Hans Heinrich von Thyssen Bornemisza

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Thyssen.
Statue de Hans Heinrich von Thyssen Bornemisza

Hans Heinrich von Thyssen-Bornemisza, né le 13 avril 1921 à Scheveningen (Pays-Bas), mort le 26 avril 2002 à Sant Feliu de Guíxols (Catalogne), est l’héritier de l’empire industriel de la famille Thyssen et un grand collectionneur d’œuvres d'art.

Biographie[modifier | modifier le code]

Hans Heinrich est le fils d’Heinrich Thyssen, qui avait épousé une Hongroise, la baronne Margit Bornemisza de Kászon et Imperfalva, qui était devenu ressortissant d’Autriche-Hongrie. Il fut l’un des héritiers des financiers d’Adolf Hitler, qui participèrent activement à la montée du régime nazi puis à son armement.

Maîtrisant cinq langues, il fut grand amateur de jolies femmes (il se maria cinq fois), de chevaux, d'art, fut passionné par la poésie de Baudelaire et de Rilke, par la philosophie et l'astronomie. À la mort de son père il hérita d'un empire industriel qui comprend la construction navale, la production d'huile, et une importante collection d'art de centaines de tableaux européens du XIVe au XIXe siècle.

C'est son grand-père, August-Heinrich qui créa la collection Thyssen avec des maîtres germaniques des XIVe au XVIe siècle, son fils continua la collection avec des œuvres des écoles flamande, hollandaise, italienne ou espagnole, et son petit-fils l'enrichit de tableaux modernes, dont des peintres russes; il réussit à faire sortir d'U.R.S.S. des toiles impressionnistes achetées avant 1917 et appartenant depuis aux musées soviétiques, qui n'avaient jamais exposées en Occident, et ornèrent en 1983 les murs de la Villa Favorita. Cette demeure du XVIIIe siècle surplombant le lac de Lugano fut acquise en 1932 au prince Léopold de Prusse; le décor du bureau des trois générations de Thyssen et du grand salon furent conservés, cette dernière pièce pour exposer parfois des œuvres nouvelles.

Hans Heinrich von Thyssen, citoyen suisse depuis 1950 mais résidant en Grande-Bretagne, y séjournait quelques semaines chaque année; abritant pas moins de 2 500 tableaux, elle fut considérée comme la plus importante collection privée au monde après celle de la couronne royale anglaise, et appelée « le Louvre suisse », elle est devenue une fondation. Son buste en bronze par Nison Freegor (1954) y est conservé.

« Ce qui est important c'est ce qu'on aime, ce qu'on ressent. Au début je me décidais intuitivement pour un dessin très fort ou des couleurs surprenantes (...). C'est plus tard que j'ai abordé l'histoire de l'art pour comprendre mes propres choix spontanés » déclara Heinrich von Thyssen-Bornemisza (Vogue Décoration, 1986).

Quinze ans après la mort de son père, il acheta sa première pièce, une aquarelle d'Emil Nolde exécutée entre 1931 et 1935, faisant entrer le XXe siècle dans la collection, avec des œuvres d'Edgar Degas, Piet Mondrian, Pablo Picasso et Fernand Léger, des peintres « modernes, mais pas contemporains (...). Il n'a d'ailleurs pas cherché à découvrir ou à promouvoir le génie débutant (...) en homme avisé il refuse de faire rimer collectionneur avec spéculateur »[1]. Ses préférences allèrent vers l'expressionnisme allemand et il devint un véritable expert en peinture.

En 1993, le baron cède une partie de ses collections de sa résidence de Lugano à l’État espagnol. Le musée Thyssen-Bornemisza est désormais l’une des principales attractions touristiques de la ville de Madrid.[réf. nécessaire]

Mariages[modifier | modifier le code]

Descendance[modifier | modifier le code]

Hans Heinrich est le père de Francesca Thyssen-Bornemisza, née en 1958, qui épousa l'archiduc Charles de Habsbourg-Lorraine en 1993.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dormann, op.cit. p 101
  2. (en) Design Museum et Paula Reed, Fifty fashon looks that changed the 1950s, Londres, Conran Octopus,‎ 2012, 112 p. (ISBN 978 1 84091 603 4, résumé), « Fiona Campbell-Walter 1953 », p. 38

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Baron Hans Heinrich Thyssen-Bornemisza, Heinrich Thyssen-Bornemisza (Baron.), Rudolf J. Heineman, Thyssen-Bornemisza Collection: Illustrations of the paintings (Villa Favorita, 1969)
  • A. S. Berkes, Gertrude Borghero et François Daulte, La Collection Thyssen-Bornemisza : tableaux modernes, catalogue de l'exposition au Musée d'art moderne de la ville de Paris, 21 février au 20 mai 1978, Musée d'art moderne de la ville de Paris, 1978.
  • Maîtres modernes de la Collection Thyssen-Bornemisza (exposition MAM, Musée d'art moderne de la ville de Paris, 23 octobre 1985-5 janvier 1986, La Collection et Electa international, 1985)
  • Dr. Hannelore Müller, Sammlung Thyssen-Bornemisza, European silver: the Thyssen Bornemisza Collection, (Vendome Press, 1986);
  • Landscapes from Brueghel to Kandinsky: the exhibition in honour of the collector Baron Hans Heinrich Thyssen-Bornemisza, Kunst- und Ausstellungshalle der Bundesrepublik Deutschland (Hatje Cantz Publishers, 2001).
  • Jean-Paul Dormann, La Favorite de Thyssen (Vogue Décoration, photos de Christian de Rudder, n°6, 1986 pp. 94 à 103 - arch. pers.).

Lien externe[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]