Hanni El Khatib

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Hanni El Khatib

Description de cette image, également commentée ci-après

Hanni El Khatib, en 2012

Informations générales
Surnom HEK
Naissance 1981
San Francisco, Californie, États-Unis
Activité principale Chanteur, et guitariste
Genre musical Garage rock
Instruments Chant, guitare
Années actives Depuis 2010
Labels Innovative Leisure
Site officiel www.hannielkhatib.com

Hanni El Khatib, appelé encore HEK, est un musicien américain né en 1981, chanteur-compositeur-interprète de rock basé à Los Angeles.

Historique[modifier | modifier le code]

D'origine palestinienne par son père et phillippine par sa mère, Hani El Khatib naît en 1981 à San Francisco, en Californie[1], ville où il grandit. Il pratique d'abord la musique comme un loisir[2] tout en travaillant comme directeur artistique de la marque de vêtements pour amateurs de skateboard HUF[3], particulièrement appréciée des Californiennes[4],[5] et des Californiens.

En 2010, il enregistre deux simples sur le label Innovative Leisure, appartenant au label indépendant Stones Throw Records. Il fait l'ouverture de Florence and the Machine[6]. Il se produit au South by Southwest festival, en mars 2011, et au Bonnaroo Music Festival en juin 2011. Son premier album, Will the Guns Come Out, sort en septembre 2011. Le mardi 11 octobre 2011, il fait la première partie de City and Colour à la Flèche d'or[7] à Paris, puis, début décembre, aux Transmusicales de Rennes[8],[9]. En 2012, il effectue à nouveau une tournée en Europe en 2012, passant notamment à Paris en mars, à Rouen en juin pour inaugurer les Terrasses du jeudi[10] puis aux Eurockéennes de Belfort, au Paléo Festival Nyon en juillet et à La Route du Rock en août[11].

À Paris, il rencontre et sympathise avec Dan Auerbach (guitariste et chanteur du groupe The Black Keys)[12], qui produit en 2013 son second album dans un studio de Nashville[13],[14].

Des tournées sur le continent européen sont en cours, incluant notamment le passage le 25 mai 2013 à Nîmes, le 29 mai à Paris, le 1er juin à Nantes, le 19 juillet à Benicàssim, le 20 juillet au festival des Vieilles Charrues[15], le 23 août au festival Rock en Seine[16], le 24 août au festival Le Cabaret Vert, puis à l'automne, le 13 novembre à Bordeaux, le 14 novembre à Ramonville, le 16 novembre à Marseille, le 20 novembre à Strasbourg, le 21 novembre à Lille, et le 23 novembre à La Rochelle[17]. Hanni El Khatib a été également invité par Johnny Hallyday, à faire la première partie du concert marquant le 70e anniversaire de celui-ci, sur la scène de Bercy les 13, 14 et 15 juin 2013[18].

Sa musique est utilisée dans différentes publicités ou opérations commerciales, pour des marques telles que Captain Morgan, Nike[19], et Nissan[20] mais aussi pour la série télévisée de HBO Hung, la série Californication ou le film For a Good Time, Call...[21]. En 2011, son titre Come Alive clôture le huitième épisode de la saison 3 de la série United States of Tara. Et en 2013, pour le spot Audi lors du Superbowl, avec le titre Can’t Win ‘Em All [22].

Le troisième album studio d'Hanni El Khatib, Moonlight, sort le 19 janvier 2015[23].

Style et influences[modifier | modifier le code]

Hanni El Khatib 2013, Rock am Ring

Son style musical est un mélange de garage rock et de blues[24],[25]. « Ma musique vient du vieux rock et peut être plus neuve que bien des albums à la mode » dit-il[5]. Le premier disque, Will the Guns Come Out, est clairement « brut de décoffrage ». Il est punk sur certains morceaux, soul sur d'autres, réinterprétant des classiques tels Heartbreak Hotel joué avant lui par Elvis Presley notamment, ou You Rascal You (un morceau datant des années 1930 et que Serge Gainsbourg avait déjà actualisé et francisé avec Vieille Canaille)[26]. L'album « rayonne de sauvagerie et de sex-appeal » selon Le Monde[27], et il crée immédiatement une notoriété à son auteur, associé à une image décalée de rockeur aux tatouages rétro et aux cheveux gominés[12].

