Hans Erni

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hans Erni

Hans Erni, né le à Lucerne, est un peintre, graveur et illustrateur suisse.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il entre en apprentissage dans un bureau de topographie puis travaille durant sa jeunesse comme dessinateur en bâtiment chez l'architecte Friedrich Felder. En 1927, il rejoint l'école d'art de Lucerne. Dès 1928, il monte à Paris étudier à l'Académie Julian qui lui attribue un prix. Un an plus tard, il part pour Berlin et d'autres villes d'Europe[1]. Il y rencontre Kandinsky, Mondrian et bien d'autres. Ses influences sont clairement cubistes au travers de Braque et Picasso. À la fin des années 1930, il fait plusieurs voyages à Londres où il découvre les mouvements abstraits. De 1930 à 1934, il travaille sous le pseudonyme de François Grèque[2]. Il adhère au groupe Abstraction-Création et en 1937-1938, à Londres, il rencontre et devient ami de Henry Moore, Ben Nicholson, Barbara Hepworth et les émigrés allemands membres du Bauhaus[3]

Ce n'est qu'après la guerre que son génie éclate avec de nombreuses peintures et expositions. Erni travaille dans plusieurs ateliers disséminés en Europe. Il devient célèbre par la réalisation d'une fresque pour l'Exposition nationale suisse de 1939 à Zurich[4]. Il participe à la création de l'Alliance suisse, un groupe d'artistes helvétiques.

Il réalise des fresques, une forme d'expression qu'il a toujours apprécié. Erni est aussi à l'origine de nombreux timbres destinés aux PTT suisses (Poste, Télégraphe et Téléphone), l'organisation Pro Juventute, le Liechtenstein et l'ONU. Le , le musée portant son nom s'ouvre à Lucerne près du Musée suisse des transports. En 1989, Erni reçoit un prix pour ses œuvres dans le domaine sportif de la part du United States Sports Academy à Daphne, Alabama. En 1992, Erni réalise le portrait du Secrétaire Général de l'ONU, Javier Pérez de Cuéllar, qui est affiché dans le bâtiment de l'ONU à New York. L'ONU a, en quelque sorte, joué le rôle de mécène puisque de nombreuses œuvres d'Erni ont été mandatées par l'organisation.

Cirque Knie fontaine dans Duftrosengarten à Rapperswil

Erni est encore un peintre actif et très populaire en Suisse. Son talent ne se limite pas à la peinture, mais s'exprime également par la sculpture et la gravure. Son style unique, avec des contours marqués d'un trait blanc, des personnages charnus mais fidèlement représentés aux côtés d'animaux, l'a rendu célèbre. La science, l'histoire et la mythologie sont des thèmes récurrents, ses peintures mettent en scène le contraste entre l'Antiquité, le monde contemporain et les civilisations. De nombreuses expositions lui sont consacrées, que ce soit en Suisse ou en Europe.

Œuvres monumentales[modifier | modifier le code]

Son amitié avec Léonard Gianadda l'a conduit à réaliser à sa demande plusieurs œuvres monumentales :

Le Minotaure, 1999, sculpture en bronze pour le giratoire avenue de la Gare/rue du Léman

La Fontaine Ondine devant la Fondation Pierre Gianadda, 2003, lave émaillée

La jeune fille et le Minotaure, 2008, céramique monumentale ornant un immeuble

Les Ages de la vie, 2011, fresque en céramique pour la Fondation Annette et Léonard Gianadda

Suite de quinze vitraux pour le temple protestant de Martigny, commandés par Léonard Gianadda en mémoire de son épouse Annette Pavid-Gianadda, dessinés par l'artiste en 2012 et 2013, réalisés par l'atelier Marcq-Simon à Reims, posés en 2012 et 2013

Pégase, 2004, céramique monumentale ornant un batiment d'habitation, lave émaillée

Film[modifier | modifier le code]

"Hans Erni, un peintre dans le siècle" : Raphaël Blanc y retrace la vie de l'artiste à l'aube de son centième anniversaire (2010).

Vie privée[modifier | modifier le code]

Sa mère Maria Schär et son père Gotthard ont eu quatre filles et quatre garçons. Il est marié à Doris et il est père de deux filles, Simone et June[5].

Exposition récente[modifier | modifier le code]

2011 : Hans Erni - de Martigny à Etroubles, Centre d'exposition, Etroubles (Italie) - éd. Fondation Pierre Gianadda

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Claude Roy, Hans Erni, Lausanne, La Guilde du Livre, num. H. C. 1964.
  • Walter Ruegg, Hans Erni, peintures, Éditions Erpf, 1980.
  • Jot Singh, Hans Erni, Genève, Éditions de la Tribune, 1979.
  • Erni, vie et mythologie, Martigny, Fondation Pierre Gianadda, 1989.

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Raphaël Blanc, Hans Erni, un peintre dans le siècle, Artémis Films Production,‎ 2010

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • 1928, Prix de l'Académie Julian
  • 1968, Prix culturel de la ville de Lucerne
  • 1983, Médaille de la paix de l'ONU[6]
  • 2008, Life Time Award, un prix suisse qui récompense l'œuvre de toute une vie[7]

Références[modifier | modifier le code]

  1. L'Illustré 2 mai 1979
  2. Construire 23 mars 1983
  3. Fiche Encyclopédie du monde actuel, C.H Favroz, Lausanne 19 juillet 1974
  4. L'Hebdo 20 avril 1989
  5. Le temps 16 janvier 1999
  6. Le Nouvelliste 20 février 1999
  7. Émission SSR, 11 janvier 2009

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :