Halfaouine, l'enfant des terrasses

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Halfaouine, l'enfant des terrasses

Titre original Asfour Stah
Réalisation Férid Boughedir
Pays d’origine Drapeau de la Tunisie Tunisie
Sortie 1990
Durée 95 min

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Halfaouine, l'enfant des terrasses (عصفور السطح) est un film tunisien réalisé en 1990, premier long-métrage de fiction du réalisateur Férid Boughedir.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Dans un quartier populaire de Tunis, Halfaouine, le jeune Noura, finement interprété par le neveu du réalisateur, est partagé entre plusieurs mondes : celui des hommes, dans les rues, celui des femmes, dont il peut encore partager le hammam, malgré la puberté qui approche, et celui de son imaginaire, lourd des craintes du passage à la vie d'adulte. Boughedir brosse un tableau joyeux de la vie tunisienne et illustre les rapports subtils et complexes entre hommes et femmes en Tunisie.

Analyse[modifier | modifier le code]

Selon l'Abécédaire du cinéma tunisien[1], ce film est « du Boughedir tout craché » :

« Une cinéphilie ruminée et digérée selon les aimantations d'un radar intérieur, un regard sidéré par la beauté des femmes et leur sensualité, un humour bon enfant et contagieux qui sonne juste, une habilité narrative constamment éveillée et soutenue. »

Boughedir présente une riche variété de personnages savoureux des vieux quartiers traditionnels de Tunis, puisés sans nostalgie dans les souvenirs de son adolescence. Ils sont observés sans parti pris à travers le regard du jeune Noura, ce qui donne à la réalisation cohérence et fluidité, soutenue par le montage de Moufida Tlatli. La qualité des décors et des costumes permet au spectateur d'identifier instantanément les traits distinctifs des différents milieux qu'il est amené à visiter. La musique allègre et douce contribue à faire du film une chronique distanciée du quartier Halfouine. Le thème instrumental de Anouar Brahem a d'ailleurs donné lieu à une chanson Je t'ai vue je ne sais où (Ritek mâ Naâref Win) écrite par Ali Louati et interprétée par Lotfi Bouchnak, dont le succès en a fait « le refrain nostalgique des romances évoquées à travers les quartiers populaires de Tunis »[1].

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Référence[modifier | modifier le code]

  1. a et b Hédi Khélil, Abécédaire du cinéma tunisien, Tunis, 2007

Liens externes[modifier | modifier le code]