Hans von Marées

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Hans von Marées

Description de cette image, également commentée ci-après

Autoportrait avec chapeau jaune (1874), Alte Nationalgalerie

Naissance
Elberfeld, réunie aujourd'hui à Wuppertal (Rhénanie prussienne)
Décès
Elberfeld (Empire allemand)
Nationalité Drapeau : Empire allemand allemande
Activités peintre
Mouvement artistique Deutsch-Römer, idéalisme allemand

Hans von Marées est un peintre allemand né le 25 décembre 1837 à Elberfeld et mort en juin 1887 à Rome. Avec Anselm Feuerbach, le sculpteur Adolf von Hildebrand et Arnold Böcklin, von Marées fait partie des artistes qu'on a appelés les : Deutsch-Römer (les Romains allemands), autre groupe important d'artistes allemands travaillant en Italie à partir des années 1860, après celui des Nazaréens. Ensuite il est devenu l'un des chefs de file du courant en peinture de l'idéalisme allemand.

Biographie[modifier | modifier le code]

Hans von Marées (1873): Hans von Marées et Adolf Hildebrand (détail), Neue Pinakothek.

Hans von Marées est le fils d'un président de la chambre de Prusse, descendant d'une famille de la noblesse franco-flamande. Son don pour le dessin est décelé tôt. Il poursuit ses études à l'Académie des beaux-arts de Berlin, où il est élève de Carl Steffeck. Il se rend après son service militaire à Munich en 1857 Il peint d'après nature avec ses amis Franz von Lenbach, Adolf Lier et Anton Teichlein qui, comme lui, s'opposent à l'académisme et s'inspirent des maîtres anciens flamands et de leurs tonalités sombres. Pendant cette première période, Hans von Marées peint des scènes militaires et surtout des paysages, dont un Diane au bain (1863), sujet obligatoire. Il fait le portrait de ses amis et plusieurs autoportraits. En 1864, le comte von Schack l'envoie à Rome, où il est chargé de réaliser des copies de maîtres anciens pour sa galerie personnelle de Munich[1], mais il rompt avec le comte en 1868. C'est alors qu'il commence à s'intéresser à la philosophie de Konrad Fiedler qui devient rapidement son mécène. En 1869, ils voyagent ensemble en France, en Espagne, en Belgique et aux Pays-Bas. Il revient influencé par la palette de couleurs de Delacroix et produit des toiles plus fortes avec des thématiques formelles idéalisantes, ce qui l'amène à fréquenter les cercles néo-idéalistes allemands des Deutsch-Römer, dont Anselm Feuerbach et le sculpteur Hildebrand. Hildebrand et Marées sont liés par une solide amitié et travaillent ensemble en 1871 et 1872 à Berlin, puis Marées s'installe seul à Dresde. Il franchit une étape importante de sa carrière en réalisant d'immenses fresques pour la bibliothèque de la station zoologique de Naples qui sont financées par Fiedler. Ce travail lui prend quatre mois. Les sculptures de la bibliothèque sont quant à elles réalisées par Hildebrand qui vient rejoindre Marées. Cette œuvre monumentale est un témoignage important de la peinture allemande de la fin du XIXe siècle. Marées y montre la vie idéalisée des pêcheurs du golfe de Naples dans le goût antique.

Autoportrait de Böcklin en 1873

Marées se rapproche ensuite de Böcklin, dont il fait la connaissance à Florence en 1874, mais s'éloigne d'Hildebrand en 1876. Ce dernier s'est installé à Florence en 1873, à la villa Hildebrand.

Influencé également par Rubens et l'Art italien, il s'intéresse à la Renaissance vénitienne et s'installe définitivement à Rome en 1876. Il s'intéresse à la sculpture antique et développe une œuvre qui idéalise l'existence de l'homme dans la nature. La mythologie sert de prétexte, à l'instar souvent de Puvis de Chavannes, à des compositions dans des paysages méridionaux, avec des contrastes de tonalités, comme dans Les Hespérides (1879-1880 et 1884-1887), Les Trois chevaliers saints (1885-1887), etc.

Il connut très bien l'Art français, Courbet, Manet, Puvis de Chavannes. Ses compositions remontent à une étude approfondie de l'Antiquité et de la Renaissance, elles n'insèrent pas les nus dans une action, mais doivent être comprises comme une étude, une variation sur le mouvement, la pose et le geste. Il admire Léonard de Vinci, Michel-Ange, mais aussi Poussin et Bagnacavallo. Il s'inspire des fresques de Luca Signorelli à Orvieto pour Trois hommes dans un paysage peint à Florence. La constante majeure de son œuvre est de trouver la relation idéale entre le corps humain et l'espace naturel.

Une salle entière lui est consacrée à la Neue Pinakothek (Nouvelle Pinacothèque) de Munich, provenant de la collection Fiedler en 1891.

Il est enterré au cimetière protestant de Rome, près de la pyramide de Cestius. Quasiment inconnu à sa mort, Marées influencera des générations d'artistes allemands dans toute la première moitié du XXe siècle.

Quelques-unes de ses œuvres[modifier | modifier le code]

Les Hespérides, 1884, Munich, Neue Pinakothek

Illustrations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Tombe d'Hans von Marées
  1. Aujourd'hui la Schackgalerie
  2. On voit réunis, sous la tonnelle de Donn'Anna au Pausilippe, le zoologue allemand de la Baltique Nikolaus Kleinegerg, l'écrivain écossais Charles Grant, le biologiste Anton Dohrn, directeur de la station de zoologie marine aujourd'hui aquarium, le sculpteur Adolf von Hildebrand et le peintre Von Marées.
  3. Une première variante est esquissée en 1881. Elle se trouve à la Nationalgalerie de Berlin

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Correspondance de Hans von Marées: Briefe, publiée avec une préface d'Anne-Sophie Domm, Munich, Piper Verlag, 1987, 410 pages
  • (de) Werner Broer u.a., « XIX. Jahrhundert : Vom Klassizismus zu den Wegbereitern der Moderne », in Epochen der Kunst, vol. 4, München-Wien, 1997.
  • (de) Herbert von Einem, Hans von Marées, München, Bayerische Akademie der Wissenschaften, 1967, Original-Broschur, 27 Seiten mit 1. Abb., 23 x 14,5 cm
  • (de) Konrad Fiedler, Hans von Marées, Munich, 1889 ;réédition Francfort, Heiderhoff-Presse, 1969
  • (de) Erich Franz, Hans von Marées und die Moderne in Deutschland, Kunsthalle Bielefeld, 1987, 246 pages
  • (de) Erich Kuttner, Hans von Marées. Die Tragödie des deutschen Idealismus, Zürich, 1937 ; 2e éd. revue et corrigée, Dresde, 1958
  • (de) Julius Meier-Graefe, Hans von Marées, Francfort, Insel Verlag, 1980
  • (de) Catalogue de l'exposition « Hans von Marées. Sehnsucht nach Gemeinschaft », Staatliche Museen zu Berlin, Alte Nationalgalerie, éd. Angelika Wesenberg, Dresde, 2008

Source[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :