Hattonchâtel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hattonchâtel
Le château fort d'Hattonchâtel
Le château fort d'Hattonchâtel
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Meuse
Arrondissement Commercy
Commune Vigneulles-lès-Hattonchâtel
Statut Ancienne commune
Date de fusion 1973
Code postal 55210
Géographie
Coordonnées 48° 59′ 31″ N 5° 42′ 07″ E / 48.992, 5.70248° 59′ 31″ Nord 5° 42′ 07″ Est / 48.992, 5.702  
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Meuse

Voir sur la carte administrative de la Meuse
City locator 15.svg
Hattonchâtel

Géolocalisation sur la carte : Meuse

Voir sur la carte topographique de la Meuse
City locator 15.svg
Hattonchâtel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Hattonchâtel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Hattonchâtel

Ancienne commune de la Meuse, la commune de Hattonchâtel a fusionné avec plusieurs autres dans Vigneulles-lès-Hattonchâtel en 1973.

Située à une altitude de 355 m, la petite ville domine de 80 m la plaine de la Woëvre et le lac de la Madine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Hattonchâtel constitue l'ancienne résidence de Hatton, évêque de Verdun à l'époque carolingienne.

Puis, pendant le Moyen Âge, la ville est la première forteresse de l'évêché et le siège ordinaire de sa cour des Grands-Jours: une charte de 1352 précise que Hattonchâtel était le principal lieu où les évêques faisaient frapper monnaie (et ce jusqu'en 1546).

En 1636, Hattonchâtel subit un siège de 15 jours de la part des Suédois qui se retiraient de France. La ville a alors été saccagée et brûlée.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1962 1968 1975 1982 1990 1999
- - - - - -
Nombre retenu à partir de 1962 : population sans doubles comptes.


Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Hubert Michel Fortuné Legagneur, né à Hattonchâtel en 1797, mort à Paris en 1876. Magistrat, pair de France, commandeur de la Légion d'Honneur. Tombe à Hattonchâtel.
  • Charles-Auguste Salmon (1805-1892). Magistrat. Député de la Meuse en 1848 et 1849. Délégué par le gouvernement français aux pourparlers de paix en 1871 chargé de la défense des intérêts des magistrats et officiers ministériels de la Lorraine et de l'Alsace annexées par l'Allemagne. Sénateur de la Meuse en 1876. Correspondant de l'Institut (Acad. des Sc. Morales et Politiques). Tombe à Hattonchâtel.
  • Rupprecht de Bavière, prince héritier, fils du dernier roi de Bavière Louis III. Maréchal de l'armée allemande. Occupa Hattonchâtel pendant la guerre de 1914-1918.
  • Miss Belle Skinner, américaine, bienfaitrice de Hattonchâtel dont elle contribua à relever les ruines après la guerre de 1914-1918. On lui doit la reconstruction du château, de la Mairie-école et du lavoir.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Retable sculpté par Ligier Richier

Architecture civile[modifier | modifier le code]

  • Château-fort (MH), initialement construit en 860 par l'évêque Hatton, a été détruit lors de la première Guerre mondiale. Il est ensuite reconstruit entre 1923 et 1928 dans le style troubadour. La construction reprend une partie des anciens bâtiments : une grande partie du mur nord et l'arc du portail.

48° 59′ 33″ N 5° 42′ 21″ E / 48.9925, 5.70583

Maison gothique à arcades
  • Maison gothique à arcades (MH).
  • Maison des voûtes (romano-gothique) MH.
  • Ancienne maison des familles Aubert, Legagneur et Salmon-Legagneur, reconstruite après la Grande Guerre.
  • Monument aux morts de 1914-1918 dont la figure principale, une femme en recueillement devant la dépouille de son enfant, est due au sculpteur Ernest Nivet ; celle-ci orne également le monument aux morts de la ville de La Châtre dans l'Indre.

Architecture religieuse[modifier | modifier le code]

Elle a été rebâtie par les chanoines au XIVe siècle puis restaurée après la Première Guerre mondiale (vitraux modernes de Jacques Grüber).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]