Hans Berliner

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Hans Berliner

Naissance 27 janvier 1929 (85 ans)
Berlin, Allemagne
Nationalité Drapeau des États-Unis Américain
Drapeau d'Allemagne Allemand
Profession Joueur d'échecs, programmeur

Hans Jack Berliner (né le 27 janvier 1929) est un grand maître américain du jeu d'échecs par correspondance, célèbre pour avoir remporté le cinquième Championnat du monde d'échecs par correspondance ICCF (disputé entre 1965 et 1968) avec un score jamais égalé depuis (14/16). Il est également maître international sur l'échiquier, a dirigé l'équipe qui a conçu l'ordinateur HiTech et est professeur émérite à l'université Carnegie-Mellon[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Hans Berliner défend une thèse de doctorat à l'université Carnegie-Mellon en 1974 dont le titre est Chess as Problem Solving: The Development of a Tactics Analyser. Berliner a contribué à l'amélioration de la stratégie du programme Tech, l'ancêtre des programmes d'échecs modernes. Il est l'auteur des programmes J. Biit, CAPS, Patsoc et dirige l'équipe qui crée l'ordinateur HiTech, composée de Carl Ebeling, Murray Campbell, Gordon Goetsch and Chris McConnell. Ses recherches portaient en particulier sur la reconnaissance des motifs et au développement d'un algorithme best-first appelé B*[2].

Il est également l'auteur d'un ouvrage controversé The System dans lequel il a soutenu que 1. d4 donne l'avantage aux Blancs. Ce livre a été très critiqué, notamment par Mark Dvoretsky et Jeremy Silman.

Parties remarquables[modifier | modifier le code]

La victoire de Berliner sur le champion d'URSS et futur champion du monde Jakov Estrine, un spécialiste de la défense des deux cavaliers, est une des parties les plus célèbres et les plus importantes du jeu d'échecs par correspondance.

Article détaillé : Défense des deux cavaliers.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) The System: A World Champion's Approach to Chess, 1999, Gambit Publications, ISBN 1-901983-10-2

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]