Le second album, Head in the Dirt, est plus policé même si on retrouve cette énergie punk sur certains morceaux. L'influence de Dan Auerbach y est manifeste, avec un son associant blues, groove et riffs cinglants[28].

Accompagnateurs[modifier | modifier le code]

Durant ses concerts, HEK est accompagné depuis 2012 par le batteur Ron Marinelli, le bassiste Adrian Rodriguez et par le guitariste Hayden Tobin (également au clavier) [29].

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

Singles[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Stéphane Deschamps, « Will the Guns Come out », Les Inrockuptibles,‎ (lire en ligne)
  2. * Amandine Scherer, « Hanni El Khatib — Melting rock », Air le mag, no 58,‎ , p. 28-29 (ISSN 2106-8577)
  3. Marc Beaugé, « Hanni El Khatib: leçon de style du rockeur le plus stylé du moment », Les Inrockuptibles,‎ (lire en ligne)
  4. (en) Fader, Lainna, « Hanni El Khatib: I'll Just Lie Constantly », L.A. Record,‎
  5. a et b Marie Ottavi, « Hanni el Khatib, Elvis 2013 », Libération,‎ (lire en ligne)
  6. (en) Jeff Weiss, « The many sides of Hanni El Khatib, who opens for Florence + the Machine tonight », Los Angeles Times,‎ (lire en ligne)
  7. City and Colour + Hanni El Khatib, Radio Flèche d'Or, 2011.
  8. Hanni El Khatib, sur le site des Transmusicales de Rennes
  9. Odile de Plas, « Trans Musicales, jour 3 : alors on danse ? », Télérama,‎ (lire en ligne)
  10. Hanni El Khatib, Les Terrasses du jeudi, 2012.
  11. Hanni El Khatib sur le site But We Have Music, 2012.
  12. a et b Sarah Constantin, « Hanni El Khatib : “Du cuir, du denim et des vestes militaires!” », GQ,‎ (lire en ligne)
  13. (en) Jeff Weiss, « Hanni El Khatib Makes an Album With Dan Auerbach, Gets Drunk », LA Weekly,‎
  14. (en) « Hanni El Khatib Dials It Up on 'Family' – Song Premiere - California rocker teams with Dan Auerbach for scorching tune », Rolling Stone,‎ (lire en ligne)
  15. Guillaume Sbalchiero, « On y était : les Vieilles Charrues 2013 », Les Inrocks,‎ (lire en ligne)
  16. Morgane Giuliani, « Rock en Seine : une première journée d'anthologie », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  17. Hanni El Khatib sur le site http://www.infoconcert.com.
  18. Pauline Le Gall, « Hanni El Khatib : comment son revival sixties a séduit Johnny Hallyday », evene.fr,‎
  19. (en) Tim Nudd, « Action-sports stars play by starlight in this extraordinary new global spot », Adweek,‎ (lire en ligne)
  20. (en) « Nissan Qashqai – Ultimate Urban Car »,‎
  21. (en) Soundtrack For 'For A Good Time Call' Features Los Campesinos!, Operator Please, Timber Timbre, More Indie Wire. 3 août 2012
  22. (en) “Prom: Tradition” Audi 2013 Super Bowl Commercial Song
  23. « iTunes - Musique - Moonlight par Hanni El Khatib » (consulté le 17 janvier 2015)
  24. (en) Daniel Siegal, « L.A. Unheard: Hanni El Khatib revisits the garage », Los Angeles Times,‎ (lire en ligne)
  25. (en) Paul Lester, « New band of the day - No 1,085: Hanni El Khatib », The Guardian,‎ (lire en ligne)
  26. Julien Bordier, « La poudrière Hanni El Khatib », L'Express,‎ (lire en ligne)
  27. Stéphane Davet, « Les artisans du son », Le Monde,‎
  28. Julien Bordier, « Head in the Dirt d'Hanni El Khatib: le goût du riff », L'Express,‎ (lire en ligne)
  29. (en) Brandon Specktor, « Hanni El Khatib @ Mercury Lounge: April 28th, 2012 », CMJ

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :