Hamilton (entreprise)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Hamilton (montres))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hamilton.

Hamilton International

alt=Description de l'image Logo-hamilton.jpg.
Création 1892
Forme juridique Société anonyme de droit suisse
Siège social Drapeau de Suisse Bienne (BE) (Suisse)
Activité Horlogerie
Produits Montres
Société mère Swatch Group
Site web www.hamiltonwatch.com

Hamilton est une entreprise d'horlogerie américaine fondée à la fin du XIXe siècle qui fait désormais partie de Swatch Group.

Mouvement de montre de gousset, modèle Hamilton 990, fabriqué vers 1910.
Montre Hamilton Khaki Navy GMT, mouvement automatique.

Hamilton Watch Company[modifier | modifier le code]

Hamilton Watch Company a été fondée à Lancaster en Pennsylvanie, États-Unis, le 14 décembre 1892.

Historique de la compagnie[modifier | modifier le code]

  • Adams & Perry Watch Co. : septembre 1874 à mai 1876
  • Lancaster Pennsylvania Watch : août 1877 à mai 1879
  • Lancaster Watch Co : mai 1883 à fin 1886
  • Keystone Standard Watch Co. : 1886-1890
  • Hamilton Watch Co. : dès 14 décembre 1892
  • Dès 1959, siège à Bienne, passation à la Société suisse pour l'industrie horlogère (SSIH), puis Swatch Group.

La société américaine "Hamilton Watch Co.", s'est développée sur la base de la société "Adams & Perry Watch Manufacturing Company", où E.F. Bowman présenta un prototype de montre le 26 septembre 1874, dont le premier mouvement fut produit le 7 avril, 1876. Sa taille était plus grande qu'un gabarit "18S", approximativement un "19S". Seulement environ 1 000 pièces furent manufacturées, car il fut justement décidé d'adapter la taille au standard le plus répandu, soit "18S". La production en débuta le 1er septembre 1877 à la "Lancaster Watch Company".

1893 vit la sortie de la première montre directement produite par "Hamilton". Ses premières séries de montres de poche, Broadway Limited, furent vendues sous le nom de “Watch of Railroad Accuracy” auprès des employés des chemin de fer américains, à la suite des pionniers Waltham et Elgin. Respectant les critères très stricts établi par l'ingénieur Webb C. Ball, la précision inégalée et la fiabilité des "Railroad watches" américaines mit fin à une série d’accidents graves, et marqua le début de l'épopée du rail aux États-Unis.

Vers 1923, plus de la moitié de la production de Hamilton était consacrée aux montres pour les employés des chemin-de-fer. La majorité des montres Hamilton avait un ressort de remontage avec une réserve de marche de 42 heures. Dans les années 1920, la formule gagnante alliant précision à durabilité gagna une dimension supplémentaire, confirmée par ’introduction de la montre Piping Rock et Yankee en 1928, donnant une position prééminente à Hamilton dans le "Style américain". Un spiral "Elinvar" (soit Élasticité Invariable) fut brevetée en 1931, utilisé depuis pour tous les mouvements produits aux U.S.A.

La production de montres aux États-Unis cessa définitivement vers 1969. Mais, déjà en 1959, la marque et la raison sociale furent transférés à Bienne, Suisse : après le rachat de la société A. Huguenin Fils SA, (premier rachat étranger d'une entreprise horlogère suisse autorisé par les autorités chargées de la stricte application du "Statut Horloger" encore en vigueur jusqu'en 1966). Elle travailla en étroite collaboration avec la défunte Büren Watch Co. Les deux compagnies furent rachetées par le groupe horloger SSIH regroupant particulièrement les sociétés et marques Omega et Tissot.

Sous l'égide de SSIH déjà, Hamilton développa à nouveau des activités aux États-Unis, depuis un nouveau siège établi vis-à-vis de l'ancienne fabrique, en collaboration avec le groupe Suisse. Depuis 1985, la société, à la suite de la fusion de SSIH avec le groupe ASUAG, fait partie du Swatch Group.

La marque Hamilton englobe aujourd'hui deux lignes de produits : American Classic et Khaki. Ces deux familles suivent l’héritage américain de la marque, avec un mélange de design audacieux et de technologie suisse.

