Hammaguir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hammaguir
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Wilaya Béchar
Commune Abadla
Statut base aérienne / village
Géographie
Coordonnées 30° 53′ 21″ N 3° 02′ 44″ O / 30.889041, -3.0455330° 53′ 21″ Nord 3° 02′ 44″ Ouest / 30.889041, -3.04553  
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte administrative d'Algérie
City locator 14.svg
Hammaguir

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte topographique d'Algérie
City locator 14.svg
Hammaguir

Hammaguir est une localité de la commune algérienne d'Abadla dans la wilaya de Béchar, fondée en 1948 sous le nom de B-2 Hammaguir. Elle est située à 120 km au sud-ouest de Béchar.

Son nom a été créé pour l'occasion par les militaires Français et est une contraction de Hamada du Guir, de Guir, un oued voisin, et de hamada, mot arabe nommant les plateaux du Sahara[1]. Ce site a été choisi par l'armée française pour installer des rampes de lancements de missiles et de fusées en complément des polygones B0 & B1 du premier Centre interarmées d'essais d'engins spéciaux situé à Colomb-Béchar. Le site a été abandonné en juillet 1967 et est depuis inhabité.

CIEES d'Hammaguir (1948-1967)[modifier | modifier le code]

Les deux sites de tirs du CIEES de Colomb-Béchar n'étaient pas suffisants pour lancer de plus grands missiles. En 1948 il fut décidé de créer un autre complexe ou polygone nommé B2 à Hammaguir. Quatre rampes de lancement furent créées :

  • Bacchus site de lancement pour des fusées-sondes à propergol solide.
  • Blandine site de lancement des fusées-sondes à propergol liquide.
  • Béatrice utilisée pour le lancement de missiles sol-air. Il a été utilisé plus tard pour le lancement de la fusée Cora pour le programme Europa.
  • Brigitte utilisée pour l'expérimentation des séries de fusée "pierres précieuses" (Agate, Topaze, Émeraude, Saphir, Rubis) qui ont abouti au lanceur spatial Diamant[2].

Le site a permis le lancement des premiers êtres vivants pour les français dans une fusée-sonde Véronique des 1961. Il a aussi permis le lancement du premier satellite français Astérix avec une fusée Diamant en 1965[3] depuis le pas de tir Brigitte.

Rampes de lancement B2[modifier | modifier le code]

Symbole Situation géographique Type de lanceur
Bacchus 30° 51′ 23″ N 3° 07′ 27″ O / 30.8565, -3.1241 Agate, Belier, Centaure, Dragon, Rubis, Topaze, VE10 Aigle
Beatrice 30° 51′ 36″ N 3° 05′ 06″ O / 30.8601, -3.0851 Cora
Blandine 30° 52′ 12″ N 3° 04′ 12″ O / 30.87, -3.07 Véronique, Véronique 61, Vesta
Brigitte 30° 46′ 42″ N 3° 03′ 14″ O / 30.77824, -3.05377 Agate, Diamant A, Émeraude, MSBS M1, Saphir, SSBS S1, VE10 Aigle

Accords d'Évian (1962)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Accords d'Évian.

Les accords d'Évian contenaient des clauses annexes dites « secrètes » autorisant la présence française prolongée pour certains sites militaires après la guerre d'Algérie. La base de lancement de fusées d'Hammaguir fut laissée à disposition des autorités françaises cinq années supplémentaires. La base fut évacuée en 1967 conformément aux accords d'Évian. Il fut lancé plus de 271 fusées depuis ce site.

Listes des commandants de la base d'Hammaguir[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • William Huon, Ariane, une épopée européenne, Boulogne-Billancourt, ETAI,‎ 2007 (ISBN 9782726887097)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]