Hans Guido von Bülow

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Hans von Bülow)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir von Bülow.

Hans von Bülow

Description de l'image  Hans von buelow.jpg.
Naissance 8 janvier 1830
Dresde, Flagge Königreich Sachsen (1815-1918).svg Royaume de Saxe
Décès 12 février 1894 (à 64 ans)
Le Caire, Flag of Egypt (1882-1922).svg Égypte
Activité principale chef d'orchestre, pianiste
Activités annexes compositeur
Collaborations Richard Wagner,
Opéra d'État de Bavière,
Orchestre philharmonique de Berlin
Maîtres Friedrich Wieck, Franz Liszt
Conjoint Cosima Liszt

Le baron Hans Guido von Bülow (né le 8 janvier 1830 à Dresde et mort le 12 février 1894 au Caire) est un pianiste, chef d'orchestre et compositeur allemand.

Biographie[modifier | modifier le code]

Élève de Friedrich Wieck — le père de Clara Schumann —, puis de Franz Liszt, Hans von Bülow épouse en 1857 la fille de ce dernier, Cosima, dont il aura deux enfants. C'est lui qui crée publiquement, le 22 janvier 1857, la Sonate pour piano en si mineur de Liszt à l'occasion du baptême d'un grand piano à queue Bechstein à Berlin.

Sa rencontre avec Wagner dont il devient le disciple fidèle lui vaut d'être nommé chef de l'orchestre du théâtre de Zurich. Nommé ensuite au Bayerische Staatsoper, à Munich, il y crée Tristan et Isolde en 1865 et Les Maîtres Chanteurs de Nuremberg en 1868.

Quand Cosima le quitte pour Wagner, avec qui elle entretient une relation depuis 1864, il ressent durement la trahison de sa femme et de son meilleur ami. Il part pour une tournée mondiale où il alterne concerts de piano et direction d'orchestres. Il ne rompt cependant pas avec l'œuvre de l'« Enchanteur de Bayreuth », qu'il peut diriger sans partition grâce à sa prodigieuse mémoire.

De retour en Allemagne en 1877, il y monte un orchestre modèle qui marquera la tradition allemande dans le sens d'une rigueur accrue. Il se tourne désormais vers la musique de Johannes Brahms et de Joseph Joachim Raff. Menant simultanément son enseignement dans différents conservatoires, il compte pour élève Charles Heinrich Barth qui sera à son tour le maître de Wilhelm Kempff et d'Arthur Rubinstein. Il devient aussi, de 1887 à 1893, le premier chef d'orchestre de l'Orchestre philharmonique de Berlin.

Sa prodigieuse carrière prend fin lors d'une tournée au Caire en 1894. Ses funérailles à Hambourg inspireront à Gustav Mahler sa deuxième symphonie.

Compositions[modifier | modifier le code]

  • 6 Lieder, Op. 1
  • Rigoletto-Arabesken, Op. 2
  • Mazurka-Impromptu. Op. 4
  • 5 Lieder, Op. 5
  • Invitation à la Polka, Op. 6
  • Rêverie fantastique, Op. 7
  • Cycle de chansons Die Entsagende, Op. 8
  • Ouverture et marche d'après la pièce Jules César de Shakespeare, Op. 10
  • Ballade, Op. 11
  • Chant polonais (d'après F. H. Truhn), Op. 12
  • Mazurka-Fantasie, Op. 13
  • Elfenjagd. Impromptu, Op. 14
  • Des Sängers Fluch, ballade pour orchestre, Op. 16
  • Rimembranze dell'opera Un ballo in maschera, Op. 17
  • Trois Valses caractéristiques, Op. 18
  • Tarantella, Op. 19
  • Nirvana: symphonisches Stimmungsbild, Op. 20
  • Il Carnevale di Milano, piano, Op. 21
  • Vier Charakterstücke, orchestre, Op. 23
  • Two Romances, Op. 26
  • Lacerta. Impromptu, Op. 27
  • Königsmarsch, Op 28
  • 5 Gesänge pour chœur mixte, Op. 29
  • 3 Lieder von August Freiherrn von Loen, Op. 30

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]