Harry Potter à l'école des sorciers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne le livre. Pour l'article sur le film, voir Harry Potter à l'école des sorciers (film). Pour l'article sur le jeu vidéo, voir Harry Potter à l'école des sorciers (jeu vidéo).
Harry Potter
à l'école des sorciers
Auteur J. K. Rowling
Genre Fantasy
Version originale
Titre original Harry Potter and the Philosopher's Stone
Éditeur original Bloomsbury
Langue originale Anglais britannique
Pays d'origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Lieu de parution original Londres
Date de parution originale 27 juin 1997
ISBN original 0747532699
Version française
Traducteur Jean-François Ménard
Lieu de parution Paris
Éditeur Gallimard Jeunesse
Collection Hors série Littérature
Date de parution 16 novembre 1998
Type de média Livre papier
Couverture Jean-Claude Götting
Nombre de pages 306
ISBN 2-07-051842-6
Série Harry Potter
Chronologie
Harry Potter et la Chambre des secrets Suivant

Harry Potter à l'école des sorciers (titre original : Harry Potter and the Philosopher's Stone) est le premier tome de la série littéraire centrée sur le personnage de Harry Potter créé par J. K. Rowling. Sorti le 27 juin 1997, il est initialement tiré à 5 000 exemplaires[1].

Il trouve son importance puisqu'il sert de base introductive aux six autres tomes de la série. Il permet à l'auteure de mettre en place l'univers, de familiariser le lecteur avec ses personnages, les lieux, les objets magiques, les mœurs et tout le vocabulaire propre à son monde. Ce premier tome installe progressivement les nœuds de l'intrigue grâce à des indices subtilement dissimulés pour ne pas éveiller les soupçons du lecteur dès le début de l'histoire.

Le livre a été traduit en français, comme les six autres tomes de la série, par Jean-François Ménard et illustré dans son édition française par Jean-Claude Götting (à l'exception de la toute première édition française de 1998 qui contenait des illustrations inédites en têtes de chapitre dessinées par Emily Walcker)[Note 1].

Titre[modifier | modifier le code]

La traduction littérale du titre original (anglais britannique) du livre est Harry Potter et la pierre philosophale ; l'éditeur français lui a préféré Harry Potter à l'école des sorciers, vraissemblablement dans le but d'éveiller l'intérêt des enfants lecteurs scolarisés aux aventures d'un jeune héros auquel ils pourraient facilement s'identifier. Le titre de l'édition américaine est Harry Potter and the Sorcerer's Stone (Harry Potter et la pierre du sorcier).

Résumé[modifier | modifier le code]

Après la mort tragique de Lily et James Potter, Harry est recueilli par sa tante Pétunia, (la sœur de Lily) et son oncle Vernon à l'âge de un an. Ces derniers, animés depuis toujours d'une haine féroce envers les parents du garçon qu'ils qualifient de gens "bizarres", voire de "monstres"[a 1], traitent froidement leur neveu et demeurent indifférents aux humiliations que leur fils Dudley lui fait subir. Harry ignore tout de l'histoire de ses parents, si ce n'est qu'ils ont été tués dans un accident de voiture[a 2].

Le jour de ses 11 ans, un demi-géant du nom de Rubeus Hagrid vient le chercher pour l’emmener à Poudlard, une école de sorcellerie, où il est apparemment inscrit depuis sa naissance et attendu pour la prochaine rentrée. Hagrid lui révèle alors qu’il a toujours été un sorcier, tout comme l'étaient ses parents, tués en réalité par le plus puissant mage noir du monde de la sorcellerie, Voldemort (surnommé "Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom"), après qu'ils ont refusé de se joindre à lui[a 3]. Ce serait Harry lui-même, alors qu'il n'était encore qu'un bébé, qui aurait fait ricocher le sortilège que Voldemort lui destinait, neutralisant ses pouvoirs et le réduisant à l'état de créature quasi-insignifiante[a 4]. Le fait d'avoir vécu son enfance chez son oncle et sa tante dépourvus de pouvoirs magiques lui aurait donc permi de grandir à l'abri de sa notoriété dans le monde des sorciers.

