Hatutu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hatutu
Hatutaa
Carte de Hatutu
Carte de Hatutu
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Archipel Îles Marquises
Localisation Océan Pacifique
Coordonnées 7° 56′ S 140° 35′ O / -7.93, -140.58 ()7° 56′ S 140° 35′ O / -7.93, -140.58 ()  
Superficie 6,6 km2
Point culminant non nommé (428 m)
Administration
Collectivité d'outre-mer Polynésie française
Commune Nuku Hiva
Démographie
Population Aucun habitant
Autres informations
Fuseau horaire UTC−09:30

Géolocalisation sur la carte : Polynésie française

(Voir situation sur carte : Polynésie française)
Hatutu
Hatutu
Îles de France

Hatutu, ou Hatutaʻa est une île du groupe le plus septentrional de l'archipel des Marquises, en Polynésie française.

Géographie[modifier | modifier le code]

L'île est séparée de sa voisine ʻEiao au sud-ouest par un chenal de trois kilomètres de large et de cinquante mètres de profondeur, et se trouve à 19 km de Motu One à l'est, et à 105 km de Nuku Hiva au sud, la plus proche île habitée. Sa superficie est de 6,6 km2[1]. Elle a la forme d'un croissant long de 6,2 km et large de 1,3 km, concave vers le nord-ouest. Elle est entourée de falaises, s'élevant abruptement jusqu'à plus de trois cents mètres sur la côte sud-est. Le centre est occupé par un plateau, d'une altitude maximale de 428 mètres dans sa partie orientale.

Elle ne possède qu'un seul point de débarquement possible et de mouillage, au sud, pour de petits navires.

Géologie[modifier | modifier le code]

Hatutu correspond à la partie sud-est d'une caldeira effondrée. Sa formation date de 4,9 à 4,7 millions d'années[2]. Elle est essentiellement composée de basalte.

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'île est également appelée Hatuta'a ou Hatutaa, autre nom traditionnel. Elle fut dénommée Hancock, par Joseph Ingraham, d'après John Hancock, nom du premier gouverneur du Massachusetts d'où il était originaire ; mais également Chanal, par Étienne Marchand, d'après Victor-Prospère Chanal, son deuxième capitaine en second[3] ; Langdon par Josuah Roberts en 1793 ; Nexsen par Edmund Fanning en 1798.

Histoire[modifier | modifier le code]

Hatutu n'est pas habitée actuellement, et semble ne l'avoir jamais été. Des restes d'occupation temporaires ont néanmoins été découverts, comme dans d'autres petites îles de l'archipel.

Du point de vue des Occidentaux, elle fut découverte par l'Étasunien Joseph Ingraham en avril 1791, puis deux mois plus tard par le Français Étienne Marchand.

Administration[modifier | modifier le code]

Hatutu fait partie du domaine privé de l’État en outre-mer. Elle est administrée par la Direction de l’environnement, en collaboration avec le Service du Développement Rural (SDR)[1]. Elle est rattachée à la commune de Nuku Hiva.

Flore et faune[modifier | modifier le code]

L'île a conservé une couverture végétale, avec une cinquantaine d'espèces répertoriées[4], dont certaines endémique des Marquises ou même de Hatutu[5]. L'île est couverte d'une végétation assez rase, sauf dans les vallées où se trouvent des arbres et arbustes.

Les arbres sont représentés par des Thespesia populnea, des Pisonia grandis et des nonos. Au nombre des arbustes se trouvent des Cordia lutea, et une espèce endémique aux îles Marquises, Abutilon sachetianum, endémique des Marquises, actuellement en danger de disparition sur Hatutu et Eiao.

Les autres plantes comprennent notamment :

Certaines plantes comestibles sont aussi présentes sur Hatutu, tels le melon et la patate douce.

Fou à pieds rouges et fou brun

Hatutu est un lieu de nidification de nombreux oiseaux marins, comme le fou à pieds rouges ou le fou brun. Elle compte aussi des espèces endémiques, dont la Rousserolle de Hatutu[6]. Elle a été classée « aire de gestion des habitats ou des espèces » en 1971, puis « Réserve naturelle de l'île de Hatutu » en 1992.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Direction de l'environnement de Polynésie Française, « Hatutu », sur http://www.environnement.pf,‎ 2009 (consulté le 13 juillet 2012)
  2. [PDF] R. Brousse, H.G. Barsczus, H. Bellon, J.M. Cantagrel, C. Diraison, H. Guillou, C. Léotot, « Les Marquises (Polynésie française) : volcanologie, géochronologie, discussion d'un modèle de point chaud », in Bulletin de la Société Géologique de France, 1990, 6 (6), p. 933-949, sur http://www.ird.fr/, Institut de recherche pour le développement (IRD),‎ 1990 (consulté le 16 juin 2007)
  3. « Journal du chirurgien Roblet », sur http://users.pandora.be/gentiane/rbsol1_1.html (consulté le 17 juin 2007)
  4. « Flora of the Marquesas Islands, Hatutaa », sur http://botany.si.edu/, Smithonian National Museum of Natural History, Department of Botany (consulté le 9 juillet 2012) ; choisir « Hatutaa » dans la liste déroulante Island.
  5. [PDF] Jean-François Butaud, « Guide des plantes remarquables des îles basses marquisiennes : Eiao, Hatuta'a et Mohotani », sur http://www.environnement.pf/spip.php?article131, Direction de l'environnement de Polynésie Française,‎ 2007 (consulté le 14 juillet 2012)
  6. « Oiseaux de Hatutu », sur http://www.manu.pf/, MANU Société d'Ornithologie de Polynésie (consulté le 16 juin 2007)