Hans Fallada

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Rudolf Ditzen

Description de cette image, également commentée ci-après

Mémorial de Pankow à Berlin : « Dans cette école qui servit de clinique pendant et après la Deuxième Guerre mondiale mourut le 5 février 1947 l'écrivain allemand Hans Fallada (1893-1947) ».

Autres noms Hans Fallada
Activités agronome, journaliste
Naissance 21 juillet 1893
Greifswald
Décès 5 février 1947 (à 53 ans)
Pankow (Berlin)
Langue d'écriture allemand
Mouvement Nouvelle Objectivité
Genres Roman (littérature), roman autobiographique

Œuvres principales

Hans Fallada [ˈhans ˈfalɑdɑ] est le nom de plume de l'écrivain allemand Rudolf Ditzen, né le 21 juillet 1893 à Greifswald (Poméranie), mort le 5 février 1947 à Berlin.

Le pseudonyme Hans Fallada fait référence à deux personnages des contes des frères Grimm : le héros de Hans im Glück et le cheval nommé Falada de Die Gänsemagd.

Ses romans décrivent la vie de petites gens.

Biographie[modifier | modifier le code]

Rudolf Ditzen naît dans une famille aisée ; son père Wilhelm[1] est magistrat. Il souhaite voir son fils embrasser une carrière de juriste ; leurs relations sont conflictuelles durant toute la jeunesse de Rudolf. La famille Ditzen quitte Greifswald pour Berlin en 1899, puis Leipzig en 1909.

En 1911, Rudolf Ditzen est élève du lycée Fürstliches Gymnasium à Rudolstadt en Thuringe. Cette année-là est marquée par un drame : une tentative de suicide (précisément un pacte de suicide sous couvert d'un duel) avec son ami Hans Dietrich von Necker, qui est tué, tandis que Rudolf survit à de graves blessures ; il est inculpé de meurtre, avant d'être admis dans une clinique psychiatrique à Iéna pour une courte durée, puis à Tannenfeld en 1912.

Il abandonne ses études secondaires sans diplôme et fait un apprentissage agricole. De 1913 à 1928, il occupe des emplois divers dans ce secteur, sans être requis plus de quelques jours pendant la Première Guerre mondiale. Mais il a de nombreux problèmes : de 1917 à 1919, il suit plusieurs cures de désintoxication (alcool et morphine) ; par la suite, il est à plusieurs reprises mis en prison : 3 mois en 1924 et 2 ans et demi en 1926.

En 1929, il épouse Anna Margarete Issel, dont il aura trois enfants (Ulrich, né en 1930 ; Lore, en 1933 ; Achim, en 1940). À partir de cette époque, il travaille dans les secteurs de l'édition (chez Rowohlt) et du journalisme, jusqu'à ce qu'il puisse vivre de ses droits d'auteur.

Ses premiers romans, Der junge Goedeschal, écrit en 1920, et Anton und Gerda, sont publiés en 1923. Il connaît son premier succès en 1931 avec Paysans, gros bonnets et bombes (Bauern, Bonzen und Bomben), qui évoque les révoltes paysannes de Neumunster lors de la crise de 1928-1929.

La maison de Fallada à Carwitz, aujourd'hui Musée Fallada.

Le roman suivant, Et puis après ? en 1932, dont la renommée dépasse cette fois les frontières allemandes, est une critique de la société allemande de l’entre-deux-guerres. Fallada y dépeint les déboires d’un jeune comptable, Johannes Pinneberg, représentant de la petite bourgeoisie travailleuse et honnête, qui, frappé de plein fouet par la grave crise économique qui touche l’Allemagne dans les années 1920, se voit aspiré dans l’engrenage du chômage et de la misère. En réponse au Et puis après ? du titre, le repli dans le cocon familial semble la seule issue.

En 1933, lorsque Hitler s'empare du pouvoir, Fallada subit une courte arrestation par la S.A. (11 jours), après avoir été dénoncé pour des propos tenus à Ernst von Salomon. Il se retire ensuite à Carwitz (un quartier de Feldberg) dans le Mecklembourg. Commence alors une période prolifique, avec la rédaction de Wer einmal aus dem Blechnapf frißt et de Wir hatten mal ein Kind en 1934, de Das Märchen vom Stadtschreiber, der aufs Land flog en 1935, de Loup parmi les loups (Wolf unter Wölfen) en 1937, de Gustave-de-Fer (Der eiserne Gustav) en 1938, de Der ungeliebte Mann en 1940, de Ein Mann will hinauf en 1943. Se consacrant à une littérature plus distrayante que critique, il bénéficie d'une tolérance du régime nazi, avec des conditions matérielles assez précaires.