Harry entre donc à l’école de Poudlard, dirigée par le professeur Albus Dumbledore. Il est envoyé dans la maison Gryffondor par le choixpeau magique. Il y fait la connaissance de Ron Weasley et Hermione Granger, qui deviendront ses complices. Par ailleurs, Harry intègre rapidement l'équipe de Quidditch de sa maison, un sport collectif très populaire chez les sorciers se pratiquant sur des balais volants. Harry connaît probablement la plus heureuse année de sa vie, mais également la plus périlleuse, car Voldemort n'a pas totalement disparu et semble bien décidé à reprendre forme humaine.

Chapitres[modifier | modifier le code]

  1. Le survivant
  2. Une vitre disparaît
  3. Les lettres de nulle part
  4. Le gardien des Clés
  5. Le chemin de traverse
  6. Rendez-vous sur la voie 9 3/4
  7. Le choixpeau magique
  8. Le maître des potions
  9. Duel à minuit
  10. Halloween
  11. Le match de Quidditch
  12. Le miroir du Riséd
  13. Nicolas Flamel
  14. Norbet le dragon
  15. La forêt interdite
  16. Sous la trappe
  17. L'homme aux deux visages

Résumé détaillé[modifier | modifier le code]

Un garçon ordinaire, ou presque[modifier | modifier le code]

Le premier novembre 1981, les Dursley mènent une vie paisible dans leur maison du n°4, à Privet Drive, dans le Surrey[a 5], lorsqu'un mystérieux personnage, Albus Dumbledore, dépose leur neveu Harry, alors âgé d'un an, devant leur porte. La mère de l'enfant, Lily Potter, est la sœur de Pétunia Dursley, mais Pétunia a toujours refusé d'entendre parler d'elle, (ayant connaissance de sa nature "étrange") même par son mari Vernon Dursley. Les parents de Harry sont morts la veille, assassinés le soir d'Halloween par un personnage effrayant, Voldemort - que la communauté des sorciers, effrayée à la simple évocation de son nom, surnomme Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom ou Vous-Savez-Qui, voire le Seigneur des Ténèbres. Harry Potter a survécu à l’attaque et c'est à compter de ce tragique événement qu'il est reconnu dans le monde des sorciers comme étant « le survivant ».

Dix ans plus tard, chez les Dursley, Harry, un garçon en apparence tout à fait ordinaire, est négligé par son oncle et sa tante qui décident de le loger dans le placard, situé sous les escaliers[a 6]. Lors de l'anniversaire de son cousin Dudley, la famille se rend au zoo en compagnie d'un ami de Dudley et Harry participe à la sortie. Dudley, qui souhaite absolument voir un serpent bouger, demande à son père de taper contre la vitre d'un vivarium pour réveiller son occupant, mais sans succès. Il reporte alors son attention sur d'autres reptiles. Pendant ce temps, Harry remarque que le serpent porte soudain son attention sur lui et se comporte comme s'il comprenait les paroles de réconfort qu'il lui avait innocemment adressées. Dudley bouscule son cousin en s'approchant, le fait tomber à terre et s'appuie contre la vitre, tout satisfait de voir le serpent bouger. Sous l'effet de la colère de Harry, la vitre disparaît mystérieusement[a 7], permettant au serpent de s'échapper, et Dudley est pris de panique. À la suite de l'incident, Vernon Dursley, connaissant ses antécédents, porte des soupsçons sur son neveu.

Les lettres reçues par Harry. Studio Tour de Londres "The Making of Harry Potter".

Un matin, en allant prendre le courrier, Harry découvre une lettre non timbrée en parchemin qui lui est destinée, et dont l'adresse est étonnamment précise (Mr Harry Potter - Dans le placard sous l'escalier - 4, Privet Drive - Little Whinging - Surrey) mais son oncle la lui confisque avant qu'il ne l'ouvre et semble très inquiet. Le lendemain, un nouvel exemplaire de la lettre arrive, puis un autre, jusqu'à ce qu'un nombre considérable de lettres s'introduit de toutes parts dans la maison[a 8]. Pour échapper à ces lettres et de peur que Harry ne réussisse à en attraper une, la famille, sur la décision de l'oncle Vernon, part se réfugier dans un hôtel, l'Hôtel du Rail[a 9], mais les lettres arrivent toujours auprès de leur destinataire, avec une adresse toujours aussi précise. La famille part alors se réfugier dans une cabane située au sommet d'un rocher, en pleine mer et à bonne distance de la côte[a 10].

