les Français sont arrivés et ont revendiqué la région en 1896, la résistance des Mossis prit fin par la capture de leur capitale, Ouagadougou.

Colonie de la Haute-Volta (1919-1932)[modifier | modifier le code]

Un décret du 1er mars 1919 crée la colonie de la Haute-Volta, par partition de la colonie du Haut-Sénégal et Niger. Son territoire recouvre les cercles de Gaoua, Bobo-Dioulasso, Dédougou, Ouagadougou, Dori, Say et Fada N'Gourma. Son chef-lieu est Ouagadougou. Elle est administrée par un gouverneur, portant le titre de lieutenant-gouverneur, assisté d'un secrétaire général et d'un conseil d'administration.

En 1927, le cercle de Say est rattaché à la colonie du Niger.

Un décret du 5 septembre 1932[1] supprime la colonie de la Haute-Volta et répartit son territoire entre les colonies du Niger, du Soudan français et de la Côte-d'Ivoire.

Les cercles de Tenkodogo, Kaya, Ouagadougou, Koudougou, Gaoua, Batié et Bobo-Dioulasso ainsi qu'une une partie du cercle de Dédougou — boucle de la Volta Noire — sont incorporés à la colonie de la Côte-d'Ivoire (2 011 916 habitants sur 153 650 km2. Les cercles de Fada N'Gourma et Dori — moins le canton d’Aribinda — sont incorporés à la colonie du Niger (278 512 habitants sur 67 850 km2). Les cercles d'Ouahigouya — plus le canton d’Aribinda — et de Dédougou — subdivision de Tougan et rive gauche de la Volta Noire — sont incorporés à la colonie du Soudan français (708 501 habitants sur 50 700 km2).

Un décret du 13 juillet 1937[2] crée la région de la Haute-Côte-d'Ivoire.

Territoire d'outre-mer de la Haute-Volta[modifier | modifier le code]

Après la Seconde Guerre mondiale, les Mossi renouvelèrent leur pression pour avoir un statut territorial séparé.

Le 4 septembre 1947, la Haute-Volta devint à nouveau un territoire ouest-africain.

Une révision de l'organisation des territoires français d'outre-mer commença par le passage de la loi cadre du 23 juillet 1956 dite « loi Deferre ». Cette loi fut suivie par des mesures ré-organisationnelles approuvées par le Parlement français en 1957 et qui assuraient un large degré d'autonomie à chaque territoire. Le territoire devint ainsi une République autonome au sein de la Communauté française le 11 décembre 1958 : la République de Haute-Volta.

Elle accède finalement à l'indépendance le 5 août 1960. Le premier président, Maurice Yaméogo, était à la tête de la section locale du Rassemblement démocratique africain.

Le 4 août 1984, sous l'impulsion de Thomas Sankara, la Haute-Volta change de nom pour Burkina Faso[3].

Gouverneurs coloniaux[modifier | modifier le code]

Gouverneurs (1947-1958)[modifier | modifier le code]

Gouverneurs adjoints (1919-1932)[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Décret 5 septembre 1932 portant suppression de la colonie de la Haute-Volta et répartition de son territoire entre les colonies du Niger, du Soudan français et de la Côte-d'Ivoire, publié au Journal officiel de la République française du 10 septembre 1932.
  2. Décret du 13 juillet 1937 créant en Afrique occidentale française une région administrative dite région de la Haute-Côte-d'Ivoire, publiée au Journal officiel de la République française du 21 juillet 1937, p. 8273, suivi d'un rectificatif publié au Journal officiel de la République française du 30 juillet 1937, p. 8611.
  3. Chronologie succincte de l’histoire du Burkina Faso (ex Haute Volta).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Hien (Pierre Claver) [1996], Le jeu des frontières en Afrique occidentale, cent ans de situations conflictuelles au Burkina Faso actuel (1886-1986), thèse d'histoire sous la direction de Jean-Pierre Chrétien, Paris I, 496 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]