Hans Prinzhorn

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hans Prinzhorn (1904)
Sa maison de naissance à Hemer

Hans Prinzhorn, né à Hemer (Allemagne) le 6 juin 1886, décédé le 14 juin 1933 à Munich est un psychiatre et historien d'art allemand. Il est surtout connu pour avoir étudié et constitué une importante collection d’art psychopathologique.

Ses travaux, cristallisés dans son livre Expressions de la Folie (Bildnerei der Geisteskranken -1922), bouleversèrent le regard des artistes et de la société sur l’ « art des fous » au XXe siècle. Ils furent une profonde source d’enthousiasme pour Paul Klee et influencèrent Max Ernst (et par son biais les Surréalistes). Ils inspirèrent également Jean Dubuffet pour commencer sa collection d'art brut en 1945.

La Collection étudiée par Prinzhorn est aussi connue pour avoir été incluse dans l’emblématique exposition d’ art dégénéré (organisée par le régime nazi) en 1937, à Munich et dans vingt-trois autres villes. Les œuvres de « fous » sont alors exposées aux côtés d’œuvres d’avant-garde (expressionnisme, surréalisme, cubisme, etc.) dans le seul but de ridiculiser ces dernières.

Biographie[modifier | modifier le code]

Hans Prinzhorn est né à Hemer en Westphalie le 6 juin 1886. Il a étudié l’histoire de l’art et la philosophie à l’Université de Vienne.

En 1919, il devient l’assistant de Karl Willmanns à l’hôpital psychiatrique de l’Université de Heidelberg. On le charge d’étudier la collection de dessins et de peintures de l’institution, et il décide pour cela d’élargir le corpus des œuvres. Il y met une telle ardeur (envois de lettres-circulaires à de nombreux collègues, quête d’asile en asile…) que deux ans plus tard, la collection d’Heidelberg réunit plus de 5000 travaux exécutés par près de 450 « cas » !

Ses recherches aboutiront en 1922 à la publication de son livre Bildnerei der Geisteskranken (Expressions de la Folie) [1]. C’est l’une des premières et des plus audacieuses tentatives d’exploration des limites entre l’art et la psychiatrie, entre la maladie et l’expression créatrice. Abondamment illustré d’exemples d’œuvres tirées de la collection, le livre est un succès, particulièrement auprès de la scène artistique qui, de Paul Klee aux Surréalistes, s’enthousiasme. En 1945, le peintre Jean Dubuffet reprendra à son compte cette idée d’explorer l’univers de l’hôpital psychiatrique afin d’en constituer une collection d’œuvres d’art, ce qui l’amènera à développer le concept d’Art brut (sa propre collection comprendra d’ailleurs plusieurs « artistes-patients » présents à Heidelberg).

Après avoir démissionné d'Heidelberg dès 1921, Prinzhorn tente une carrière de psychothérapeute : après de courts séjours à Zurich, Dresde et Wiesbaden, il finit par ouvrir un cabinet à Francfort en 1925. Mais les clients sont rares, et il vit surtout de conférences et de ses publications (des dizaines d’articles dans la presse et dans des revues spécialisées, ainsi qu’une demi-douzaine d’ouvrages). En 1929, il divorce d’un troisième mariage et connaît des périodes dépressives. Il se retire alors dans une chambre d’étudiant à Munich. Au moment où ses jours paraissent plus cléments, il est emporté par une embolie pulmonaire le 14 juin 1933.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

La Collection Prinzhorn[modifier | modifier le code]

Entrée principale de la Collection Prinzhorn, Heidelberg

Depuis 2001, les œuvres de la collection sont présentées au public en permanence dans une salle de l’Hôpital psychiatrique de l’Université de Heidelberg, avec l’organisation d’expositions temporaires.

Créateurs notoires de la Collection (étudiés par Prinzhorn dans son livre)[modifier | modifier le code]

  • Karl Brendel
  • August Klotz
  • Johann Knüpfer
  • August Neter
  • Franz Pohl
  • Adolf Wölfli

Le livre de Prinzhorn[modifier | modifier le code]

  • (de) Bildnerei der Geisteskranken, Berlin, Springer Verlag,‎ 1922
  • (en) Artistry of the Mentally Ill, Vienna & New York, Springer Verlag,‎ 1972
    Réédition 1995.
  • Expressions de la folie, Paris, Gallimard,‎ 1984
    Réédition 1996.

Exposition[modifier | modifier le code]

  • La beauté insensée, Collection Prinzhorn, Palais des Beaux-Arts, Charleroi, Belgique, 1995

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]