Harry Dexter White

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir White.
Harry Dexter White (à gauche) en compagnie de John Maynard Keynes.

Harry Dexter White, né en octobre 1892, mort le 16 août 1948, était un économiste américain et un employé important du Département du Trésor des États-Unis. Il a participé aux accords de Bretton Woods, et a joué un rôle important dans la création du FMI et de la Banque mondiale.

En août 1948, entendu pour des activités d'espionnage, White a témoigné et a défendu son dossier à la « Commission de la Chambre sur les activités antiaméricaines ». Trois jours après avoir témoigné il mourut d'une crise cardiaque à sa résidence d'été de Fitzwilliam, New Hampshire. Un certain nombre de sources, y compris le FBI et les archives soviétiques, indiquent qu'il a passé des informations secrètes d'État à l'Union soviétique pendant la Seconde Guerre mondiale[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Harry Dexter White est né à Boston (Massachusetts), cadet d'une famille d'immigrants juifs lituaniens ayant sept enfants, dont les parents Joseph et Sarah Weit Magilewski, s'étaient installés en Amérique en 1885. En 1917, il s'enrôle dans l'armée américaine, est nommé lieutenant et sert en France dans une unité non-engagée dans les combats de la Première Guerre mondiale. Il ne commence ses études universitaires pas avant l'âge de 30 ans, d'abord à l'Université de Columbia, puis à Stanford, où il obtient un premier diplôme en économie. Après avoir terminé un doctorat en économie à l'Université Harvard à 38 ans, White enseigne quatre ans à la Lawrence University à Appleton, dans le Wisconsin. Harvard University Press a publié sa thèse de doctorat en 1933, concernant, La comptabilité internationale française, 1880-1913.

En 1934, Jacob Viner, professeur à l'Université de Chicago travaillant à la Direction du Trésor, lui proposa un poste au Trésor.

Après l'attaque de décembre 1941 sur Pearl Harbor, White fut nommé assistant de Henry Morgenthau, le secrétaire du Trésor, pour agir comme agent de liaison entre le Trésor et le Département d'État sur toutes les questions portant sur les relations étrangères. Il fut également responsable de la « gestion et du fonctionnement du Fonds de stabilisation des changes ». White finit par être chargé des questions internationales pour le Trésor, avec un accès à des renseignements confidentiels détaillés sur la situation économique des États-Unis et de ses alliés en temps de guerre.

Selon le fils de Henry Morgenthau, White fut le principal architecte derrière le plan Morgenthau. Le but du plan Morgenthau était de désindustrialiser l'Allemagne, d'éliminer ses forces armées, et de convertir le pays en une économie agricole pré-industrielle n'ayant pas de capacité à se défendre s'il était attaqué.

White fut le principal fonctionnaire américain à la conférence de Bretton Woods en 1944, et aurait dominé la conférence et imposé sa vision en dépit des objections de John Maynard Keynes, le représentant britannique. Après la guerre, il fut étroitement associé à la mise en place de ce que l'on appelle les institutions de Bretton Woods — le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque mondiale. Ces institutions avaient pour but de prévenir certains des problèmes économiques qui s'étaient produits après la Première Guerre mondiale. Il devint plus tard un directeur et représentant des États-Unis au FMI. Jusqu'en novembre 1945, White continua de plaider pour l'amélioration des relations avec l'Union soviétique.

Le 19 juin 1947, White démissionna brusquement du Fonds monétaire international, abandonnant son bureau le même jour.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]