Rubeus Hagrid[modifier | modifier le code]

Cette nuit-là, Harry Potter, couché sur le plancher de la cabane, attend avec impatience que la montre de Dudley sonne minuit, annonçant le jour de ses onze ans. Mais un demi-géant du nom de Rubeus Hagrid vient perturber le silence nocturne de la cabane en défonçant la porte d'entrée[a 11]. Il se présente comme étant le gardien des clés et des lieux à l'école de sorcellerie de Poudlard[a 12]. En discutant avec Harry, Hagrid comprend bien vite que le garçon ne connaît ni l'école où ont étudié ses parents, ni la véritable cause de leur mort. Harry apprend alors que ces derniers ont été tués par le plus grand mage noir de tous les temps, Lord Voldemort[a 13]. Harry est (finalement) autorisé à lire sa lettre qui l'informe se son inscription à Poudlard et lui fournit la liste des fournitures scolaires à se procurer pour la rentrée.

Hagrid, le géant, emmène Harry acheter ses fournitures sur les rues marchandes du Chemin de Traverse à Londres, une sorte d'univers parallèle auquel on accède par la magie[a 14]. À la banque des sorciers de Gringotts, Harry apprend que ses parents lui ont gardé beaucoup d'argent de côté jusqu'à leur mort. Après que Harry a récupéré un peu de son argent, Hagrid va récupérer dans la chambre forte numéro 713 un objet enveloppé dans du papier craft et gardé sous haute surveillance. Harry ignore ce que le paquet contient et n'ose pas poser de question[a 15]. Harry achète son matériel dans les différentes boutiques d'objets magiques. C'est à la boutique de Madame Guipure qu'il rencontre pour la première fois Drago Malefoy[a 16]. Il se rend ensuite chez Monsieur Ollivander où il est "choisi" par une baguette de 27,5 centimètres en bois de houx. Il apprend également que le cœur de sa baguette renferme une plume provenant du même phénix que celle qui constitua la baguette de Voldemort[a 17].

L'école de sorcellerie Poudlard[modifier | modifier le code]

Le premier septembre, dans le train qui le conduit à Poudlard, le Poudlard Express, Harry fait la connaissance de Ron Weasley, Hermione Granger et Neville Londubat[a 18] qui entrent comme lui en première année à l’école de sorcellerie. Mais il ne se fait pas que des amis : il doit aussi affronter les moqueries de Drago Malefoy et de ses deux acolytes, Goyle et Crabbe.

Le choixpeau magique posé dans le bureau du directeur. Studio Tour de Londres "The Making of Harry Potter".

Les élèves arrivent à Poudlard et sont accueillis par la sous-directrice, le professeur McGonagall[a 19]. Pour savoir à quelle maison les apprentis sorciers vont appartenir durant leurs études, ils doivent coiffer le choixpeau magique chacun leur tour. Le choixpeau annonce alors distinctement le nom de la maison à laquelle l'élève est destiné, en fonction de ses qualités[a 20]. Harry est envoyé à Gryffondor pour rejoindre « les courageux, les plus hardis et les plus forts », de même que Ron et Hermione. Le choixpeau avait initialement prévu de l'envoyer à Serpentard, la maison même qui avait accueilli jadis Voldemort, mais la réticence de Harry à se rendre dans cette maison a finalement été prise en compte dans la décision finale du choixpeau[a 21].

Une fois à table, le directeur de l'école, Albus Dumbledore, prononce un discours de bienvenue adressé aux élèves et aux professeurs. Il les informe des points essentiels du règlement intérieur, et insiste en particulier sur l'interdiction de se rendre dans le couloir du deuxième étage de l'aile droite, sous risque de mourir dans d'atroces souffrances[a 22][a 23]. Mais il ne fournit pas plus d'explications.

Lors de cette première semaine de cours, Harry fait la connaissance de ses professeurs et découvre surtout l'hostilité que semble lui vouer Severus Rogue, le professeur de potions[a 24]. Le vendredi, Harry lit dans la Gazette du Sorcier que la chambre forte de la banque Gringotts, portant le même numéro que celle où il s'est rendu avec Hagrid, a été forcée le même jour sans que rien n'ait apparemment été volé[a 25]. Harry comprend que le ou les auteurs du cambriolage convoitaient précisément l'objet que Hagrid état venu récupérer un peu plus tôt dans la matinée.

