Hans Dragendorff

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dragendorff.
Hans Dragendorff
Archéologue
Image illustrative de l'article Hans Dragendorff
Naissance 15 octobre 1870
Tartu, Drapeau de l'Estonie Estonie
Décès 29 janvier 1941 (à 70 ans)
Fribourg-en-Brisgau, Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Nationalité allemande
Découvertes principales classification Dragendorff de la céramique sigillée.

Hans Dragendorff est un archéologue allemand né à Dorpat, aujourd'hui Tartu en Estonie le 15 octobre 1870 et mort à Fribourg-en-Brisgau en Allemagne le 29 janvier 1941. Il a donné son nom à une typologie de céramique, Dragendorff.

Formation et carrière[modifier | modifier le code]

Dragendorff étudie d'abord à Dorpat, puis Berlin et Bonn auprès de Goerg Loeschcke et est diplômé en 1894 avec sa thèse sur la céramique sigillée intitulée De vasculis Romanorum rubris capita selecta, publiée en allemand 1896 dans l'annuaire de Bonn, le Bonner Jahrbüchern. Cette thèse crée une classification de la sigillée encore utilisée aujourd'hui.

En 1896, il obtient une bourse de voyage auprès de l'Institut archéologique allemand et devient professeur associé en archéologie classique à Bâle en Suisse en 1898. En 1901, l'institut allemand le nomme membre à part entière. En 1902, il devient directeur de la Commission romano-germanique, Römisch-Germanischen Kommission, à Francfort. Entre 1911 et 1922, il est secrétaire général de l'Institut archéologique allemand puis enseigne de 1922 à 1938 l'archéologie classique à Freiburg im Breisgau. Au déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, il est de nouveau nommé à la Commission romano-germanique jusqu'à son décès à Fribourg en 1941.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Terra sigillata dans le Bonner Jahrbücher 1896-1897 ;
  • Theraeische Gräber, Berlin, 1903 ;
  • Archäologische und kunstwissenschaftliche Arbeit während des Weltkrieges in Mazedonien, in Kunstschutz im Kriege, Leipzig 1919 ;
  • avec E. Krüger, Das Grabmal von Igel, Trèves, 1924 ;

Notes et références[modifier | modifier le code]