Haunting the Chapel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Haunting the Chapel

EP par Slayer
Sortie Juin 1984[1]
Enregistré 1984
Durée 13:27
Genre Thrash metal
Producteur Brian Slagel
Label Metal Blade Records
Enigma Records

Albums par Slayer

Haunting the Chapel est un mini-album (EP) du groupe de thrash metal américain Slayer sorti en 1984 par Metal Blade et Enigma Records. Le premier album Show No Mercy est devenu le plus vendu de Metal Blade, conduisant le producteur Brian Slagel vouloir sortir un EP. Enregistré à Hollywood le processus d'enregistrement a été difficile lors de l'enregistrement de la batterie dans un studio sans tapis, même si Gene Hoglan influença le batterie Dave Lombardo dans son style[2]. Cependant, Hoglan dit qu'il lui a donné un tas de conseils et ne l'ai jamais vraiment donné des leçons; mais il a trop influencé Slayer[3].

Bien que comportant initialement trois chansons, les preuves d'enregistrement une évolution marquée du style de leur album précédent, Show No Mercy, et est considéré comme la première manifestation du style «classique» du groupe affichée sur les albums plus tard et est souvent décrit comme un «tremplin»[4]. Les chansons "Captor of Sin" et "Chemical Warfare" apparaissent régulièrement sur la liste des set-live du groupe. "Chemical Warfare" apparaît dans Guitar Hero: Warriors of Rock.

Enregistrement[modifier | modifier le code]

Le précédent album de Slayer Show No Mercy avait vendu plus de 40.000 exemplaires dans le monde et le groupe effectuaient les chansons "Chemical Warfare" et "Captor of Sin" en live, qui fait que le producteur Brian Slagel veut sortir un EP[5]. L'album a été enregistré à Hollywood avec l'ingénieur du son Bill Metoyer, dans un studio avec aucun tapis qui était un problème lors de l'enregistrement de la batterie. Slagel agissait en tant que producteur exécutif[2]. Metoyer est chrétien et les paroles de Show No Mercy ne le dérangeait pas[2]. Cependant, les premières paroles de Araya lors de l'enregistrement de Haunting the Chapel était "The holy cross, symbol of lies, intimidates the lives of Christian born" ("la Sainte Croix, symbole du mensonge, intimide la vie de chrétien né") et d'autres paroles anti-religieux[6]; Metoyer pensé qu'il irait à l'enfer pour son rôle dans l'enregistrement des paroles[2]. Ces thèmes lyriques ont été inspirés par le groupe Venom, qui a influencé King et était également dans l'image satanique[7].

Le batteur Dave Lombardo mis son kit de batterie sur le béton et le kit allait "un peu partout" tout en jouant. Lombardo a demandé à Gene Hoglan de tenir son kit, tout en enregistrant "Chemical Warfare", avec Hoglan pensée: "J'espère qu'il le fait en une ou deux prises, parce que c'est difficile"[2]. Hoglan entraîne Lombardo à comment utiliser la double caisse pour améliorer sa capacité de percussion et de vitesse; Lombardo affirme Hoglan était "un joueur de double casse incroyable même à l'époque"[2], bien que Hoglan joué de la grosse caisse depuis peu de temps alors[3]. Eddy Schreyer fourni le audio mastering et le digital remastering, avec la conception de la pochette créée par Vince Gutierrez[4]. Haunting the Chapel était plus sombre et plus orienté thrash que Show No Mercy, et jeté les bases de la future direction dans le son du groupe[8].

Tournée[modifier | modifier le code]

Hoglan a commencé à travailler comme roadie pour le groupe juste après que la personne responsable de l'éclairage ne se soit pas présentée une nuit, et a effectué des soundcheck pour Lombardo[2]. Slayer et Hoglan jouerait des chansons de Dark Angel pendant les soundchecks, qui est de savoir comment Hoglan à finalement rejoint Dark Angel. Hoglan se approch du guitariste Jim Durkin: «Il est venu me voir un jour et a commencé à me donner ses critiques de la bande, il a dit que nous devions être plus mal et puis il va, « En passant, je suis meilleur batteur que le gars que vous avez dans Dark Angel en ce moment »[2].

