Hammam Lif

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Naro (homonymie).
Hammam Lif
Aperçu de la plage de Hammam Lif vers 1950
Aperçu de la plage de Hammam Lif vers 1950
Administration
Pays Tunisie Tunisie
Gouvernorat Ben Arous
Délégation(s) Hammam Lif
Maire Samir Mouelhi[1]
Démographie
Gentilé Hammam-Lifois
Population 38 401 hab. (2004[2])
Géographie
Coordonnées 36° 44′ N 10° 20′ E / 36.74, 10.33 ()36° 44′ Nord 10° 20′ Est / 36.74, 10.33 ()  
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Tunisie (administrative)

Voir la carte administrative de Tunisie
City locator 14.svg
Hammam Lif

Géolocalisation sur la carte : Tunisie (relief)

Voir la carte topographique de Tunisie
City locator 14.svg
Hammam Lif

Hammam Lif (حمام الأنف) est une ville côtière de la banlieue sud de Tunis, située à une dizaine de kilomètres du centre-ville.

Rattachée administrativement au gouvernorat de Ben Arous, elle constitue une municipalité de 38 401 habitants en 2004[2].

Elle tire son nom de deux sources thermales émergeant au pied du Djebel Boukornine.

Histoire[modifier | modifier le code]

Connue dans l'Antiquité sous le nom de Naro (d'origine punique) puis d'Aquae Persianae, cette localité est rebaptisée Hammamat El Jazira (bains de la péninsule) après la conquête arabe. Elle prendra ensuite le nom de Hammam Lif formé des termes hammam et anf (nez) car les sources ont pour but principal de guérir les infections liées aux problèmes respiratoires.

Pendant la période arabe, le site n'est guère fréquenté et ce n'est que vers 1750 qu'Ali II Bey fait construire, pour son usage personnel, un pavillon au voisinage immédiat de l'une des sources qui prend le nom d'Aïn El Bey. Il fait aussi édifier des installations pour les voyageurs et les malades à proximité de la seconde source appelé Aïn El Ariane. En 1826, Hussein II Bey fait construire, à côté du pavillon, une résidence pour y habiter avec sa famille et sa cour pendant une partie de l'année. Cette résidence assez modeste est à l'origine du palais beylical dont certains souverains régnants feront leur résidence d'hiver, tout en conservant l'usage des eaux d'Aïn El Bey. L'autre source sert donc à alimenter les établissements à usage public.

La municipalité de Hammam Lif est créée par le décret du [3].

En mai 1943, des violents combats entre les troupes alliées et celles de l'Axe, battant en retraite vers le cap Bon, éprouvent durement la population civile.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Sport[modifier | modifier le code]

L'association sportive qui représente la ville est le Club sportif de Hammam Lif fondé en 1944.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Décret du 8 octobre 2013 modifiant le décret du 2 juin 2011 portant nomination de délégations spéciales dans certaines communes du territoire de la République tunisienne (Hammam-Lif), Journal officiel de la République tunisienne, n°82, 11 et 15 octobre 2013, pp. 2977-2978
  2. a et b (fr) Recensement de 2004 (Institut national de la statistique)
  3. (fr) Arfaoui Khémais, Les élections politiques en Tunisie de 1881 à 1956 : colonialisme et libertés politiques, éd. L'Harmattan, Paris, 2011, p. 138

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Tijani Azzabi, Hammam-Lif, une symphonie en cartes postales, éd. Communic@tions i, Hammam Lif, 2003
  • Tijani Azzabi, Inoubliable... Hammam-Lif !, éd. Communic@tions i, Hammam-Lif, 2001