Haut les mains

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Haut les mains (homonymie).

Haut les mains (Rece do góry) est un film polonais en noir et blanc réalisé par Jerzy Skolimowski, réalisé en 1967, interdit par la censure et sorti en 1981 augmenté d'un prologue en couleurs.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Film de 1967[modifier | modifier le code]

Prologue de 1981[modifier | modifier le code]

Dans leurs propres rôles :

Projet et réalisation[modifier | modifier le code]

Le réalisateur estime en 1968 que Haut les mains est, de loin, le meilleur de ses films à ce jour, celui qui contient le plus de maturité[1]. Il dit avoir eu une liberté complète pendant sa fabrication, personne ne tentant de le pousser vers une direction qui ne serait pas la sienne[1]. Il le considère comme une provocation concernant aussi bien la politique que les problèmes sociaux en Pologne, sombre et peu explicite[1]. Skolimowski y parle d'un homme d'environ 35 ans, assez aisé, qui peut consommer ce qu'il souhaite (voitures, maisons...) mais qui a perdu les dix dernières années de sa vie, qui a abandonné tous les idéaux qu'il avait lorsqu'il était étudiant[1]. Le fait que le héros du film soit médecin est une métaphore : il peut soigner le corps des gens mais pas leur esprit car il souffre de la même maladie qu'eux, la même perte d'idéaux[1].

Accueil du film[modifier | modifier le code]

Haut les mains est interdit par la censure polonaise car il est considéré comme une charge antistalinienne[2] (il sortira finalement en 1981), Jerzy Skolimowski décide de ne plus tourner en Pologne[3]. Il estime que cette interdiction « a pratiquement détruit [sa] vie » car à partir de ce moment il a dû quitter son pays, vivre en allant d'un pays à l'autre et surtout cesser de faire les films qu'il voulait vraiment réaliser pour commencer à faire des films afin de gagner de l'argent[4].

Skolimowski, croyant beaucoup à ce film, s'est dit estomaqué de son interdiction[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f (en) Christian Braad Thomsen, « Skolimowski », Sight and Sound, vol. 37, no 3,‎ Summer 1968, p. 142-144
  2. Serge Kaganski, « Rencontre avec Jerzy Skolimowski, réalisateur du splendide Essential Killing », Les Inrockuptibles,‎ 7 avril 2011 (lire en ligne)
  3. Jean-Philippe Gravel, « Le cinéma de Jerzy Skolimowski. L’art du plaquage polonais », Ciné-Bulles, vol. 27, no 4,‎ 2009 (lire en ligne)
  4. Laurent Rigoulet, « Un cinéaste au fond des yeux #66 : Jerzy Skolimowski », Télérama,‎ 5 novembre 2010 (lire en ligne)

Lien externe[modifier | modifier le code]