En juillet 1944, il divorce d'Anna Issel, mais un nouvel épisode violent en août contre son ex-épouse entraîne son incarcération. C'est alors qu'il entreprend la rédaction du roman Der Trinker, publié seulement en 1950, qui évoque le parcours de l’auteur lui-même, alcoolique et morphinomane depuis sa jeunesse. Il fait ensuite la connaissance d'Ursula Losch, qu'il épouse début 1945. Un membre important du SED, Johannes R. Becher, l’incite à venir à Berlin-Est ; Fallada travaille au journal Tägliche Rundschau, tout en continuant son travail de romancier : en 1946, il écrit Der Alpdruck et Seul dans Berlin (Jeder stirbt für sich allein), roman qui est, selon Primo Levi, « l'un des plus beaux livres sur la résistance allemande antinazie ».

Hospitalisé en relation avec ses problèmes d'addiction à Berlin-Niederschonhausen, Hans Fallada meurt d'un arrêt cardiaque le 5 février 1947.

En 2011, une nombreuse correspondance inédite est découverte en Israël[2]. En 2014, le metteur en scène Luk Perceval adaptera Seul dans Berlin sur la scène du Théâtre Nanterre-Amandiers[3].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Der junge Goedeschal, Rowohlt Verlag, 1920
  • Anton und Gerda, 1923
  • Bauern, Bonzen und Bomben, 1931 (édition française : Levée de fourches, Paris, Sorlot, 1942)
  • Kleiner Mann, was nun ?, 1932 (édition française : Et puis après ?, Paris, Gallimard, 1932) (Réédition chez Denoël (mai 2007) sous le titre Quoi de neuf, petit homme?) avec une traduction nouvelle de Laurence Courtois.
  • Ein Mann will nach oben, 1932
  • Wir hatten mal ein Kind, 1934 (édition française : Nous avions un enfant, 1941).
  • Wer einmal aus dem Blechnapf frißt (Qui a connu l'ordinaire du taulard), 1934
  • Märchen vom Stadtschreiber, der aufs Land flog, 1935
  • Altes Herz geht auf die Reise, 1936 (édition française : Vieux cœur en voyage, P. Sorlot (coll. Maîtres étrangers), 1941. Préface d'Alphonse de Châteaubriant, traduction d'Édith Vincent)
  • Hoppelpoppel - wo bist du?, histoires pour enfants, 1936
  • Wolf unter den Wölfen (2 volumes), 1937 (édition française : Loup parmi les loups, Albin-Michel, 1939 et 1941)
  • Geschichten aus der Murkelei, contes, 1938
  • Der eiserne Gustav, 1938 (édition française : Gustave-de-Fer ; Albin Michel, 1943)
  • Süßmilch spricht, 1938
  • Süßmilch spricht. Ein Abenteuer von Murr und Maxe, récit, 1939
  • Kleiner Mann - großer Mann, alles vertauscht, 1939 (édition française : Petit homme grand homme)
  • Der ungeliebte Mann, 1940)
  • Das Abenteuer des Werner Quabs, récit, 1941
  • Damals bei uns daheim, souvenirs, 1942
  • Heute bei uns zu Haus, souvenirs, 1943
  • Fridolin der freche Dachs, 1944
  • Jeder stirbt für sich allein, Aufbau-Verlag, Berlin, 1947 (édition française : Seul dans Berlin, Éditions Plon, 1967)
  • Der Alpdruck, Aufbau-Verlag, Berlin, 1947 (Édition française "Le cauchemar" 1947 Le portulan traduit par Édith Vincent)

Publications posthumes[modifier | modifier le code]

  • Zwei Lämmchen weiß wie Schnee, Berlin, 1948 (? Deux tendres agneaux, Sorlot, 1943)
  • Der Trinker, 1950 (édition française : Le Buveur : Albin Michel, 1952 - rééd. Denoël, 2010)
  • Die Stunde, eh´ du schlafen gehst, 1954
  • Junger Herr - ganz groß, 1965 (édition française : Don Quichotte en Poméranie ; Albin Michel, 1967)
  • Heute bei uns Zuhaus, nouvelle édition de 1992
  • Der Jungherr von Strammin, Berlin, 1996
  • Drei Jahre kein Mensch, Strafgefangener Zelle 32, Berlin, 1998

Recueils[modifier | modifier le code]

  • Gesammelte Erzählungen, Brunswick, 1967
  • Œuvres choisies en 10 tomes, à partir de 1962
  • Frühe Prosa en deux tomes, Berlin, 1993 (Œuvres en prose du début)

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Wilhelm Ditzen décède en 1937
  2. « Des inédits de Hans Fallada retrouvés en Israël », sur http://www.liww.livreshebdo.fr,‎ 28 février 2011 (consulté le 28 février 2011)
  3. http://www.nanterre-amandiers.com/2013-2014/seul-dans-berlin