Hardcore mélodique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Hardcore mélodique

Origines stylistiques Punk hardcore
Origines culturelles Drapeau des États-Unis États-Unis
Fin des Années 1980
Instruments typiques Chant
Guitare
Basse
Batterie
Popularité Faible à moyenne
Scènes régionales Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau du Canada Canada

Genres dérivés

Post-hardcore

Genres associés

Pop punk
Skate punk
Emo
Trallpunk

Tim McIlrath, l'une des icônes du punkcore mélodique[1].

Le hardcore mélodique (ou punkcore mélodique) est un sous-genre du punk hardcore né dans les années 1990.

Histoire[modifier | modifier le code]

Des groupes comme Adolescents et Bad Religion, quoiqu'ils fussent nés sur la traînée la plus dure, abrasive et agressive du hardcore californien et des groupes comme Black Flag et Circle Jerks, étaient résolument réputés plus mélodique à leur public et aux standards de l'époque : ils furent en effet définis pop punk.

Le genre s'affirma surtout dans les années 1990 avec la « seconde vague » punk, à travers Epitaph, un label indépendant fondé et géré par Brett Gurewitz, le premier guitariste du groupe Bad Religion, et aussi le Fat Wreck Chords de Fat Mike, leader du groupe de punk rock NOFX.

Le genre, peut être considéré en certains cas, comme variante du skate punk, qui dans les années 1980 n'indiquait pas quelque présence mélodique ou pop punk, mais qui dans les années 1990, avec la commercialisation de certains genres de punk, fut rendu plus mélodique. Quelques exemples de skate punk peuvent être Offspring et Pennywise, les premiers à varier le genre en introduisant un son plus melodique à leur musique.

Caractéristiques musicales[modifier | modifier le code]

Le hardcore mélodique est distinct de l'emo et du pop punk, bien que ces genres soient souvent combinés. En effet, certains groupes inconditionnels de chants mélodiques partagent des origines communes de scène avec les genres emo et pop punk. Le hardcore mélodique unit la donc vitesse et la puissance du hardcore classique à une plus grande dose de mélodie, puis par la suite à l'introduction du son pop punk.

Popularité[modifier | modifier le code]

Le hardcore mélodique, comme le pop punk et le skate punk plus récemment, jouit d'une considérable popularité et est également très commercialisé. On le classe fréquemment dans les sous-genres du punk qui sont marqués par un aspect commercial plus fort[réf. nécessaire]. Dans ce genre furent mis de côté une partie des thèmes agressifs et politiques typiques du punk classique, en traitant plus timidement des thèmes touchant à la drogue, le malaise social, l'anarchie, la haine, la lutte pour le pouvoir, l'anticonformisme etc. et en laissant souvent place à des textes plus ironiques, politiquement corrects ou moins explicites. Cependant certains groupes comme Propagandhi sont extrêmement engagés, généralement à l'extrême gauche et prônent le végétalisme ou le végétarisme (Rise Against).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Garry Sharpe-Young, New wave of American heavy metal, New Plymouth, N.Z. : Zonda Books, 2005. (OCLC 71843078)
  • Colin Larkin, The Guinness encyclopedia of popular music, Enfield, Middlesex, England : Guinness Pub. ; New York : Stockton Press, 1995. (OCLC 32949294)
  • Adam Budofsky, Michele Heusel, Michael Ray Dawson et Michael Parillo, The drummer : 100 years of rhythmic power and invention, Cedar Grove, NJ : Modern Drummer Publications ; Milwaukee, WI : Exclusively distributed by Hal Leonard Corp., 2006. (OCLC 65063692)
  • Steven Blush et George Petros, American hardcore : a tribal history, Los Angeles, CA : Feral House : Distributed by Publishers Group West, 2001. (OCLC 48658495)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sharpe-Young, p. 252