Haroun El Poussah

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Haroun El Poussah
Personnage de fiction apparaissant dans
Les aventures du calife Haroun El Poussah / Iznogoud.

Naissance Au temps des Mille et une nuits
Origine Moyen-Orient
Sexe Masculin
Activité(s) Calife de Bagdad
Entourage son vizir Iznogoud
Ennemi(s) son vizir Iznogoud (même s'il l'ignore)

Créé par René Goscinny
Jean Tabary
Interprété par Jacques Villeret
Voix Luq Hamet
Série(s) Iznogoud
Première apparition 25 janvier 1962 - n°1 de Record

Haroun El Poussah est le calife de Bagdad dans la série Les aventures du calife Haroun El Poussah, ultérieurement rebaptisées Iznogoud. Il est l'un des trois personnages (avec Iznogoud et Dilat Laraht) à être presque toujours présent dans toutes les histoires.

Son nom est fondé sur celui du calife Haroun ar-Rachid et un "poussah", qui désigne un homme gros.

Haroun El Poussah est un homme gros, et ce nettement plus que Dilat, qui passe son temps à manger et dormir. Bon, doux, paresseux et débonnaire, le Calife est adoré de son peuple, et n'a jamais aucun conflit avec ses sujets. Il est en cela le contraire absolu d'Iznogoud. Il est complètement stupide, comme le prouve le fait qu'il est le seul dans tout Bagdad à ne pas savoir qu'Iznogoud est un véritable monstre qui rêve de prendre sa place. Il a au contraire toute confiance en son grand vizir, qu'il appelle "Mon bon Iznogoud", et qu'il adore. Il est cependant doté d'une chance extraordinaire, qui lui permet d'échapper à tous les plans d'Iznogoud pour le détrôner : à chaque fois qu'Iznogoud tente quelque chose contre lui, le plan tourne mal et se retourne contre le grand Vizir, qui tombe dans son propre piège. Malgré cela, la confiance du Calife envers lui est toujours démesurée.

Le Calife joue le rôle de héros à la place d'Iznogoud dans l'épisode Une Carotte pour Iznogoud, où il découvre (enfin) que son grand vizir est mauvais. Atterré par cette découverte, il part à la recherche d'une carotte, qu'il trouve au terme d'une longue aventure, et qu'il offre à manger à Iznogoud dans l'espoir de le rendre aimable (selon la croyance populaire que manger des carottes rend aimable). Mais, à l'insu du Calife, le cuisinier cuisine seulement les feuilles et jette la carotte elle-même, qui n'est donc pas donnée à Iznogoud. Ce dernier reste donc mauvais, et le calife, croyant que ce n'est plus le cas, le croit à nouveau gentil.

D'après l'album Iznogoud enfin Calife, Haroun El Poussah possèderait trois frères, nommés respectivement Deroun, Troiroun et Katroun, et qu'il a tous reniés sous l'influence d'Iznogoud.

Le Califat d'Haroun El Poussah est une démocratie, où le Calife est élu tous les dix ans par le peuple. Toutefois, comme seul le Calife a le droit de voter, le résultat des élections est toujours le même.

Dans le film réalisé par Patrick Braoudé en 2005, Haroun El Poussah est interprété par Jacques Villeret.