Harry Frankfurt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Harry Gordon Frankfurt (né le 25 mai 1929) est l'un des principaux philosophes américains du XXe siècle. Ses travaux portent principalement sur la philosophie morale, la philosophie de l'esprit et la philosophie de l'action, ainsi que sur le rationalisme du XVIIe siècle. Il est connu pour son interprétation du réalisme de Descartes, sa théorie de la liberté de la volonté basée sur le concept de « volition d'ordre supérieur », sa théorie des devoirs liés à l'amour et au souci, et pour avoir développé ce qu'on appelle les « contre-exemples à la Frankfurt », qui sont des situations dans lesquelles une personne n'aurait pas pu agir autrement qu'elle n'a agi, mais où nous sommes pourtant enclins à juger qu'elle est responsable de son action.

Son essai philosophique sur la notion de « bullshit » (« foutaises ») a été re-publiée sous forme d'ouvrage en 2005 et fut un succès inattendu aux États-Unis (l'ouvrage a été traduit en français sous le titre De l'art de dire des conneries, 2006). En 2006 il a publié un ouvrage complémentaire, On Truth, une réflexion sur le désintérêt de nos sociétés pour la vérité.

Harry Frankfurt est professeur émérite de philosophie à l'Université de Princeton. Il a enseigné auparavant à Yale et à l'Université Rockefeller. Il a obtenu son doctorat en 1954 de l'Université Johns-Hopkins.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]