Armée américaine[modifier | modifier le code]

Les premiers bracelets-montres Hamilton furent portés par le Général John Pershing et ses troupes qui se battaient dans les tranchées en Europe pendant la Première Guerre mondiale en 1917. Dans les années 1920, Hamilton obtint le titre prestigieux de fournisseur officiel des forces armées américaines. Pendant la Seconde Guerre mondiale, Hamilton arrête sa production de montres pour les civils afin de pouvoir se consacrer pleinement à l’approvisionnement considérable des marines, en leur livrant au total un million de chronographes. Le chronomètre de marine Hamilton fut le premier à être produit grâce à des méthodes industrielles de fabrication. Près de 10 000 chronomètres de marine Hamilton se sont retrouvés au cœur même de la Seconde Guerre mondiale, notamment lors de l'Opération Overlord en Normandie, pour le Jour J, et l'Heure H, en 1944.

Aviation[modifier | modifier le code]

Hamilton possède aussi une grande histoire dans le domaine de l’aviation, qui remonte à 1919 lorsque son chronographe d’aéronautique veillait sur le premier service postal aérien aux États-Unis entre Washington et New York. Les chronographes de Hamilton ont continué à jouer un rôle majeur lors du développement de l’aviation : certains pilotes les utilisaient pour vérifier leur position dans les airs, calculer la vitesse du vent et de l’air, et calculer la communication radio en route. Dans les années 1930, Hamilton devient la montre officielle des grandes compagnies aériennes Trans World Airlines, Eastern Air Lines, United Airlines et Northwest. En 2005, Hamilton participe à la fameuse épreuve Red Bull Air Race avec son propre pilote et son propre avion. En 2006, Nicolas Ivanoff rivalise avec les meilleurs pilotes acrobatiques du monde dans son avion aux couleurs d’Hamilton.

Ère moderne[modifier | modifier le code]

La mission secrète, « Projet X », projet révolutionnaire qui dura trois ans et eut pour résultat, en 1957, l’introduction du modèle Ventura à la silhouette si caractéristique, la première montre électrique (alimentée par une pile) au monde. À 12h01, heure new-yorkaise, le 6 mai 1970, la première montre à affichage numérique au monde qui commence à mesurer le temps est fabriquée par Hamilton. Dans les années 1980 la marque réintroduit les designs néo-classiques de Hamilton des années 1920 aux années 1960. D’anciens modèles très appréciés comme Boulton, Ardmore et Ventura forgèrent la tendance de l'époque pour les montres néo-classiques. Hamilton jouit d'une réputation méritée pour la création de chronographes à la fois élégants et fiables, auprès de sa clientèle. Les montres allient un puissant esprit américain et la précision inégalée des mouvements et des technologies suisses les plus récents.

H comme Hollywood[modifier | modifier le code]

Hamilton entretient une relation étroite avec Hollywood depuis les années 1950. Les produits Hamilton figurèrent pour la première fois en 1951 dans le film « Les hommes-grenouilles » qui fut nommé aux Oscars. En 1961, Elvis Presley porte la mythique Ventura dans le film intitulé “Blue Hawaii”. La relation hors du commun entre Hamilton et Hollywood perdure aujourd'hui avec des rôles dans plus de 300 films dont Men in Black, L’arme fatale 4, Fight Club, Independence Day, Le Talentueux Mr Ripley, Vous avez un message, etc. Les costumiers et les stylistes apprécièrent les formes et styles particuliers des chronographes Hamilton qui offrent un supplément de charisme et de style aux personnages de cinéma. En plus d’être présente au poignet de nombreux acteurs à l’occasion de tournages de films, Hamilton est devenue aussi célèbre à Hollywood pour ses « Behind the Camera Awards », des prix qui récompensent les artistes des coulisses de tournages cinématographiques en à Los Angeles. Matthias Breschan, Président de Hamilton explique que : « Hamilton entretient une relation de longue date avec la communauté hollywoodienne et sait que la réussite d’un film dépend d’une longue liste d’ingrédients. Ce succès repose sur le travail et le talent de nombreuses personnes œuvrant en coulisses". En novembre 2008, Hamilton et le magazine Hollywood Life ont ainsi honoré et récompensé les professionnels du cinéma.

Sources[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]