Hassan Ali Mansour

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hassan Ali Mansour
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mansour.

Hassan Ali Mansur (en persan : حسنعلی منصور) est un homme politique iranien né à Téhéran en 1923 et mort assassiné dans la même ville le 27 janvier 1965.

Éducation[modifier | modifier le code]

Hassan Ali Mansour est le fils de Ali Mansour (Mansour-al-Molk), lui aussi premier ministre. Il suit sa scolarité au lycée Firuz-Bahrām à Téhéran puis prend des cours de droit à l'Université de Téhéran, dont il est diplômé en sciences politiques après la Seconde Guerre mondiale.

Les débuts de sa carrière publique[modifier | modifier le code]

Dans la période qui suit la seconde guerre mondiale, le jeune Mansour commence sa carrière politique en entrant au ministère des affaires étrangères, et réalise des missions internes et à l'étranger (Allemagne et France notamment). Dans les années 1950, il est nommé chef de cabinet du premier ministre, une première fois pour une courte période (à cause d'un changement de gouvernement), la seconde fois pour deux ans. En 1947, le premier ministre Manouchehr Eghbal le nomme Président du Conseil économique et vice-premier ministre. Il a aussi occupé des postes au ministère du travail, et au ministère du Commerce. Le vice-premier ministre Asadollah Alam l'a nommé Président de la compagnie d'assurance Bimeh Iran.

Élection au Majles et naissance du parti Iran Novin[modifier | modifier le code]

Le parti progressiste Qānun Motaraghiān a été fondé par Mansour afin de mener des recherches en économie politique, ainsi que pour paver la voie à son ascension vers le poste de premier ministre. En 1962, Mansour se présente pour la 21e Majles (parlement) et est élu second représentant pour Téhéran, après Abdollah Riazi, porte-parole du Majles. Une douzaine de membres de son parti ont aussi été élus, à l'exception d'Hoveyda et de Kashefian, qui étaient plus intéressés par la direction du parti. Mansour a ensuite étendu sa base en formant une coalition et en fondant le parti Iran Novin, avec une majorité de 175 sièges sur 230. Il est ensuite élu comme représentant de la majorité du Parlement.

Premier ministre pendant la Révolution blanche[modifier | modifier le code]

Après qu'Alam a démissionné du poste de premier ministre en 1963, le Shah nomme Mansour premier ministre. Cette époque correspond alors en Iran à un renouvellement de la scène politique. Mansour introduit de jeunes visages comme Amir Abbas Hoveyda, Jamshid Amouzegar, Ataollah Khosravani, Dr. Nahavandi, Alinaghi Alikhani, Manouchehr Rohani et d'autres membres du parti Iran Novin.

Mansour a fait passer la Loi de protection des forces américaines, qui a été très controversée. L'adoption de cette loi a causé une attaque de la part de l'ayatollah Khomeini depuis Qom. Cette attaque du gouvernement a été punie par son exil en Turquie et a causé des émeutes historiques. Mansour a également augmenté le prix de l'essence de 5 à 10 rials afin d'équilibrer son budget, mais a dû annuler la mesure suite aux grèves des chauffeurs de taxi.

Assassinat[modifier | modifier le code]

A dix heures du matin, le 22 janvier 1965, Mansour passe les grilles du Majles afin d'aller délivrer son premier discours annuel de premier ministre. Après qu'il est descendu de sa voiture dans le parc Baharestan, un passant, Mohammad Bokharaï, l'approche et tire 5 coups de feu. Mansour est remis dans la voiture et amené à l'hopital, où il reste en condition critique avant de déceder cinq jours plus tard. Pendant la crise, le Shah nomme Amir Abbas Hoveyda Premier ministre, poste qu'il occupera pendant les treize années à venir.

Mansour a été enterré dans le cimetière de Shah Abdol Azim à Rey. Après la révolution islamique, l'Ayatollah Kalkhali aurait ordonné de disperser ses restes.

Mansour était marié à Farideh Emami et a eu un fils et une fille. La sœur de Farideh, Leyla Emami, s'est ensuite mariée avec le Premier ministre Hoveida. Javad Mansour, son frère, était conseiller d'Hoveida.

Références[modifier | modifier le code]

  • ((fr)Yves Bomati et Houchang Nahavandi : Mohammad Réza Pahlavi, le dernier shah - 1919-1980"", éditions Perrin 2013, ISBN 2262035873
  • (en) Iran in the last 3 Centuries, Alireza Avsati. Téhéran, 2003. Vol.1 ISBN 964-93406-6-1 Vol2 ISBN 964-93406-5-3
  • (fa) Biography of Recent Political and Military People of Iran, Bagher Agheli, Volume 3, p.1548, Téhéran 2001


Précédé par Premier ministre d'Iran Suivi par
Asadollah Alam 7 mars 1964 - 26 janvier 1965 Amir Abbas Hoveida