Hansatsu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Billet du Japon féodal, époque d'Edo, XVIIe siècle.

Les hansatsu (藩札?) sont des certificats émis durant l'époque d'Edo, par les domaines féodaux du Japon, dont l'usage est limité à l'intérieur des domaines. Utilisés à l'origine seulement comme représentations de quantités de riz (subdivisions du koku) possédés par le porteur du certificat et conservés dans les entrepôts des marchands d'Osaka ou d'Edo, ces certificats en viennent rapidement à être utilisés comme monnaie.

Cette monnaie-papier vient en complément de la monnaie émise par le shogunat Tokugawa. La plupart des certificats arborent une valeur nominale en argent exprimée en mon[1], mais des billets de valeur en or et cuivre circulent également. En outre, certains certificats sont marqués pour être échangés en nature pour des produits tels que le riz. En plus de celles émises par les domaines, des formes de monnaie de papier sont également émises par les courtiers en riz d'Osaka et d'Edo.

Histoire[modifier | modifier le code]

Yamada Hagaki, premier billet du Japon, circa 1600.

Les premiers billets de banque du Japon, appelés Hagaki Yamada (山田 羽 书), sont émis autour de 1600 par des prêtres shinto travaillant aussi comme des commerçants à Ise Yamada (moderne préfecture de Mie ) en échange d'argent[2], ce qui est antérieur aux premiers billets d'orfèvre émis en Angleterre vers 1640[2][pas clair].

Une première émission de certificats de domaine a lieu dans le domaine de Fukui en 1661. Dès 1610, des billets privés sont imprimés à des fins telles que le paiement des travailleurs sur les chantiers de construction. Les domaines émettent des hansatsu pour compléter les pièces en périodes de pénurie et en ajuster la quantité en circulation. Ils échangent également des certificats pour des pièces de monnaie afin d'améliorer leur situation financière. À la fin de la période, huit domaines sur dix émettent du papier, comme le font aussi quelques daikan-sho et hatamoto

Accepter des certificats emporte toujours le risque de confiscation. Durant l'époque d'Edo, le shogunat saisit certains domaines, et en transfère d'autres. Dans ces occasions, le nouveau daimyo peut ne pas honorer les anciens hansatsu. Suite à la condamnation et la mort du daimyo Asano Naganori, par exemple, Ōishi Yoshio, un chef de maison dans le domaine d'Akō (et plus tard chef des 47 Ronin), ordonne le rachat de certificats à moins 60 % de leur valeur nominale. En outre, en période de difficultés financières, le domaine peut simplement se déclarer à cours de hansatsu. Au début de la période, les domaines impriment leurs propres hansatsu, mais plus tard, ils délèguent cette activité à des marchands de premier plan, dont la crédibilité est importante pour l'acceptation de la monnaie.

Le shogunat interdit l'utilisation des hansatsu en 1707. En 1730, cependant, Tokugawa Yoshimune autorise les domaines à émettre du papier avec des délais de remboursement. Les grands domaines (200 000 koku et au-dessus) peuvent émettre de la monnaie valable 25 ans, et les petits domaines pendant 15 ans. Son fils Ieshige interdit toute nouvelle émission de certificats, et restreint la circulation des hansatsu autres que ceux échangeables pour de l'argent, en 1759. Malgré les interdictions, les domaines en proie à de graves difficultés financières émettent parfois du papier-monnaie.

Chaque domaine formule ses propres règles quant à ses hansatsu. Tandis que certains interdisent la monnaie du shogunat, de nombreux autres permettent aux pièces de monnaie et aux certificats de circuler. En règle générale, les hansatsu ne circulent que dans le domaine qui les émet, mais il y a des exceptions. Par exemple, le papier monnaie émis par le domaine de Kishū en 1866 est aussi utilisé dans les provinces de Yamato, Izumi, Kawachi, Settsu et Harima.

En 1871, le gouvernement de Meiji ordonne l'abolition du système han et l'échange de tous les hansatsu contre la monnaie nationale. Les échanges se poursuivent jusqu'en 1879. Dans l'intervalle, certains certificats portent des marques effectuées par le gouvernement central indiquant leur valeur en yens et en petits sen et rin.

Source[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'unité de mesure momme équivaut à 3,75 g d'argent.
  2. a et b Musée japonais de la monnaie exposition permanente.