Neville Londubat reçoit de sa grand-mère un Rapeltout, une petite boule de verre dont la fumée contenue devient rouge lorsqu'on a oublié quelque chose[a 26]. Au premier cours de vol sur balai, Drago Malefoy s'en empare, ce qui déclenche une dispute entre Malefoy et Harry pour récupérer le Rapeltout dans les airs. Harry se montre très doué en vol sur balai et réussit à récupérer l'objet. Cependant il se fait surprendre par le professeur Minerva McGonagall, sa directrice de maison. Harry pense être sanctionné pour son comportement, mais le professeur, surprise par les prédispositions de Harry au vol sur balais, lui propose de devenir l'attrapeur de l'équipe de Quidditch de Gryffondor[a 27].

Malefoy, mécontent de la tournure des évènements, provoque Harry en duel à minuit[a 28]. Mais le moment venu, Malefoy ne vient pas. Il s'agissait d'un piège pour faire renvoyer Harry de Poudlard. Accompagné d'Hermione et de Ron, Harry se trouve ainsi poursuivi par le concierge Argus Rusard et se retrouve dans le couloir interdit du deuxième étage. En ouvrant une porte à l'aide d'un sortilège, les trois amis se retrouvent nez à nez avec un immense chien à trois têtes gardant une trappe[a 29], et prennent la fuite. Harry pense que le paquet que Hagrid était allé chercher à la banque Gringotts s'y trouve caché, protégé par le chien[a 30].

Ron est de plus en plus exaspéré par le comportement autoritaire d'Hermione. Le jour d'Halloween, Hermione, suite à une critique mal attentionnée de Ron à son sujet[a 31], part s'isoler dans les toilettes, ignorant qu'un troll s'est introduit dans l'école. En décidant d'aller la retrouver, Ron et Harry croisent le chemin du troll et parviennent à l'enfermer dans une salle, sans se douter qu'il s'agissait des toilettes dans lesquelles Hermione s'était réfugiée[a 32]. Ils font demi-tour en l'entendant crier. Ron jette le sort Wingardium Leviosa, et réussit à assommer le troll avec sa propre massue[a 33]. Lorsque les professeurs viennent les retrouver, McGonagall retire des points à Hermione, qui endosse volontairement la responsabilité de l'incident[a 34]. Hermione et Ron sont réconciliés. Harry, quant à lui, remarque quelques jours pus tard que le professeur Rogue est blessé à la jambe[a 35] et pense qu'il a fait entrer le troll dans l'école pour détourner l'attention et essayer de passer devant le chien à trois têtes pour récupérer l'objet caché.

L'alchimiste et le miroir du Riséd[modifier | modifier le code]

Harry participe à son premier match de Quidditch. Pendant le match, le balai de Harry est soudain détourné par un maléfice inconnu : il emporte Harry de plus en plus haut et cherche à le faire tomber[a 36]. Dans les tribunes, Hermione aperçoit le professeur Rogue formuler des incantations en regardant fixement Harry. Elle court vers lui, bousculant au passage le professeur Quirrell, et envoie une étincelle sur sa robe qui prend feu[a 37]. Harry reprend le contrôle de son balai et Gryffondor gagne le match.

En allant boire un thé chez Hagrid, Harry, Ron et Hermione font part de leurs soupçons sur le professeur Rogue à Hagrid, mais celui-ci tente de les rassurer et de ne plus se mêler de ce qui est caché sous la trappe. Il leur fait comprendre que c'est « une affaire entre Albus Dumbledore et Nicolas Flamel »[a 38].

Le miroir du Riséd. Studio Tour de Londres "The Making of Harry Potter".

