Harry Mulisch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Harry Mulish

Description de l'image  Harry Mulisch 2010.JPG.
Activités écrivain
Naissance 29 juillet 1927
Haarlem
Décès 30 octobre 2010 (à 83 ans)
Amsterdam
Langue d'écriture néerlandais
Genres roman

Harry Mulisch est un écrivain néerlandais né le 29 juillet 1927 à Haarlem et mort le 30 octobre 2010[1] à Amsterdam.

Il est considéré comme l'un des plus grands romanciers néerlandais contemporains, par lui-même aussi. Il est lauréat des plus hautes distinctions littéraires néerlandaises.

Son père était un Austro-Hongrois émigré aux Pays-Bas après la Première Guerre mondiale et, pendant la Seconde Guerre mondiale, employé d'une banque allemande avec des sympathies nazies, ce qui lui a valu trois ans de prison après la guerre. Sa mère était juive, née à Anvers, fille d'un banquier autrichien. Pendant la guerre, Harry avait l'âge de la puberté. Harry et sa mère ont pu éviter la déportation dans un camp de concentration grâce aux contacts de son père avec les Nazis. Pour cette raison essentiellement, il a dit : « Je suis la Seconde Guerre mondiale ». Mulisch a été élevé surtout par la domestique de ses parents, Frieda Falk.

Thèmes[modifier | modifier le code]

La Deuxième Guerre mondiale a été un facteur décisif dans la vie de Harry Mulisch et forme un thème prépondérant dans son œuvre d'écrivain. En 1963, il écrit un essai sur le cas Eichmann : L'Affaire 40/61. Les grands romans axés sur la Deuxième Guerre mondiale sont L'Attentat, Noces de pierre, et Siegfried.

En plus, Mulisch insère souvent des légendes anciennes ou des mythes dans ses écrits, telles que la mythologie grecque dans Les Éléments, la mythologie juive dans La Découverte du ciel et La Procédure, et des légendes très connues sur des villes.

Il utilise aussi des thèmes politiques. Mulisch est un socialiste qui, dans sa jeunesse, a défendu Fidel Castro.

Renommée[modifier | modifier le code]

Harry Mulisch a un large public de lecteurs et, selon ses commentateurs, aime étaler ses connaissances. Il a gagné une réputation internationale après l'adaptation en 1986 de son livre L'Attentat. Le film a été couronné par un Golden Globe Award et un Oscar du meilleur film étranger ; le livre a ensuite été traduit en plus de vingt langues. Son roman La Découverte du ciel (1992) a été adapté en 2001 par le réalisateur Jeroen Krabbé avec l'acteur Stephen Fry dans le rôle principal.

Mulisch a reçu un grand nombre de prix et récompenses pour des livres individuels ainsi que pour l'ensemble de ses œuvres, dont les plus prestigieux : le Prix Constantijn Huygens et le Prix P.C. Hooft, tous deux en 1977, et le Prix des lettres néerlandaises en 1995.

Il a également reçu le Prix Jean-Monnet de littérature européenne du département de Charente[2] en 1999.

En 2007, le roman La Découverte du ciel a été élu Meilleur roman néerlandais de tous les temps.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Pour une bibliographie complète de Harry Mulisch, voir la liste dans Oeuvre van Harry Mulisch (nl).

Traductions françaises[modifier | modifier le code]

  • Noces de pierre (Het stenen bruidsbed, 1959), roman traduit par Maddy Buysse et Philippe Noble. Calmann-Lévy, 1985
  • L’Affaire 40-61 (De zaak 40-61, 1961). Sur le procès Eichmann. Traduit par Mireille Cohendy. Gallimard, 2003
  • L’Avenir d’hier (De Toekomst van gisteren, 1972)
  • Deux femmes (Twee vrouwen, 1975), traduit par Philippe Noble. Actes Sud, 1987.
  • L’Attentat (De aanslag, 1982), traduit par Philippe Noble. Calmann-Lévy, 1984, ISBN 2-7021-1298-6
  • Le Pupille (De pupil, 1987), nouvelles traduites par Isabelle Rosselin-Bobulesco. Actes Sud, 1989.
  • Les Éléments (De elementen, 1988), nouvelles traduites par Isabelle Rosselin-Bobulesco. Actes Sud, 1992.
  • La Découverte du ciel (De ontdekking van de hemel, 1992), roman traduit par Isabelle Rosselin, avec la collaboration de Philippe Noble. Gallimard, 1999.
  • La Procédure (De procedure, 1998), roman traduit par Isabelle Rosselin. Gallimard, 2001.
  • Siegfried. Une idylle noire (Siegfried. Een zwarte idylle, 2000), roman traduit par Anita Concas. Gallimard, 2003.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mort de Mulisch, (nl) site NU.nl, Lu le 31 octobre 2010
  2. Site officiel du Prix Jean Monnet de littérature européenne