Harald Wohlrapp

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Harald Wohlrapp

Harald Wohlrapp (6 juin 1944, Hildesheim) est un philosophe allemand.

Biographie[modifier | modifier le code]

Harald Wohlrapp a fait de 1965 à 1970 des études de linguistique comparée, de psychologie, de sociologie, de sciences politiques et de philosophie à Fribourg en Brisgau, Paris et Erlangen. II a obtenu un doctorat de philosophie en 1970 auprès de Paul Lorenzen et son habilitation à Konstanz. Depuis 1983 Wohlrapp est professeur de philosophie à l’université de Hambourg.

Théorie de l’argumentation[modifier | modifier le code]

L’engagement philosophique Wohlrapp est orienté vers l’analyse conceptuelle et la détermination idéelle du discours argumentatif. La théorie de l’argumentation n’est pas considérée ici comme un domaine particulier de la philosophie, mais comme conditionnant la possibilité de philosopher a l’avenir. Après les avancées de la relativisation au XXè siècle (en particulier de la relativisation de la signification par le concept du jeu du langage de Ludwig Wittgenstein, de la relativisation du savoir par le concept de paradigme de Thomas Kuhn et de la décomposition de la notion de vérité en environ cinq concepts), la philosophie, pour Wohlrapp, n’a plus à sa disposition, pour continuer d’assurer une pensée productive, que des arguments, ce qui renvoie à la question fondamentale de savoir ce que sont des arguments, ce qu’ils peuvent produire, et comment ils peuvent valider une thèse. Les réponses traditionnelles (déduction logique, figure rhétorique) qui, pour une large part, continuent de marquer les approches contemporaines de la théorie de l’argumentation sont insuffisantes pour Harald Wohlrapp: la logique ne permet que de faire la critique d’une nouvelle thèse, mais non de l’étayer et la rhétorique est aveugle vis-à-vis des questions de validité. Wohlrapp, pour sa part, aborde l’argumentation comme une pratique dont l’objectif est de surmonter les déficits d’orientation par une amélioration probative de la théorie. Une thèse qui, vis-à-vis du «forum ouvert des arguments», mérite d’être qualifiée de «non sujette à objection» est utilisable comme «nouvelle orientation», Par cette conception, Wohlrapp ouvre une nouvelle perspective dans l’approche du problème du relativisme. Face à l’alternative entre relativisme et universalisme, il en appelle à la créativité de la raison. Nous avons la possibilité de mettre en avant notre propre point de vue et confrontés à d’autres conceptions, de continuer de le développer de l’intérieur, en direction d’une vision du monde moins limitée. En l’absence désormais de règles qui s’imposent à tous et auxquelles, en présence de controverses et de conflits, on pourrait faire référence ii reste toujours possible d’argumenter, au besoin en établissant soi même des règles.

Se plaçant dans cette perspective d’argumentation philosophique, Wohlrapp apporte sa contribution dans des domaines comme la communication interculturelle, les droits de l’homme, le bien-fondé de guerres relevant de l’ingérence humanitaire et s’intéresse à la relation entre argumentation et foi.

Œuvres principales[modifier | modifier le code]

  • Der Begriff des Arguments. Über die Beziehungen zwischen Wissen, Forschen, Glaube, Subjektivität und Vernunft. Würzburg: Königshausen u. Neumann, 2008 ISBN 978-3-8260-3820-4
  • Philosophie als Wissenschaft der Reflexion: systematische Studien zur Dialektik. - Erlangen, Univ., Diss., 1970
  • Argumentieren und Handeln: Entwurf einer dialektischen Intercognitionstheorie. - Hamburg, Univ., Habil.-Schr., 1978
  • Handlungsforschung. Systematische Überlegungen zu einer dialektischen Handlungstheorie In: Methodenprobleme der Wissenschaften vom gesellschaftlichen Handeln / ed. de Jürgen Mittelstraß. - Frankfurt am Main : Suhrkamp, 1979, S. 122-214
  • Wege der Argumentationsforschung. - Stuttgart-Bad Cannstatt (Ed. Harald Wohlrapp) : Frommann-Holzboog, 1995 ISBN 3772816606
  • Die Suche nach einem transkulturellen Argumentationsbegriff. Resultate und Probleme. In: Horst Steinmann und Andreas Georg Scherer (Ed.): Zwischen Universalismus und Relativismus. Frankfurt am Main: Suhrkamp, 1998 ISBN 3518289802
  • Krieg für Menschenrechte? Deutsche Zeitschrift für Philosophie 48 (2000) 1, S. 107-132
  • Sind Menschenrechte aufrechenbar? In: Georg Meggle (Ed.): Humanitäre Interventionsethik. Was lehrt uns der Kosovo-Krieg? - Paderborn: Mentis, 2004, S. 181-200

Liens externes[modifier | modifier le code]