Harry, Ron et Hermione recherchent dans la bibliothèque des informations sur le dénommé Nicolas Flamel. Le jour de Noël, Harry découvre parmi ses cadeaux étalés dans la salle commune une cape d'invisibilité ayant appartenu à son père James Potter[a 39]. Il décide de s'en servir pour pénétrer dans la réserve de la bibliothèque sans être vu. Pour éviter Rogue et Rusard qui se retrouvent sur son chemin, Harry entre dans une pièce dont la porte est entrouverte. Il y découvre alors un miroir étrange, sur lequel est écrit : « Riséd el rueoc not ed siam egasiv not sap ertnom en ej »[a 40], qui, lu à l'envers signifie « je ne montre pas ton visage mais de ton cœur le désir ». Il fait un pas en avant et voit son reflet avec un groupe de gens derrière lui. Il comprend qu'il s'agit de sa famille[a 41], qu'il n'a jamais vue. Celle-ci lui sourit et lui adresse des signes. À la fois intrigué et ému, Harry revient plusieurs fois devant le miroir les jours suivants. Un soir, il décide d'amener Ron devant le miroir pour lui présenter sa famille. Mais la vision de Ron est très différente. Il aperçoit son reflet au sein de l'équipe de Quidditch, dont il se voit capitaine, avec l'insigne de Préfet en chef de Poudlard[a 42].

Un soir, alors que Harry se retrouve une nouvelle fois devant le miroir du Riséd, Dumbledore (qui a compris que Harry tombait dans un piège), vient le retrouver. Il lui explique que le miroir ne montre que le désir le plus profond et le plus cher et qu'il a fini par faire dépérir ou rendre fous un bon nombre de sorciers[a 43]. Dumbledore lui fait part de sa décision de le changer de place et demande à Harry de ne plus chercher à le retrouver.

Harry, Ron et Hermione, découvrent que Nicolas Flamel est "le seul alchimiste qui ait réussi à fabriquer la pierre philosophale » ayant la propriété de transformer n'importe quel métal en or pur et produire l'élixir de longue vie rendant immortel[a 44]. Ils comprennent maintenant que l'objet si précieux caché dans le couloir interdit est la pierre philosophale et que c'est pour cette raison que Voldemort, par le biais de Rogue, cherche à s'en emparer. Après la victoire du match de Quidditch contre la maison de Poufsouffle, Harry surprend une conversation entre les professeurs Rogue et Quirrell[a 45]. Il en déduit que Rogue tente de faire pression sur le professeur le plus timide pour que celui-ci l'aide à voler la pierre.

Le dragon[modifier | modifier le code]

Harry, Ron et Hermione (ainsi que Malefoy bien malgré eux), découvrent que Hagrid élève un dragon dans sa cabane bien qu'il sache que cela est interdit. Harry, Ron et Hermione avouent à Hagrid qu'ils sont au courant de l'existence de la pierre et pensent que Rogue essait de la voler. Hagrid doute de cette hypothèse et leur explique que la pierre est protégée, en plus du chien à trois têtes, par des enchantements mis au point par plusieurs professeurs différents, dont Rogue lui-même.

Harry réussit, avec Ron et Hermione, à convaincre Hagrid d'envoyer le dragon en Roumanie où Charlie Weasley, le frère de Ron, possède un élevage.

Un soir, Drago Malefoy se fait surprendre hors de son dortoir par McGonnagall. En même temps, Harry et Hermione (cachés sous la cape d'invisibilité) emmènent Norbert le dragon au sommet de l'une des tours de l'école pour que les amis du frère de Ron, qui arrivent sur leurs balais, l'emportent avec eux. Ron, quant à lui, doit rester à l'infirmerie après avoir été mordu à la main par le dragon. En repartant vers leurs dortoirs, Harry et Hermione se rendent compte qu'ils ont oublié la cape d'Invisibilité en haut de la tour. En allant la récupérer, ils se font surprendre par Rusard qui les emmène dans le bureau du professeur McGonagall.

La rencontre du Seigneur des ténèbres[modifier | modifier le code]

Pour avoir été dehors après le couvre-feu, Harry et Hermione reçoivent une retenue et font perdre chacun 50 points à Gryffondor. Neville, qui était parti à la recherche de Harry, reçoit la même sanction. Gryffondor est alors relégué à la dernière place du classement pour la Coupe des Quatre Maisons.

Alors que les examens approchent, Harry soupçonne Quirrell d'avoir été à nouveau menacé par Rogue et de lui avoir cédé.

