Hamat Gader

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hamat Gader
Une mosaïque de la synagogue antique de Hamat Gader, aujourd'hui installée dans l'entrée de la Cour suprême d'Israël.
Une mosaïque de la synagogue antique de Hamat Gader, aujourd'hui installée dans l'entrée de la Cour suprême d'Israël.
Localisation
Pays Drapeau d’Israël Israël
Coordonnées 32° 41′ 03″ N 35° 39′ 55″ E / 32.684031, 35.66539732° 41′ 03″ Nord 35° 39′ 55″ Est / 32.684031, 35.665397  

Géolocalisation sur la carte : Israël

(Voir situation sur carte : Israël)
Hamat Gader
Hamat Gader

Hamat Gader (hébreu : חַמַּת גָּדֵר) est un site de la vallée du Yarmouk, près du lac de Tibériade en Israël. Son nom signifie « source thermale de Gadara », du nom de la ville antique proche, aujourd'hui en Jordanie. La moderne ville jordanienne d'Umm Qais construite sur le site de Gadara n'est éloignée que de 4 kilomètres et la frontière syrienne est aussi très proche.

Le nom antique de Hamat Gader s'entend toujours dans le nom arabe du site (el-Ḥamma , arabe : الحمّـة, hébreu : אל חמה) et dans celui de la colline voisine Tel Bani, une déformation du mot grec signifiant « bains ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Histoire antique[modifier | modifier le code]

Hamat Gader fut un lieu de villégiature prisé des Romains.

La construction des thermes par la dixième légion, en garnison à Gadara, commence au IIe siècle. Les thermes furent utilisés durant la période romano-byzantine durant laquelle en fut construite la plus grande partie, et le début de la période musulmane jusqu'au VIIIe siècle[1].

Les eaux chaudes étaient utilisées pour la récréation autant que pour leurs vertus curatives. Les bains de Hamat Gader étaient alimentés par sept sources à différentes températures dont une source minérale chaude, aujourd'hui appelée source de l'enfer, Maayann haguehinom en hébreu, ou la source de la friture, Ain Maklen en arabe. À cette époque, la majorité des bassins était couverte de hauts plafonds à coupole et entourée de murs en marbre.

Quelques bâtiments sont endommagés par un tremblement de terre au VIIe siècle et restaurés par le caliphe omeyyade qui régnait à Damas. Finalement, au IXe siècle, les thermes sont abandonnés et une épaisse couche de limon en recouvre les ruines.

Le site comprend un théâtre romain construit au IIIe siècle qui offrait deux mille places assises. On y trouve aussi une grande synagogue du Ve siècle[2] où on a découvert une très belle mosaïque représentant deux lions et dont on peut encore lire les dédicaces en araméen. Cette mosaïque est aujourd'hui exposée dans le hall d'entrée de la Cour suprême d'Israël.

Les fouilles archéologiques de la synagogue ont été filmées en 1920 par le « père du cinéma hébreu », Yaakov Ben-Dov, qui a repris ces images dans son film Shivat Zion (« Retour à Sion »)[3].

Dans les Évangiles[modifier | modifier le code]

Selon l'Évangile de Matthieu, Jésus aurait délivré du démon deux habitants de Hamat Gader. Selon les Évangiles de Luc et de Marc, cet épisode se situerait dans d'autres localités riveraines du lac de Tibériade au nom différent mais ressemblant[4].

Histoire contemporaine[modifier | modifier le code]

La frontière que la France et le Royaume-Uni place entre la Syrie mandataire et la Palestine mandataire situe le village d'el-Hamma en territoire palestinien[5]. Lors du recensement de 1931, on y comptait 46 maisons occupées par 170 musulmans, un juif et un chrétien[6].

Après la guerre israélo-arabe de 1948, le site de Hamat Gader reste donc dans le territoire attribué à Israël mais est occupé par l'armée syrienne[7]. Les Syriens, dans les positions militaires situées sur le plateau du Golan au-dessus de Hamat Gader, empêchent les Israéliens d'occuper la position.

Le 4 avril 1951, un groupe de soldats et de membres de la police des frontières israéliennes tente d'établir la souveraineté israélienne sur Hamat Gader. Les soldats syriens qui gardent le site leur demandent de renoncer mais la troupe israélienne refuse et pénètre sur le site. Les Syriens ouvrent alors le feu et sur les 22 hommes de ce groupe, 7 sont tués, 3 blessés et un soldat est fait prisonnier[8]. Cet incident est connu sous le nom d'incident d'el-Hamma.

C'est lors de la guerre des Six Jours en 1967 qu'Israël prend le contrôle du site lors le la conquête du plateau du Golan. Hamat Gader est depuis lors sous souveraineté israélienne.

Hamat Gader aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Hamat Gader,la journée
Hamat Gader, la nuit

Hamat Gader est maintenant devenu une attraction touristique avec un hôtel de luxe, un centre de cure et une réserve de crocodiles et d'oiseaux exotiques. Le centre de cure a ouvert en 1977[9].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Les bains chauds et l'histoire de Hamat Gader », sur Ministère des affaires étrangères israélien
  2. (en) Sukenik, EL : 'The ancient synagogue at Hamat Gader' (in Qobes, Jewish Palestine Exploration Society, 1934), p. 41-61
  3. (en) Steven Fine, Art and Judaism in the Greco-Roman world : toward a new Jewish archaeology, Cambridge New York, Cambridge University Press,‎ 2005 (réimpr. 2010) (ISBN 978-0521844918 et 0521844916), chap. 1 (« Building an Ancient Synagogue on the Delaware »), p. 24, 26.
  4. Cf. notamment Mt 11:21 et Luc 4:31. La traduction de Louis Segond désigne les habitants par le nom de « Gadaréniens ». Le sermon sur la montagne (les « Béatitudes ») est censé se situer dans les environs immédiats.
  5. (en) Frederic C. Hof, « The Line of June 4, 1967 », sur Jewish Virtual Library
  6. (en) E. Mills (éditeur), Census of Palestine 1931. Population of Villages, Towns and Administrative Areas, Jérusalem, Government of Palestine,‎ 1932, p. 82
  7. (en) « Israel to build dam on disputed land claimed by Syria », sur New York Times,‎ 26 août 1997
  8. (he) « Le contexte de la conquête du plateau du Golan - Les zones démilitarisées et les incidents de frontière »
  9. (en) « Hamat Gader Israel's largest and oldest Spa Complex » (consulté le 23 mai 2011)