Hoglan a été licencié car il pensait qu'un roadie ne fait éclairage, tandis que le chanteur Tom Araya le frère de Johnny Araya ferait tous les droits roadie, tels que les équipements mobiles, en collaboration avec son et lumières, et la mise en place de la scène[2]. Le groupe a joué un concert à Seattle devant une foule de 1500 personnes, le plus grand concert ils ont joué à l'époque, en soutenant Metal Church et au Texas a joué avec un groupe appelé aussi Slayer dans San Antonio[2].

Réception[modifier | modifier le code]

Notation des critiques

Compilation des critiques
Périodique Note
Allmusic 3/5 stars[4]
The Rolling Stone Album Guide 3/5 stars[9]

Bien que le EP n'est pas entré dans les charts, Eduardo Rivadavia de Allmusic donne au EP trois étoiles sur cinq. Rivadavia dit Haunting the Chapel était un «tremplin» qui «offre des indices importants sur cette période de transition, qui a vu les structures des chansons rock à base de Slayer de céder la place à la non-linéaire, genre de définition de style par la suite considéré comme la signature sonore de thrash metal"[4]. Les pistes Chemical Warfare et Captor of Sin sont joués à des concert de Slayer régulièrement[4].

Le chanteur Karl Willetts du groupe de death metal Bolt Thrower affirme que l'album a été une source d'inspiration pour le groupe: "Quand Haunting the Chapel est sorti, je n'avais jamais entendu quelque chose comme ça avant avec ce style de jeu de guitare Nous étions un groupe de punk et de heavy metal. Et d'autres groupe, nous avons entendu comme Venom, Slaughter et Metallica. Nous avons donc pris les éléments de la musicalité de métal et l'agression du punk et versé tous ensemble"[10]. Chuck Schuldiner du groupe Death déclaré que l'album a été "la vie évolue à l'époque", affirmant: "C'était certaines choses au début qui m'a donné ce coup de pouce"[11].

Le groupe de black metal Perverseraph reprend "Chemical Warfare" sur un CD en hommage à Slayer intitulé Gateway to Hell, Vol. 2: A Tribute to Slayer[12]. Le groupe de trash metal Equinox a également fait une apparition sur l'album de reprises "Haunting the Chapel"[12]. Le groupe de death mélodique At the Gates "Captor of Sin" sur la réédition de 20020 de leur album Slaughter of the Soul sorti en 1995[13].

Liste des titre[modifier | modifier le code]

  1. Chemical Warfare - 6:04
  2. Captor of Sin - 3:32
  3. Haunting the Chapel - 4:00
  4. Aggressive Perfector - 3:30

La réédition comporte une piste bonus précédemment trouvé sur la compilation Metal Massacre Vol. 3.

Composition du groupe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Gatefold of Best of Metal Blade, Vol. 1 », Metal Blade Records (consulté le 19 mai 2013)
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j « An exclusive oral history of Slayer », Decibel Magazine (consulté le 1 avril 2007)
  3. a et b Maddocks, Claire, « An Interview with Gene Hoglan Down Under », Metalunderground.com (consulté le 19 avril 2010)
  4. a, b, c, d et e Rivadavia, Eduardo, « Haunting the Chapel », Allmusic (consulté le 2 avril 2007)
  5. German, Eric, « Interview with Brian Slagel », Metalupdate.com (consulté le 1 avril 2007)
  6. Patrizio, Andy, « Slayer - Christ Illusion », IGN.com,‎ 14 août 2006 (consulté le 12 avril 2007)
  7. Gargano, Paul, « LiveDaily Interview: Tom Araya of Slayer » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), livedaily.com, 2007-01-25. Consulté le 2007-01-28
  8. « About Slayer », Slayer.net (consulté le 4 avril 2007)
  9. Nathan Brackett, Hoard, Christian, The Rolling Stone Album Guide, New York City, New York, Simon and Schuster,‎ 2004, 741–742 p. (ISBN 0-7432-0169-8, lire en ligne)
  10. Page, Kevin, « Karl Willetts of Bolt Thrower », Metalreview.com,‎ 11 février 2007 (consulté le 3 avril 2007)
  11. Gulbey, Dennis, « An exclusive interview with Chuck Schuldiner », emptywords.org,‎ 1997 (consulté le 3 avril 2007)
  12. a et b « Gateway to Hell, Vol. 2: A Tribute to Slayer », Allmusic (consulté le 7 avril 2007)
  13. « Slaughter of the Soul [2002 Expanded] », Allmusic (consulté le 7 avril 2007)