Lors de leur retenue, Harry, Neville, Hermione et Drago doivent aller dans la forêt interdite avec Hagrid pour retrouver une licorne blessée. Harry et Drago, partant seuls de leur côté, la retrouvent morte ; penchée sur elle, une créature encapuchonnée est en train de boire son sang. Harry éprouve alors une douleur insupportable à sa cicatrice. Firenze, un centaure, vient au secours d'Harry après que Malefoy s'est enfui, et chasse la créature.

Harry pense que Rogue ou Voldemort s'apprête à voler la pierre philosophale. Harry, Ron et Hermione veulent prévenir Dumbledore, mais ils aprennent que celui-ci a momentannément quitté Poudlard pour se rendre au ministère de la magie.

Harry décide donc d'aller chercher la pierre lui-même avant qu'il ne soit trop tard. Après avoir immobilisé Néville qui tentait de les empêcher de quitter la maison de Gryffondor en pleine nuit, Harry, Ron et Hermione parviennent à franchir les épreuves des professeurs Chourave, Flitwick, McGonagall, Quirrell et Rogue mais c'est seul que Harry parvient à la dernière pièce, où se trouve la pierre.

Harry se retrouve dans une salle avec Quirrell, posté devant le miroir du Riséd. L'homme lui apprend la vérité : c'est lui qui avait fait entrer le troll dans l'école et tenté de tuer Harry lors du match de Quidditch. Harry est terrifié lorsque Quirrell déroule le turban violet qu'il portait sur la tête : le couvre-chef dissimulait en réalité le visage de Voldemort, formé à l'arrière du crâne de Quirrell ; le mage noir avait "emprunté" le corps du professeur pour se rapprocher de la pierre philosophale cachée dans l'école et pour lui donner ses ordres.

En remarquant la présence du miroir magique, Harry réalise que la chose qu'il désire le plus à cet instant précis est de trouver la pierre philosophale avant Quirrell. À travers Quirrell, Voldemort ressent les pensées de Harry et demande à Quirrell de se servir de lui pour trouver la pierre. Lorsque Quirrell place Harry devant le miroir, ce dernier voit son reflet sortir la pierre de sa poche. Au même moment, Harry la sent apparaître dans sa propre poche. Le miroir du Riséd ayant été placé là et ensorcellé par Dumbledore lui-même, seul quelqu'un qui désirait obtenir la pierre sans vouoir s'en servir pouvait la faire apparaître. Voldemort ordonne alors à Quirrell de s'emparer du garçon mais Harry se rend compte que Quirrell ne peux le toucher sans endurer de terribles brûlures.

Dumbledore, qui a été averti par Hermione, sauve Harry in extremis de Voldemort et fait détruire la Pierre.

À la fin de l'année, grâce aux exploits de Harry, Ron et Hermione, et des 10 points gagnés par Neville Londubat pour son courage, les Gryffondor gagnent finalement la coupe des quatre maisons.

L'année scolaire est terminée, et Harry s'apprête à rentrer chez les Dursley pour patienter jusqu'à la prochaine rentrée des classes.

Chronologie[modifier | modifier le code]

Pour les événements du chapitre 1 qui se déroulent dix ans avant le reste du récit, voir la chronologie principale.

  • 1991 :
    • 23 juin : À l'occasion de l'anniversaire de son cousin Dudley, Harry se rend au zoo en compagnie des Dursley et libère, par magie, mais involontairement, un boa constrictor de son vivarium[a 46].
    • 24 juillet : Une semaine avant son anniversaire, Harry reçoit une première lettre lui annonçant son inscription à Poudlard, mais comme les Dursley refusent de lui laisser la lire, de multiples autres missives lui sont adressées tout au long de la semaine suivante[a 47].
    • 31 juillet : Hagrid arrive à la cabane où les Dursley s'étaient réfugiés avec Harry, révèle à ce dernier ses origines de sorcier et l'emmène sur le Chemin de Traverse, où il achète ses fournitures scolaires et rencontre Drago Malefoy, avant de retourner chez les Dursley pour le reste des vacances[a 48]. Le même jour, Quirrell tente de dérober la Pierre Philosophale chez Gringotts[a 49],[a 50].
    • 1er septembre : Harry fait sa rentrée à Poudlard.
    • 31 octobre : Le soir d'Halloween, un troll se trouve dans le château. Harry et de Ron partent chercher Hermione qui pleure dans les toilettes suite à des paroles de Ron qui l'ont blessée. Harry et Ron réussissent à sauver Hermione du troll, ce qui scelle le début de leur amitié avec elle.
    • 25 décembre : Pour Noël, Harry reçoit une multitude de cadeaux, dont la cape d'invisibilité qui appartenait à son père.

