Hans Vredeman de Vries

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir de Vries.
Portrait de Hans Vredeman de Vries, pionnier de la perspective linéaire dans les Pays-Bas.

Hans Vredeman de Vries ou Jan de Vriese, ou Friedman de Frise, (Leeuwarden de Frise, 1527 - Anvers selon l'hypothèse la plus couramment admise, au plus tôt en 1606) est un peintre et un architecte dont la place essentielle dans la Renaissance flamande tient à l'usage systématique qu'il fit de la perspective linéaire, selon les techniques géométriques italiennes, et dont il contribua à propager l'emploi.

Biographie[modifier | modifier le code]

On sait par un acte notarié daté du 29 octobre 1560 qu'à cette date Hans Vredeman de Vries est âgé de 34 ans. Il était le fils d'un certain Dirks («Diericx») de Vries, artilleur au service du stathouder de Frise et grand échanson impérial, le baron Jörg de Tautenburg. Son frère, Sebastian Vredeman de Vries était organiste et compositeur à Malines.

Vredeman fut apprenti chez le peintre-vitrailliste Reiner Gerrits à Amsterdam, puis étudia à Kampen (1546-47) auprès d'Ernst Mæler. À Anvers, il participa à partir de 1548, sous la direction de l'architecte Pieter Coecke van Ælst (1502-1550), à la réalisation de l'arc de triomphe destiné à accueillir l'entrée princière de Charles Quint et Philippe II. C'est sans aucun doute au contact de Coecke van Ælst, le futur traducteur du De architectura en flamand, qu'Hans Vredeman de Vries découvrit Vitruve. Il étudia les traités d'architecture de Sebastiano Serlio, par lesquels il apprit la perspective centrale, et cette technique le fascina au point qu'il en devint le spécialiste aux Pays-Bas. C'est à Malines, où il est actif à partir de 1552-1553 et où il s'engage dans la chambre de rhétorique De Peoene, qu'il se fait connaître comme un maître de la perspective : il obtient plusieurs commandes pour des scénographies (décors de théâtres). En 1561, il épouse Johanna, la sœur du peintre Gilles van Muysene, avec lequel il avait travaillé au décor d'une procession annuelle.

Laboratoire de l'alchimiste, circa 1595

À la mort de sa femme, en 1565, il s'établit à Anvers comme architecte municipal (nous dirions aujourd'hui urbaniste). Après la chute d'Anvers sous les coups des troupes espagnoles (1575), il participa à la réparation des fortifications. Il reste à Anvers lorsque la ville tombe aux mains du duc de Parme, Alexandre Farnese. Il part avec sa deuxième femme Sara van der Elsmer et son fils Paul au printemps 1586 pour Francfort-sur-le-Main, où le duc Jules de Brunswick-Lunebourg l'engage à Wolfenbüttel comme ingénieur, avec la charge de percer un canal de l'Elbe à la Weser. Malheureusement après les premières esquisses, et quelques démarches pour trouver un financement, le duc meurt en 1589 et son successeur abandonne le projet de canalisation.

Au gré des commandes, Vredeman de Vries voyagea ensuite à Hambourg, Dantzig et Prague (il conçut la galerie de tableaux de cette ville). De retour à Hambourg en 1598, il est rappelé à Amsterdam en 1600, où on lui octroie le droit de bourgeoisie. En 1604, il se voit offrir la chaire d'architecture de l'université de Leyde.

La date du décès de Vredeman de Vries est encore débattue. Ce qui est certain, c'est qu'une lettre d'août 1609 de son fils établi à Hambourg, Paul Vredeman de Vries, évoque l'héritage de Hans.

Hans Vredeman de Vries a notamment influencé le peintre Izaak van den Blocke.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Dessin pour un jardin par Hans Vredeman de Vries Hortorum (1583)
  • Dorica et Ionica et Corinthia et Composita (1565)
  • Toscana (1578)
  • La joyeuse et magnifique entrée de Monseigneur Françoys fils de France... en sa très-renommée ville d’Anvers (1582), Anvers, impr. Christophe Plantin "[1]".
  • Hortorum viridariorumque... formæ (1583); édition de 1636, "[2]"
  • Perspectiva (1604)
  • Architectura, ou Bafstiment, prins de Vitruve, & des anchiens escrivains, traictant sur les cincq ordres des columnes, Anvers, Gerard Smits pour Gerard de Jode, 1577 "[3]"
  • L’Architecture contenant la toscane, dorique, ionique, corinthiaque et composée, faict par Henri Hondius. Avec quelques belles ordonnances d’architecture mises en perspective par Jean Vredman frison,Amsterdam : chez Jan Jansson, 1628 "[4]"
  • Architectura oder Bauung der Antiquen aufs dem Vitruvius, wellches sein funff Collummen orden, daer auss mann alle Landts gebreuch vonn Bauuen zu accomodiere dienstlich fur alle Baumaystren ... (1577, réimpr. 1581, 1597 puis 1606) - Antorff, impr. de Jode.
  • La très noble perspective, à scavoir la théorie, practique et instruction fondamentale d'icelle ; inventée par Hans Vredeman de Vries, frison, et de nouveau augmentée et corrigée par Samuel Marolois. (1619), publiée chez Jean d'Aernhem.

Références[modifier | modifier le code]

Traités en ligne sur le site "Architectura" du Centre d'études supérieures de la Renaissance à Tours: http://architectura.cesr.univ-tours.fr/Traite/Auteur/Vredeman_de_Vries_H.asp?param=

  • Heiner Borggrefe, « Hans Vredeman de Vries (1526-1609) » (2002) in Vredeman de Vries und die Renaissance im Norden, Hirmer Verlag, Munich, ISBN 3-7774-9470-4
  • Petra S. - « Die Architectura von Hans Vredeman de Vries » (2002), éd. Zimmermann: Kunstwissenschaftliche Bibliothek (vol.99), Deutscher Kunstverlag, Munich, ISBN 3-422-06370-6

Liens externes[modifier | modifier le code]