Livres audio[modifier | modifier le code]

La version anglaise du roman a fait l'objet, en 2002, d'une édition sous la forme de 7 disques compacts, dont la narration est assurée par Stephen Fry[2].

La version française du roman a fait l'objet, en 2004, d'une édition sous la forme de 8 disques compacts, d'une durée totale de 8 heures, dont la narration est assurée par Bernard Giraudeau[3].

Autres versions françaises[modifier | modifier le code]

Il existe d'autres traductions de l'ouvrages dans d'autres langues (sans statut légal) de l'état français:

  • en basque : les 7 tomes
  • en breton : le premier (les autres sont en cours de traduction)
  • en catalan : les 7 tomes
  • en occitan : les deux premiers (les autres sont en cours de traduction)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ces illustrations d'Emily Walcker ont été supprimées par Gallimard dans les éditions suivantes. Cette édition originale est devenue collector, d'autant plus qu'à l'instar de son homologue britannique, elle a bénéficié d'un tirage de lancement assez faible (les aventures du sorcier étant encore très méconnues à cette époque). Cette première édition, dont le prix atteint aujourd'hui des sommets, est activement recherchée par les collectionneurs français et demeure extrêmement difficile à se procurer (surtout en bon état, car très fragile). Le texte français de la première édition était toutefois allégé de certains paragraphes du texte original. Cette première édition se reconnaît au dépôt légal et date d'impression[réf. nécessaire].

Références[modifier | modifier le code]

Références bibliographiques

J. K. Rowling, Harry Potter à l'école des sorciers, Gallimard,‎ 1998 (ISBN 2070518426)

  1. chap.4/p.58
  2. chap.2/p.25
  3. chap.4/p.60
  4. chap.4/p.62
  5. chap.3/p.39
  6. chap.2/p.24
  7. chap.2/p.33
  8. chap.3/p.45
  9. chap.3/p.47
  10. chap.3/p.48
  11. chap.4/p.51
  12. chap.4/p.53
  13. chap.4/p.60
  14. chap.5/p.75
  15. chap.5/p.80
  16. chap.5/p.81
  17. chap.5/p.89
  18. chap.6
  19. chap.7/p.116
  20. chap.7/p.120
  21. chap.7/p.124
  22. chap.4/p.53
  23. chap.7/p.129
  24. chap.8/p.138
  25. chap.8/p.143
  26. chap.9/p.147
  27. chap.9/p.153
  28. chap.9/p.155
  29. chap.9/p.162
  30. chap.9/p.163
  31. chap.10/p.172
  32. chap.10/p.175
  33. chap.10/p.176
  34. chap.10/p.178
  35. chap.11/p.182
  36. chap.11/p.188
  37. chap.11/p.190
  38. chap.11/p.192
  39. chap.12/p.200
  40. chap.12/p.206
  41. chap.12/p.207
  42. chap.12/p.209
  43. chap.12/p.212
  44. chap.13/p.217
  45. chap.13/p.224
  46. chap.2.
  47. chap.3.
  48. chap.4 à 6.
  49. chap.8.
  50. chap.17.
Autres références
  1. Frédéric Lewino et Gwendoline Dos Santos, « C'est également arrivé un 27 juin », sur Le Point.fr,‎ 27 juin 2013
  2. J. K. Rowling, Harry Potter and the Philosopher's Stone (read by Stephen Fry), Cover to Cover Cassettes Ltd, (ISBN 1855496704).
  3. J. K. Rowling, Harry Potter à l'école des sorciers (lu par Bernard Giraudeau), éditions Gallimard jeunesse, coll. « Écoutez lire » no A 55998, Paris, 2004, 8 disques compacts (durée 8 heures) + 1 brochure, EAN 3260050673433, (notice BnF no FRBNF39262130w).